NIGHT AND THE CITY – Jules Dassin (1950)

 « La nuit et la ville. La nuit est ce soir, demain soir ou n’importe quel soir. La ville est Londres. » Ces mots – les premiers du film – suffisent à dresser le cadre. Le spectateur les entend alors même qu’il voit Harry Fabian en train de tenter d’échapper à un poursuivant qui le menace. Le film commence par cette fuite d’Harry. Il se terminera, sur les bords de la Tamise, lorsque l’Étrangleur jettera dans l’eau le corps disloqué du jeune malfrat qui rêvait de se faire une place au sein de la pègre londonienne.  [Le film noir – Patrick Brion – Editions de la La Martinière (2004)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Comme M de Fritz Lang, ou The Third man (Le Troisième homme) de Carol Reed, Night and the city (Les Forbans de la nuit) décrit un univers nocturne et une ville gangrenée par le crime et la corruption. Harry Fabian (Richard Widmark) cherche à s’intégrer à un monde parfaitement organisé dans lequel il n’a pas de place et dont il va rompre _ provisoirement – l’équilibre. Helen Nosseross (Googie Withers) donne des conseils aux entraîneuses du Silver Fox Club, Figler (James Hayter) dirige une bande de mendiants dont il planifie les diverses difformités, Kristo (Herbert Lom ) règne sur le racket du catch, Googin (Gibb McLaughlin) fabrique des faux papiers, Anna (Maureen Delaney) s’occupe du trafic des bas nylon et des cigarettes… Toute cette pègre vit – à quelque niveau que ce soit, du caïd au petit trafiquant selon un ordre parfaitement réglé. Harry Fabian va brusquement provoquer le drame en tentant d’affronter Kristo et d’organiser ses propres spectacles. Cette ambition lui coûtera la vie, entraînera la mort de Gregorius (Stanilaus Zbyszko) et celle de Phil Nosseross (Francis L. Sullivan) , incapable de supporter la trahison de sa femme. [Le film noir – Patrick Brion – Editions de la La Martinière (2004)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Un personnage volubile et haut en couleur apparaît dans l’Angleterre des années 1930 sous l’effet de la crise de 1929. Il ne tarde pas à se glisser dans la littérature et le théâtre de l’époque, avant d’entrer dans les salles obscures dans les années 1940. Ce personnage est un spiv, un trafiquant à l’élégance tapageuse qui peut vous procurer au prix fort tout ce dont vous avez besoin. Pour vous faire oublier que ce sont des marchandises volées, il vous les vend avec un sourire et beaucoup de bagou. On le retrouve dans Waterloo Road (1944), They Made Me a Fugitive (Je suis un fugitif, 1947), lt Always Rains On Sunday (Il pleut toujours le dimanche, 1947) et Noose (1948), mais surtout dans The Third Man (Le Troisième Homme, 1949) et Night and the city, les derniers et les meilleurs de la série. Si ces deux films se ressemblent par certains aspects – un trafiquant pourchassé dans les décombres d’une ville et dont s’éprend une femme honnête -, le traitement est totalement différent. Alors que dans The Third Man , la traque de l’insaisissable Harry Lime (énigmatiquement interprété par Orson Welles) est vue à travers le regard de son ami écrivain, Night and the city nous donne le point de vue du trafiquant Harry Fabian (Richard Widmark). Bien qu’il ne soit à aucun moment sympathique, Fabian attire irrésistiblement le regard prouesse de l’acteur Richard Widmark, qui signe ici la meilleure interprétation de sa carrière. Malgré sa mise élégante et sa rapidité d’esprit, Fabian n’a rien pour plaire : toujours en sueur, il se montre mielleux avec tout le monde et semble totalement dénué de conscience. Sociopathe et égocentrique il cultive pourtant quelques qualités : un esprit vif et agile et une persévérance tenace lorsqu’il s’agit de parvenir à ses fins. [Film Noir 100 All-Time Favorite – Paul Duncan, Jürgen Müller – Edition Taschen – (2013)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Au début de Night and the city, Harry Fabian s’enfuit pour échapper à un homme sans nom ni visage. Tout au long du film, Harry ne cessera de se précipiter d’une planque à une autre à travers les rues sordides et dégoulinantes de pluie du quartier londonien de Soho. À un moment, il avoue d’ailleurs : « Toute ma vie, j’ai couru. Pour échapper aux assistantes sociales, aux voyous, à mon père… » Il nous offre un autre aperçu de son passé lorsqu’il tente d’extorquer de l’argent à sa petite amie, Mary (Gene Tierney) compatriote américaine qui chante dans un night-club, le Silver Fox Mary regarde une photo d’eux dans un petit bateau et se souvient du temps où ils étaient normaux. [extrait n°1] Qu’est-il arrivé à Harry pour que cet étudiant propre sur lui se transforme en petite frappe au visage dégoulinant de sueur ? On ne le saura jamais. [Film Noir 100 All-Time Favorite – Paul Duncan, Jürgen Müller – Edition Taschen – (2013)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Harry déborde d’idées et d’énergie, c’est un homme enjôleur et spontané, un embobineur touche à tout. On le voit racoler des hommes d’affaires américains pour qu’ils se rendent au Silver Fox, où des girls affriolantes les persuaderont d’acheter du vin et des cigarettes hors de prix. Mais quel est son but ? Adam (Hugh Marlowe), un créateur de jouets qui vit dans le même immeuble que Mary (et a des vues sur elle), décrit Harry comme « un artiste sans art » qui n’a « aucun moyen de s’exprimer ». Mais peu après, Harry trouve enfin une raison d’être lors d’un combat de lutte gréco-romaine Gregorius (Stanislaus Zbyszko), champion de légende outré par les pitreries des prétendus lutteurs modernes, exalte les vertus de la lutte traditionnelle. Harry le persuade de l’aider à organiser d’authentiques combats de lutte gréco-romaine à Londres. [extrait n°2] Sachant que Gregorius est également le père de Kristo (Herbert Lom), un escroc qui est le plus gros manager du circuit londonien, Harry sait qu’il n’aura rien à craindre de lui. [Film Noir 100 All-Time Favorite – Paul Duncan, Jürgen Müller – Edition Taschen – (2013)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Mais Harry a besoin d’argent. Il l’obtient par le biais de l’intrigante Helen (Googie Withers), l’épouse du gros Phil Nosseross (Francis L. Sullivan), propriétaire du Silver Fox. Helen se refuse à son mari, dont elle attend simplement qu’il meure pour hériter de sa fortune.[extrait n°4] Lassée de ses avances, elle demande à Harry de lui obtenir une licence pour ouvrir son propre club, en échange de l’argent nécessaire pour ses matchs. [Film Noir 100 All-Time Favorite – Paul Duncan, Jürgen Müller – Edition Taschen – (2013)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Dès la première image, il est clair que Harry et ses projets sont condamnés à l’échec. Le film tourne à la tragédie. C’est un cauchemar, une descente aux enfers, comme les plus noirs des films noirs : Detour (Détour, 1945), Nightmare Ailey (Le Charlatan, 1947) ou Force of Evil (L’Enfer de la corruption, 1948). «Tu as tout, mais tu es un homme mort, lui lance Phil, un homme mort. » Harry n’a pas d’amis sur qui compter (« Personne ne peut t’aider ») et est insensible à l’impact de son comportement égoïste sur autrui. «Tu me tues, lui dit Mary, et tu te tues aussi. » Dès lors, tout va de travers. Phil lui coupe les vivres. Gregorius meurt après un combat acharné contre l’Étrangleur (Mike Mazurki). Pourchassé par les hommes de Kristo, Harry prend enfin le temps de souffler et se dit : « J’y étais presque, puis tout s’est écroulé. J’ai arrêté de courir. » Au dernier moment, il commet enfin une action désintéressée, mais il est trop tard. Harry se fait des illusions. Il n’a jamais rien accompli, il a toujours été condamné à mourir – dès qu’il s’arrêterait de courir… (…) Grâce à l’acteur Richard Widmark et au chef opérateur Max Greene, parfaits pour interpréter et illustrer cette histoire, Night and the city devient l’un des meilleurs films noirs jamais réalisés aux yeux de la critique moderne, malgré l’accueil peu indulgent qu’il a reçu à sa sortie.  [Film Noir 100 All-Time Favorite – Paul Duncan, Jürgen Müller – Edition Taschen – (2013)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Comprenant que Jules Dassin commençait à être trop marqué à Hollywood en raison de ses opinions politiques et de la « chasse aux sorcières» qui sévissait, la 20th Century-Fox choisit de l’envoyer tourner Night and the city à Londres. L’intérêt de l’opération était double : éloigner Dassin d’Hollywood et utiliser les fameux bénéfices qu’il était impossible de rapatrier aux Etats-Unis. Cet argent va donc servir à la réalisation du film, dont le budget atteindra la somme importante de 1 460 000 dollars. Dassin décide de montrer un Londres inquiétant, sordide, corrompu, l’inverse même de la ville pour touristes symbolisée par Piccadilly Circus et Trafalgar Square. En dehors de la fin, on ne voit d’ailleurs de Londres que des endroits sinistres et méconnaissables. [Le film noir – Patrick Brion – Editions de la La Martinière (2004)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

« Le film, reconnut Dassin, causa un véritable scandale en Angleterre. Oh, Dieu ! les Anglais furent tout à fait contre. L’atmosphère, l’histoire et tout. » L’une des idées de génie de Dassin fut de choisir pour jouer le rôle de Gregorius, Stanislaus Zbyszko, qui était champion de lutte gréco-romaine alors que le jeune Dassin avait cinq ans. « Je ne l’avais jamais vu de ma vie, avoua Dassin, il n’y avait ni photographies, ni traces de lui. On m’avait d’ailleurs dit qu’il était mort mais, après avoir refusé trois acteurs proposés par le studio, j’ai fait appel à un de mes amis qui était journaliste à New York. Il pensait lui aussi que Zbyszko était mort mais quelques jours plus tard, il m’appela et me dit l’avoir retrouvé. Il avait soixante-dix ans et n’avait jamais vu une caméra. Je pense que c’est un acteur superbe ; un homme extraordinaire. Chaque fois que j’allais voir une pièce élisabéthaine, il venait avec moi. J’aimais réellement cet homme. Il était complètement ruiné. Il acheta avec son cachet un élevage de poules aux États-Unis.» Diplômé en philosophie et en droit de l’université de Vienne, musicien et poète, parlant onze langues et célèbre pour n’avoir été battu que cinq fois en trois mille combats, Zbyszko apporte au film une présence exceptionnelle que Dassin développe parallèlement au personnage d’Harry Fabian, le rôle de la douce Mary très superficiel. [Le film noir – Patrick Brion – Editions de la La Martinière (2004)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Traqué par le milieu londonien. Harry trouve un bref refuge auprès d’Anna, à qui il déclare : « J’étais si près de réussir. Je possédais dans la paume de ma main le contrôle des matchs de lutte dans tout Londres.» [extrait n°8] Une ultime fois, il tente de s’illusionner lui-même, alors qu’en réalité il n’avait cessé de jouer avec le feu, de duper les uns pour tenter d’obtenir l’appui des autres. À l’image de tant de personnages de « films noirs » situés à New York ou à Los Angeles, à San Francisco ou dans le Middle West, Harry Fabian était, déjà à Londres, un damné. [Le film noir – Patrick Brion – Editions de la La Martinière (2004)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Dès les premières scènes, Night and the city fait appel aux conventions du film noir pour suggérer l’emprise implacable de la fatalité. Harry Fabian, «le héros» poursuivi, rentre chez lui, il bout de souffle et angoissé. Zigzagant et trébuchant, il semble n’être qu’une silhouette fragile piégée par la vie impersonnelle de la grande ville. Les taches lumineuses sur les murs et les gouttières, les images anguleuses et dures, appuyées par la musique insistante et frénétique de Franz Waxman l’accompagnent jusqu’à ce qu’il soit rentré chez lui. Alors, une ombre immense envahit l’écran, s’arrêtant juste au bas de l’escalier, tout comme Fabian, qui, épuisé, s’appuie un moment contre le mur avant de monter. Dès lors, et en fait, jusqu’au dénouement on peut dire que Fabian est coincé dans un entre-deux sans issue, entre le haut et le bas, cherchant à reprendre son souffle. [Encyclopédie du film Noir – Alain Silver et Elizabeth Ward – Ed Rivages (1979)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Stylistiquement, l’ouverture de Night and the cityest froide et déshumanisée. La voix d’un narrateur proclame d’un ton neutre. « Voici Londres» ; la photographie de la ville n’a rien de réaliste : mais la vision n’est pas non plus celle du héros. Elle exprimerait plutôt les forces externes, à l’action dans l’univers noir. Le recours aux éclairages par le haut, ou le côté, tout au long du film, même au moment de la victoire de Fabian, accentuent les cernes du protagoniste pour suggérer sa fatigue – les traits émaciés de Widmark ne sont pas étrangers à cet effet – ou encore, voilent d’ombre la moitié de son visage, ce qui symbolise son indécision. Son patron, Nosseross, est, lui, photographié au grand angle, sa corpulence étant ainsi accentuée. Une autre scène prise au grand angle, lie l’Etrangleur à Harry, en posant une sorte d’équivalence entre le lutteur infâme et le visage déformé de Fabian, préfigurant le moment où Kristo s’en prendra à Fabian, et non au lutteur alcoolique, lors de la mort de son père. En somme, la mise en scène rend toujours compte à la fois des conflits intérieurs et extérieurs. Ainsi, lorsque Nosseross dévoile à Fabian son jeu sans lui épargner ses sarcasmes (« Tu es désormais un homme mort. Harry Fabian, complètement fini ! ») on a l’impression que sa large et massive silhouette, envahissant l’image, étouffe l’autre. En même temps, un réseau complexe de stries d’ombre, dans la pièce, objective la toile d’araignée dans laquelle Fabian est lui-même allé se jeter. Dans la boîte de nuit, les reflets du globe lumineux, tournoyant à une vitesse de plus en plus grande, annoncent les lumières des rues qui formeront le décor de sa fuite éperdue. [Encyclopédie du film Noir – Alain Silver et Elizabeth Ward – Ed Rivages (1979)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

Night and the city est un film visuellement très travaillé et extrêmement concentré dans sa diversité. La cupidité de Fabian en fait un personnage typiquement noir, mais c’est surtout le paysage urbain embrumé, plein d’immeubles décrépis et de quais sinistres qu’il traverse dans sa course qui métaphorise sa solitude fondamentale. Fabian ne comprend pas les autres et néglige leurs besoins : Gregorius en sera un exemple fatal. De, même, la longue séquence sur la péniche entre lui et Anna, qui fait du marché noir, résume en quelque sorte l’absurdité et le non-sens de sa vie.
Harry lui parle, en lui tournant le dos… Il était sur le point de réussir, se lamente-t-il… Mais il n’y a, en fait, aucun échange entre eux. Il ne lui accorde pas un regard ; elle n’est qu’une oreille destinée à écouter sa plainte. Entendant des bruits de pas – c’est Mary, mais il ne le sait pas – il se lève soudain et on le voit alors en gros plan. La présence de Mary met un terme à son indécision et lui inspire le seul geste désintéressé dont il fera preuve dans le film, Mais il ne suffit pas, bien entendu, à arrêter sa course à la mort, annoncée dès les premières images. [Encyclopédie du film Noir – Alain Silver et Elizabeth Ward – Ed Rivages (1979)]

NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe, Francis L. Sullivan, Herbert Lom, Stanilaus Zbyszko

L’histoire : Harry Fabian racole les clients naïfs en quête d’attractions illicites pour une boîte de nuit londonienne appartenant à Phil Nosseross. Il souhaiterait devenir un promoteur sportif malgré sa petite amie, Mary Bristol, chanteuse dans la boîte de Nosseross, qui le pousse à garder un emploi stable. Harry se rend dans une salle de lutte appartenant à un promoteur du nom de Kristo, pour chercher des poulains et surprend une conversation entre le père de Kristo, Gregorius et son protégé Nicholas. Gregorius, visiblement dégoûté par les magouilles de Kristo veut partir. Fabian apprend que Gregorius était une star de la lutte gréco-romaine. Une fois sorti de la salle, Fabian fait semblant d’être indigné par la mauvaise qualité des jeux présentés par Kristo et persuade bientôt Gregorius qu’il pourrait promouvoir des matches capables de rivaliser avec ceux de Kristo Ce dernier sait que son père s’est laissé allécher par les propositions de Fabian : il annonce qu’il ne s’opposera pas à des spectacles de lutte gréco-romaine, mais qu’il ne doit y avoir aucune autre attraction. Fabian rapporte à Nosseross qu’il a trouvé un moyen de gagner sa part de gâteau dans l’empire lucratif de Kristo, mais son patron refuse de lui prêter les fonds pour démarrer l’opération. Sa femme, elle accepte de s’associer à l’entreprise, à condition que Fabian obtienne des autorités une licence pour qu’elle puisse ouvrir, elle aussi, une boîte de nuit. Fabian achète des faux papiers et grâce à cette première mise, réussit à obtenir finalement une aide complémentaire de Nosseross. Ce dernier soupçonne Fabian d’avoir une liaison avec sa femme : lorsqu’elle le quitte, il est fou de rage et va offrir ses services à Kristo pour piéger Fabian.
Nosseross annonce à Fabian qu’il retirera son apport financier s’il ne présente pas sur le ring un combat avec l’Etrangleur, un lutteur particulièrement brutal et sans style qui est l’objet du plus profond mépris de la part de Gregorius. Fabian pousse alors l’Etrangleur à venir dans la salle de gym et à provoquer Gregorius. Celui-ci autorise Nicholas à l’affronter sur le ring mais tandis que Fabian est en train rédiger le contrat, le lutteur ivrogne injurie Gregorius et il s’ensuit une véritable lutte.  Le vieux Gregorius en sort vainqueur, mais succombe à une crise cardiaque après cet effort. Kristo arrive juste avant sa mort et Fabian, complètement paniqué, s’enfuit. Kristo fait appel à la pègre londonienne et offre une large récompense à celui qui retrouvera Fabian. Après une course qui dure toute une nuit Fabian se réfugie sur une péniche où Mary le découvre. Persuadé qu’il est piégé et voulant lui rendre l’argent qu’il lui a emprunté, Fabian sort en hurlant que Mary l’a trahi. Il est tué par l’Etrangleur, et son corps est jeté dans la Tamise.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les extraits :








Fiche technique du film

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s