BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes) – George Sidney (1944)

Interprétée par le clown Red Skelton et la nymphe Esther Williams, cette comédie musicale de 1944 crée l’événement à sa sortie grâce à ses étonnantes séquences aquatiques. 

bal-des-sirene_14
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams

Esther Williams n’a encore joué que deux petits rôles quand la MGM lui donne la vedette de cette comédie musicale aquatique. Il faut dire que la jeune fille est jolie, bonne comédienne, mais surtout championne de natation. Elle campe donc une nageuse qui enseigne dans un collège. Un musicien est amoureux d’elle. Malgré son imprésario, qui n’accepte pas leur liaison, il se fera engager dans l’école pour être près d’elle. L’intrigue, squelettique, n’offre aucun intérêt. Qu’importe ! Ce Bathing beauty est un grand succès. La grâce de Williams, son sourire éclatant malgré les efforts, la beauté des figures exécutées par plusieurs dizaines de nageuses au rythme d’une mélodie entraînante, dans des décors oniriques et colorés, les pitreries sympathiques de Red Skelton enchantent le public. L’avenir de la belle naïade est tout tracé. Pendant une dizaine d’années, elle enchaîne plongeon sur plongeon dans des comédies dont l’histoire prétexte ne sert qu’à introduire des ballets spectaculaires minutieusement réglés. Avec sa mise en scène kitsch et son atmosphère gentiment surannée, Bathing beauty reste un plaisir des yeux. [Gérard Camy – Télérama.fr]

bal-des-sirene_13
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams

Pour préparer la sortie de Bathing beauty (Le Bal des sirènes), les publicitaires de la Metro-Goldwyn-Mayer ont installé à Times Square un immense panneau d’affichage montrant Esther Williams en plein plongeon, agrémenté du slogan : « Venez, elle est bonne ! ». Le moins qu’on puisse dire, c’est que le public a répondu à l’invitation, faisant même un triomphe à la comédie musicale de George Sidney.

La jeune Esther Williams, dont c’est le premier film important, se voit ainsi propulsée du jour au lendemain au rang de star, et la MGM ne va pas manquer d’exploiter la nouvelle voie ouverte par Bathing beauty  : celle des comédies musicales comportant des numéros aquatiques.

bal-des-sirene_11
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams

Si le film de Sidney n’en compte que deux, les œuvres suivantes d’Esther Williams en offriront plusieurs, pour le plus grand plaisir d’un public subjugué par cette nouveauté que n’aurait pas reniée Busby Berkeley. Pour autant, l’actrice ne tournera pas uniquement des « aqua musicals », comme on les surnomme à Hollywood: elle partagera notamment avec Gene Kelly et Frank Sinatra la vedette de Take me out to the ball game (Match d’amour). Mais ses dons pour la natation synchronisée en feront la naïade la plus célèbre du cinéma américain, et c’est à ce titre qu’elle reste connue aujourd’hui.

bal-des-sirene_101
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams

Si Bathing beauty est resté dans l’histoire du cinéma comme le film le plus célèbre d’Esther Williams, il a en fait été bâti sur la popularité de l’acteur Red Skelton, qui en est la véritable star. En effet, quand le film est mis en chantier par la MGM, la jeune Esther est encore une inconnue : cette ancienne championne de natation n’a tenu à l’époque que deux petits rôles à l’écran, et c’est une grande opportunité pour elle que de se voir confier le principal rôle féminin de Bathing beauty.

bal-des-sirene_13
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams

Durant le tournage, le titre choisi pour le film est d’ailleurs M. Co-Ed (« M. Mixte »), qui fait référence au personnage joué par Red Skelton, et ce n’est qu’après avoir découvert la première version du montage que les responsables de la MGM, impressionnés par la prestation d’Esther Williams, décideront de changer leur fusil d’épaule. Le titre anglais du film devient Bathing Beauty (« Beauté au bain »), et c’est l’actrice qui est choisie pour figurer sur l’affiche – en maillot de bains, comme il se doit.

bal-des-sirene_100
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams

Réalisé par George Sidney (Anchors Aweigh, The Harvey Girls), Bathing beauty est un film de prestige en Technicolor, pour lequel la MGM a mobilisé certains de ses meilleurs artisans tels le chef opérateur Harry Stradling et le directeur artistique Cedric Gibbons. Par ailleurs, plusieurs vedettes du disque viennent tenir leur propre rôle dans le film. La mode étant aux big bands, deux célèbres formations sont invitées à se produire : celle d’Harry James, trompettiste de renom, et celle de Xavier Cugat, chef d’orchestre d’origine catalane qui a contribué à faire découvrir au public américain les rythmes latins. Ces big bands accompagnent ici trois chanteurs : Helen Forrest, une artiste connue à l’époque pour avoir fait partie des orchestres d’Artie Shaw, de Benny Goodman, et d’Harry James ; Carlos Ramirez, un chanteur colombien devenu étonnamment populaire aux USA ; et Lina Romay, qui sera plus tard la fameuse pin-up du cartoon Senior Droopy. L’organiste Ethel Smith est également de la partie, et la version de Tico Tico qu’elle joue dans le film se vendra à plus d’un million d’exemplaires…

1944, BATHING BEAUTY
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams

Mais, plus encore que sa bande originale, ce sont les prouesses aquatiques d’Esther Williams et de ses compagnes qui vont constituer l’atout principal de Bathing beauty, en distinguant d’emblée le film des autres comédies musicales du moment. L’équipe dispose pour ces séquences d’une grue articulée permettant des mouvements de caméra fluides, et d’un grand caisson vitré pour les prises de vues sous l’eau. La célèbre costumière Irene Sharaff (Meet me in St. Louis, An American in Paris) s’est vue confier spécialement les tenues du ballet final, tandis que les maquilleurs ont mis au point un procédé permettant aux naïades de s’ébattre sans faire couler leur rimmel. Bien que les autres chorégraphies soient signées par Robert AIton et Jack Donohue, la MGM a tenu à ce que ce ballet nautique soit réglé par John Murray Anderson, un spécialiste du genre (la jeune Esther Williams avait collaboré avec lui lorsqu’elle se produisait dans des spectacles aquatiques).

bal-des-sirene_10
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams

Sorti en juillet 1944,  Bathing beauty ne déçoit pas ses promoteurs : le film connaît en effet un tel succès qu’il se place en troisième position dans la liste des films les plus rentables jamais produits par la MGM, après Ben-Hur (1925) et Gone with the wind (1939).

bal-des-sirene_09
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams
Programme musical (sélection)

Bill Goodwin – C’est sur les ondes que se fait d’abord connaître le californien Bill Goodwin (il est né en 1910 à San Francisco). Collaborant à de nombreuses émissions, il se distingue dans la sitcom radiophonique de George Burns et Gracie Allen, et se joint au couple lorsque le programme se voit adapté à la télévision en 1950. Au cinéma, l’acteur tient des seconds rôles dans des films comme Wake Island (La Sentinelle du Pacifique, 1942), Incendiary Blonde (La Blonde incendiaire, 1945), Spelbound (La Maison du Dr Edwardes, 1945) et Tea for Two (1950). Il succombe à une crise cardiaque en 1958.

bal-des-sirene_16
BATHING BEAUTY (Le Bal des sirènes, 1944) – George Sidney avec Red Skelton, Esther Williams et Bill Goodwin
A voir également

ZIEGFELD FOLLIES – Vincente Minnelli (1945)
“A Water Ballet » Un ballet nautique conçu et exécuté par Esther Williams.
Director : Merril Pye

 

TAKE ME OUT TO THE BALL GAME – Busby Berkeley (1949) – Frank Sinatra, Esther Williams, Gene Kelly, Betty Garrett
Quand Busby Berkeley met en scène Take Me Out to The Ball Game (Match d’amour) au cours de l’été 1948, il ignore qu’il s’agit de sa dernière réalisation. L’homme qui a dominé la comédie musicale américaine des années 30 va en effet se voir détrôné par une nouvelle génération de cinéastes et de chorégraphes, dont Gene Kelly sera le représentant le plus fameux. Lire la suite…

 

ESTHER WILLIAMS : La sirène d’Hollywood
Lorsque en 1941, Esther Williams signa un contrat avec la MGM, personne n’imaginait alors qu’en l’espace de dix ans elle deviendrait la plus grande étoile de cette compagnie et que pendant deux années consécutives elle serait une des stars du box-office. Elle-même affirmait volontiers qu’elle était avant tout une nageuse avant d’être une actrice. Lire la suite…

esther_williams_04

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.