La Comédie musicale

NIGHT AND DAY (Nuit et jour) – Michael Curtiz (1946)

nuit_et_jour_01

Après Till the clouds roll by (La Pluie qui chante), film consacré à Jerome Kern, et Words and Music (Ma vie est une chanson), évocation du tandem formé par Rodgers et Hart, nous continuons notre exploration d’un genre très en vogue à Hollywood dans les années 40 et 50 : la « vraie fausse » biographie de compositeur. Cette fois, c’est le brillant Cole Porter qui est à l’honneur. En choisissant de donner au film le titre d’une de ses plus célèbres chansons (Night and Day), la Warner mise – avec raison – sur la grande popularité de celui qui a déjà signé à l’époque de nombreux spectacles à succès. Si le public des théâtres new-yorkais ne représente évidemment qu’une infime proportion de la population américaine des années 40, le reste du pays n’en connaît pas moins les mélodies de Cole Porter, devenues pour beaucoup des standards à la radio. Nuit et jour fait donc la part belle à ces « tubes », qu’il s’agisse de Begin The Beguine, Just One Of Those Things ou My Heart Belongs To Daddy. Comme Irving Berlin, Porter s’avère aussi doué pour les paroles que pour la musique et ses compositions à l’humour sophistiqué et aux nombreux sous-entendus lui confèrent une place à part dans le monde de la musique. Une place que les innombrables reprises de ses chansons lui ont permis de conserver jusqu’à nos jours…

nuit_et_jour_02

nuit_et_jour_03

nuit_et_jour_06

nuit_et_jour_09

nuit_et_jour_07

nuit_et_jour_04
Programme musical (sélection)
Fiche technique du film Fiche technique du film 
nuit_et_jour_10

Cole Porter

Cole Porter naît en juin 1891 au sein d’une riche famille de l’Indiana. Encouragé par sa mère, il apprend très tôt à jouer du piano et du violon, et signe même sa première opérette à l’âge de dix ans. Le jeune Cole n’en doit pas moins faire des études « sérieuses », mais alors qu’il étudie le droit à Harvard, il bifurque vers la classe de musique. Car cette passion ne l’a pas quitté : il compose des centaines de chansons au cours de ses études, et en 1915, parvient même à en placer une à Broadway. Cole Porter livre alors sa première comédie musicale, mais les représentations font un flop. Blessé, le jeune homme se réfugie en France, où éclate bientôt la Première Guerre. Il dira plus tard aux journalistes l’avoir passée dans les rangs de l’armée française, mais en réalité, il mène la grande vie dans la capitale.

cole_porter_01

cole_porter_04

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.