Histoire du cinéma

LE CINÉMA FRANÇAIS SOUS L’OCCUPATION

Dès 1940, les Allemands entendent contrôler l’industrie cinématographique de la France occupée, et, surtout, favoriser l’exploitation de leurs propres films. Le cinéma français connaîtra pourtant une exceptionnelle vitalité.

En juin 1940, après les quelques semaines de combats qui suivirent ce que l’on a appelé « la drôle de guerre », les Allemands occupent Paris, Le gouvernement du maréchal Pétain s’installe à Vichy, au sud de la Loire, et la France, coupée en deux, peut apparaître désormais comme un élément de l' »Europe nouvelle » en cours d’édification…

A l’exemple de la Russie soviétique, l’Allemagne national-socialiste attache une grande importance au cinéma, cet « incomparable instrument de propagande ». Aussi les occupants vont-ils entreprendre avec méthode la conquête de l’industrie cinématographique française. Et tout d’abord, afin de favoriser la pénétration massive de leurs films, ils vont interdire immédiatement toute la production de langue anglaise. Ainsi d’ailleurs qu’un certain nombre de films français des dix dernières années, qu’ils jugent dangereusement subversifs – ou plus simplement malsains.

Les films de la Continental

Mais le public français boude les œuvres importées d’outre-Rhin : opérettes viennoises, comédies légères, policiers, évocations historiques « de circonstance » exaltant le nationalisme germanique, etc. Seules quelques brillantes réussites comme Le Maître de poste (Der Postmeister, 1940), Bel-Ami (1939) ou Pages immortelles (Es war eine Rauschende Ballnacht, 1939) et, plus tard, les premières réalisations en couleurs, La Ville dorée (Die Goldene Stadt, 1942) et Münchhausen (Les Aventures du baron de Münchhausen, 1943), remplissent les salles. Pourtant, avant la guerre, les films allemands avaient été introduits avec succès sur le marché français.

L’Assassinat du Père Noël (Christian-Jaque, 1941)

Les occupants, et Goebbels en particulier, ne renoncent pas pour autant à contrôler une industrie aussi riche de promesses. Et ils vont prendre un certain nombre de mesures destinées à remettre sur pied la production française. C’est ainsi qu’est fondée une nouvelle compagnie, la Continental, qui produira des films exclusivement français. Elle complétera, sur le plan économique, les deux sociétés allemandes UFA et Tobis. Durant les cinquante mois d’occupation, la Continental produira 30 films, au budget parfois important et souvent d’excellente qualité. Par ailleurs, avec la saisie de tout ce qui était entre les mains des juifs, les Allemands vont détenir une part importante de l’industrie cinématographique française, tant en ce qui concerne la production que la distribution ou l’exploitation des salles.

Le cinéma fera l’objet d’une double censure : celle du ministère allemand de la Propagande, et celle du gouvernement de Vichy. Une censure aussi bien morale que politique : le plan fameux du Jour se lève (1939) de Carné, où Arletty apparaît nue, avec une éponge pour toute parure, sera coupé. De même, L’Escalier sans fin (1942) de Georges Lacombe se verra amputé de plusieurs séquences, les censeurs jugeant d’une verdeur excessive cette histoire d’une assistante sociale écrite par l’un des meilleurs scénaristes de l’époque, Charles Spaak. On assiste aussi au boycottage des personnalités notoirement antinazies : Jean Delannoy, qui vient d’achever à la veille de l’Occupation Macao, l’enfer du jeu (1939), un film d’aventures fort anodin, doit retourner toutes les scènes où apparaît Erich von Stroheim ; le grand acteur, qui n’a pas caché son hostilité au IIIe Reich, sera remplacé par Pierre Renoir.

Que pouvait-on attendre d’un cinéma français ainsi muselé ? Et qui, par surcroît, avait perdu certains de ses représentants les plus prestigieux. Entre 1939 et 1940 en effet, Jean Renoir, René Clair, Julien Duvivier, Jacques Feyder, Max Ophüls, Jean Gabin, Charles Boyer, Louis Jouvet, Michèle Morgan, Françoise Rosay avaient émigré. Seul Marcel Carné était resté (était-ce, comme devait le dire François Truffaut, parce qu’il n’avait eu aucun succès outre-Atlantique ?) On pouvait certes espérer que le cinéma français allait survivre honorablement, en attendant des jours meilleurs. Mais personne n’aurait osé annoncer l’extraordinaire essor des années 1942 et 1943.

Le Dernier des six (Georges Lacombe, 1941)

Ce formidable « bond en avant » n’aurait sans doute pas été possible si un autre phénomène, tout aussi inespéré, ne s’était produit : l’augmentation vertigineuse du nombre de spectateurs. Les recettes, qui étaient en 1938 de 452 millions de francs, atteignent, pour l’année 1943, 915 millions ! A cette soudaine prospérité du cinéma français, on peut avancer deux explications: d’une part l’insuccès relatif rencontré par les productions allemandes, et surtout, d’autre part, la disparition des films américains. La production nationale se trouvait libérée du lourd handicap représenté par l’écrasante concurrence hollywoodienne.

Une « collaboration » plus que discrète

En dépit des contraintes, l’idéologie nouvelle reste fort discrète sur les écrans, même si les autorités vichyssoises encouragent particulièrement les sujets « moraux ». Il est bienvenu d’exalter l’héroïsme, le travail, les saines vertus familiales et la vie au grand air. Mais, à de rares exceptions près, les artistes français se garderont de collaborer. Ils travailleront en ignorant les Allemands et ne montreront aucune complaisance suspecte pour les thèses national-socialistes. Il est significatif qu’aucun producteur – et pas même la Continental n’ait entrepris un film à la gloire de l’Allemagne hitlérienne. La poursuite de l’activité professionnelle n’exclue ra d’ailleurs pas l’engagement patriotique puisque Jacques Becker, Jean Grémillon, Louis Daquin, Jean Painlevé et le comédien Pierre Blanchar créeront clandestinement, en 1944, un Comité de libération du cinéma français.

Le Voyageur de la Toussaint (Louis Daquin, 1942)

Cette augmentation massive de la fréquentation des salles a pour corollaire l’essor – quantitatif et qualitatif – de la production. 220 longs métrages seront réalisés au cours de ces quatre années d’occupation, parmi lesquels une bonne quinzaine de chefs-d’œuvre ! On assiste au retour, parfois intéressant, de gloires déjà anciennes. C’est le cas de Marcel L’Herbier ; La Nuit fantastique (1942) est l’un de ses meilleurs films depuis l’époque du muet. Les révélations de l’avant-guerre, tels Carné et Grémillon, voient leur talent confirmé.

La Nuit Fantastique (Marcel L’Herbier, 1942)
La relève

Mais surtout on voit la naissance, au cours de ces années 1940 à 1944, d’une véritable nouvelle vague de jeunes auteurs, dont certains deviendront immédiatement les piliers du nouveau cinéma français comme Clouzot, Becker, Bresson ou Autant-Lara. Si bien qu’au moment de la Libération, il existera un cinéma français intéressant, ambitieux, original. En quatre ans, vingt metteurs en scène font leurs débuts, souvent prometteurs, contre quelques-uns seulement au cours de la décennie suivante : une disproportion écrasante. Une authentique école du cinéma français est née, digne des précédentes.

La Fille du puisatier (Marcel Pagnol, 1941)

L’année 1941 se révèle cependant fort médiocre. Nous n’en retiendrons que La Fille du puisatier de Marcel Pagnol, L’Assassinat du Père Noël de Christian-Jaque, et Nous les gosses du débutant Louis Daquin. La Continental, qui s’inspirera souvent des genres américains à succès, produit Premier Rendez-vous, une brillante comédie d’Henri Decoin. Henri-Georges Clouzot, qui avait déjà réalisé à Berlin, au début des années 1930, plusieurs versions allemandes de films français, est nommé directeur artistique de la nouvelle firme. Il participera au scénario et à la production de deux films importants : Le Dernier des six (1941) de Georges Lacombe, et surtout Les Inconnus dans la maison (1942) d’Henri Decoin, d’après Simenon. Un autre roman de Simenon, adapté par Marcel Aymé, Le Voyageur de la Toussaint (1942) sera porté à l’écran par Louis Daquin.

Le Mariage de Chiffon (Claude Autant-Lara, 1942)

Mais la production de 1942 allait réserver de très heureuses surprises. Outre Les Inconnus dans la maison, citons Le Mariage de Chiffon d’Autant-Lara et Pontcarral de Delannoy (on verra dans les stoïques vicissitudes de cet officier bonapartiste sous la Restauration de claires allusions à l’actualité). Deux films policiers, Dernier Atout et L’assassin habite au 21, marquent les remarquables débuts de Becker et de Clouzot. Au mois de décembre, enfin, éclate la révélation des Visiteurs du soir. Au sein de la pénurie générale, le cinéma français entamait un paradoxal « âge d’or ».

Le Ciel est à vous (Jean Grémillon, 1944)

1940-1945 : UN ESSOR SURPRENANT
Sous l’Occupation, le cinéma français, qui connait un surprenant essor, recueille quelques-uns de ses plus grands triomphes, et voit apparaitre une nouvelle génération d’auteurs de talent.

LES RISQUES DE L’OCCUPATION
En continuant à tourner dans la France occupée, les cinéastes s’exposaient à des risques divers : encourir les foudres de la censure national-socialiste, ou au contraire se voir accusés de « collaboration ».

LE CINÉMA FRANÇAIS DE L’APRÈS-GUERRE
Tout de suite après la guerre, le cinéma français sembla revenir à ses thèmes traditionnels. Mais de nouveaux auteurs et de nouveaux ferments laissaient déjà présager le changement décisif qui allait intervenir.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.