Judy Garland

L’héroïne du Magicien d’Oz et de A Star is born fait partie de ces stars d’Hollywood qui fascinent le public tant par leur charisme que par leur destin tragique.

judy_garland_03
Judy Garland

Frances Ethel Gumm naît en juin 1922 dans le Minnesota. Ses parents dirigent un music-hall, où la fillette chante dès l’âge de deux ans. Quand la famille déménage en Californie, sa mère l’inscrit dans une célèbre troupe d’enfants, et elle est engagée en 1935 par la MGM, sous le nom de Judy Garland. Une comédie où elle joue avec Mickey Rooney remporte un succès inattendu, incitant le studio à en tourner huit autres. Mais le rôle qui va tout changer est celui de Dorothy dans The Wonderful Wizard of Oz (Le Magicien d’Oz). Le film, dans lequel elle interprète le célébrissime Over the Rainbow, lui vaut en 1940 un Oscar « spécial jeunesse ». Judy tourne alors une série de comédies musicales et devient la grande vedette de la MGM. En 1941, son mariage avec le musicien David Rose l’aide à imposer une image plus adulte, à défaut de la rendre heureuse. Elle se remarie d’ailleurs quatre ans plus tard avec Vincente Minnelli, qui vient de la diriger dans Meet Me in St. Louis (Le Chant du Missouri ) (leur fille Liza naît en 1946). Le couple collabore à nouveau pour Le Pirate, mais la fragilité de l’actrice rend le tournage très difficile.

judy_garland_02
Judy Garland et Vincente Minnelli
Turbulences

Judy souffre d’angoisses liées à son physique et de tendances suicidaires. Par ailleurs, habituée dès l’adolescence à prendre des amphétamines et des somnifères pour supporter les rythmes de travail effrénés, elle en est à présent dépendante. Si l’actrice parvient tout de même à tourner Easter Parade (Parade de printemps 1948),  In the Good Old Summertime (Amour poste restante, 1950) et Summer Stock (La Jolie Fermière, 1950) ses absences répétées obligent le producteur Arthur Freed à la remplacer dans trois autres films. La MGM met donc fin à son contrat en 1950, au désespoir de Judy. Mais son manager et troisième mari, Sidney Luft, la pousse alors à donner des concerts – dont le succès s’avère phénoménal. En 1953, Judy revient au cinéma avec A Star is born (Une Etoile est née), mais l’échec commercial de ce film dont elle espérait beaucoup l’incite à préférer la scène. En 1961, elle donne à Carnegie Hall un concert devenu légendaire, et chante trois ans plus tard avec sa fille Liza à Londres. Mais c’est également dans cette ville qu’elle mourra brutalement en 1969 des suites d’une overdose accidentelle de médicaments, quelques jours après son quarante-septième anniversaire…

judy_garland_01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.