EASTER PARADE (Parade de printemps) – Charles Walters (1948)

Fred Astaire et Judy Garland : A Couple of Swells – EASTER PARADE (Parade de printemps) – Charles Walters (1948)

L’histoire : Don Hewes (Fred Astaire) se rend chez sa partenaire Nadine Hale (Ann Miller) avec des cadeaux de Pâques, mais la jeune femme lui apprend ainsi qu’à Jonathan Harrow III (Peter Lawford ) qu’elle ne partira pas – comme prévu – pour Chicago car elle a signé un contrat pour participer à la prochaine revue des Ziegfeld Follies. Mécontent, Hewes déclare que n’importe qui peut remplacer Nadine et il jette son dévolu sur Hannah Brown (Judy Garland), une danseuse qui se produit dans un café. Tout en constatant que Hannah n’est pas une véritable danseuse, Hewes l’assure du fait que dans un an ce sera elle qui sera la principale attraction de la Parade de Pâques. Il lui donne le prénom de Juanita mais leur numéro n’est pas convaincant. Hewes comprend alors qu’il doit utiliser Hannah par rapport à elle-même et non comme une nouvelle Nadine. Les numéros de Hewes et de Hannah sont désormais des succès. Hewes s’éprend de sa partenaire, mais Hannah croit en le voyant danser avec Nadine qu’ils s’aiment toujours. Hewes et Hannah comprennent cependant qu’ils sont faits l’un pour l’autre et Hannah est – comme promis – la vedette de la nouvelle «Parade». (La comédie musicale – Patrick Brion – Edition de la La Martinière – 1993)

easter_parade_01
Judy Garland et Fred Astaire – EASTER PARADE (Parade de printemps) – Charles Walters (1948)
ÉTERNELLE jeunesse

Le film de Charles Walters mérite bien son titre de Easter Parade (Parade de Printemps). Même s’il se situe dans le monde du spectacle, la vision qu’il en donne est bien différente de celle révélée par un autre film de Judy Garland, A Star is born (Une Etoile est née). Certes, les protagonistes du film éprouvent quelques difficultés dans leur vie professionnelle et amoureuse, mais le ton de l’ensemble reste résolument léger. Comme dans beaucoup de comédies musicales, les coulisses de Broadway sont ici prétextes à introduire de nombreux numéros, et de ce point de vue, le spectateur est servi : Fred Astaire interprète déjà deux chansons avant de prononcer les premières répliques du film ! À le voir ainsi chanter et danser, on s’étonne d’ailleurs que l’acteur, se trouvant trop âgé, ait pu hésiter à reprendre le chemin des studios pour Easter Parade . Au milieu de jeunes danseurs, et aux côtés de sa cadette Judy Garland, Fred Astaire se révèle aussi extraordinairement virtuose que dans ses films des années 30. Grâce à ses prouesses, et à la vitalité impressionnante de sa partenaire, cette œuvre qui aurait pu rester seulement plaisante garde une place de choix dans l’histoire du genre. 

parade_printemps_05
Fred Astaire et Ann Miller – EASTER PARADE (Parade de printemps) – Charles Walters (1948)
Initialement, le film devait être dirigé par Vincente Minnelli, avec Judy Garland, Gene Kelly et Cyd Charisse, Arthur Freed étant, une fois encore, l’exceptionnel  de l’opération. Easter Parade devait donc à la fois reconstituer le couple du Pirate, Gene Kelly et Judy Garland, et permettre à Cyd Charisse de trouver un rôle plus important que ceux qu’elle avait eus jusqu’ici.
La MGM redoute que le tournage du film ne devienne aussi conflictuel – et dispendieux – que celui du Pirate et Minnelli reçoit cinq jours avant le début du tournage un message d’Arthur Freed : « Le psychiatre de Judy pense qu’il est préférable que vous ne réalisiez pas ce film. Il pense que Judy ne souhaite pas que vous la dirigiez, car vous symbolisez à ses yeux toutes les difficultés qu’elle a rencontrées dans le studio. »
easter_parade_07
Judy Garland et Peter Lawford – EASTER PARADE (Parade de printemps) – Charles Walters (1948)

Tout en regrettant que Judy Garland – son épouse – ne lui ait pas annoncé la nouvelle elle-même, Minnelli se range à l’avis de son producteur et Charles Walters le remplace, s’empressant de faire réécrire en partie le scénario par Sidney Sheldon. Walters commence aussitôt à travailler avec Kelly mais ce dernier se fracture la cheville au cours d’une partie de football. Comme il est hors de question que Kelly puisse danser avant cinq mois, il doit être, lui aussi, remplacé. La MGM fait alors appel à Fred Astaire qui avoue : « N’ayant pas dansé depuis près de deux ans, exception faite de mes leçons aux professeurs de mes studios, je me rendais compte qu’un énorme travail m’attendait. Brusquement, je me demandai si je serais capable de réaliser ce pour quoi on m’engageait : mes vieilles articulations n’allaient-elles pas s’ankyloser en réponse à un entraînement acharné ? J’avais lu tellement d’articles dans les journaux au sujet de ma cinquantaine imminente que je me serais presque vu cul-de-jatte, du moins à les en croire ! J’avais tout de même quarante-huit ans, et je redoutais un peu de perdre une jambe à gigoter avec trop d’énergie. C’est pourquoi je pris mon temps et commençai en douceur ma remise en forme. Tout se passa bien, et tout fonctionna comme avant, c’est-à-dire sans plus de craquements et de douleurs que d’habitude. Il fallut pas mal de modifications pour adapter le film à ce changement d’interprète. Je me mis au travail avec le chorégraphe, Bob AIton, pour préparer et répéter mes danses, et, au bout de cinq semaines environ, le tournage put commencer. Ma retraite avait pris fin ! » [(La comédie musicale – Patrick Brion – Edition de la La Martinière – 1993)]

easter_parade_08
Fred Astaire et Judy Garland : A Couple of Swells – EASTER PARADE (Parade de printemps) – Charles Walters (1948)

Parallèlement Cyd Charisse, victime d’une déchirure du tendon d’une jambe, est obligée de laisser sa place à Ann Miller. La seule à demeurer de la distribution initiale est Judy Garland, a priori la plus instable… Curieusement d’ailleurs, Judy Garland apparaît dans le film beaucoup plus à l’aise que dans Le Pirate, comme si le style de Fred Astaire lui convenait mieux que celui de Gene Kelly. Jouant sur un sujet à la « Pygmalion », Easter Parade décrit donc l’ascension d’une petite danseuse qui va, grâce à l’énergie de son partenaire et à ses propres dons, devenir à son tour une vedette.
Bénéficiant de la présence de Fred Astaire, Judy Garland et Ann Miller, Walters en profite pour décliner toutes les possibilités de danse à sa disposition : du romanesque « It only happens when I dance with you » qui permet à Fred Astaire de tenter de séduire Ann Miller avant que celle-ci ne s’en serve à son tour à son propre profit, au burlesque « A Couple of Swells » qui rappelle le « Be a Clown » du Pirate et paraissait idéalement destiné à Gene Kelly et à Judy Garland plus qu’au couple formé par Fred Astaire et la même Judy Garland. Ann Miller danse « Shaking the Blues away », un brillant numéro de claquettes, Judy Garland, troublante, interprète « I want to go back to Michigan» et « Steppin’ out with my Baby » permet à Robert Alton, le chorégraphe du film, d’utiliser le ralenti dans ce numéro qui oppose Astaire à plusieurs danseuses différentes. Quant à la danse « Beautiful Faces» qui révèle à quel point Hewes a tort de vouloir faire faire à Hannah le type de pas habituels à son ex-partenaire Nadine, il offre la possibilité à Astaire et a Alton de parodier discrètement le « Cheek to Cheek » de Top Hat et ses célèbres plumes volantes.
La variété des numéros d’Easter Parade a certainement été à l’origine du succès considérable remporté par le film, l’une des plus profitables comédies musicales de la MGM. Fred Astaire et Judy Garland ne se retrouveront pourtant plus jamais au cinéma. [(La comédie musicale – Patrick Brion – Edition de la La Martinière – 1993)]

easter_parade_09
Judy Garland et Fred Astaire : Easter Parade (scène finale) – EASTER PARADE (Parade de printemps) – Charles Walters (1948)
Les numéros musicaux









ann_miller_01
Ann Miller est née en 1923 et disparue en 2004, cette Texane prend très tôt des leçons de claquettes, et parvient à se faire engager par la RKO à l’âge de quatorze ans, grâce à un faux certificat. En 1938, on la remarque dans Vous ne l’emporterez pas avec vous, de Capra, mais c’est Broadway qui la rend célèbre l’année suivante. Elle trouve ensuite ses meilleurs rôles à la MGM, notamment dans Un jour à New York. Elle se détournera de l’écran au milieu des années 50 pour se consacrer à la scène, mais fera tout de même un bref corne-back dans Mullholand Drive.
Fiche technique du film
https://moncinemaamoiblog.wordpress.com/2016/05/01/easter-parade-parade-de-printemps-charles-walters-1948/
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s