VOICI LE TEMPS DES ASSASSINS – Julien Duvivier (1956)

Dans Voici le temps des assassins, le personnage de Chatelin est l’occasion d’une grande composition pour Gabin, parfait en grand chef, permettant à Duvivier de donner à son film une épaisseur réaliste, dans laquelle il l’installe dès les scènes d’ouverture, où la caméra se déplace avec fluidité en accompagnant Gabin dans son travail (ouverture du…

THE BIG CLOCK – John Farrow (1948)

The Big Clock est un film remarquable : par cet équilibre parfait entre ce moment d’apogée du film noir, dont il respecte entièrement les règles, des exigences de studio, un mélange de marivaudage hollywoodien, de grands acteurs en liberté, en état de donner leur meilleur d’eux-mêmes, un sujet, un scénario, des dialogues qui sont très…

DETOUR – Edgar George Ulmer (1945)

Detour est très loin d’être la seule excellente série B noire. Celle-ci permettra à de nombreux réalisateurs de poursuivre le sillon. Notamment Anthony Mann qui y fait des premières armes réussies, couronnées par le remarquable Raw Deal. Nombre de réalisateurs comme John Farrow, à qui on doit l’excellent The Big Clock, Richard Fleisher ou Vincent…

ODDS AGAINST TOMORROW – Robert Wise (1959)

Sur un thème policier éculé, Odd against tomorrow (Le Coup de l’escalier) parle de quelques considérations tels que l’ennui, le désœuvrement, la violence, la solitude, le vieillissement, l’érosion des sentiments et des impulsions, l’amour, la haine et la mort. L’action se passe au milieu des années 1950 dans une petite ville des environs de New…

KISS ME DEADLY – Robert Aldrich (1955)

Adapté d’un best-seller de Mickey Spillane, Kiss Me Deadly (En quatrième vitesse) est le troisième film de Robert Aldrich. Film noir violent et sexy, parsemé de vamps et de cadavres, Kiss Me Deadly a été salué par les meilleurs critiques et rapidement été élevé au rang de film culte. Référence absolue pour de nombreux auteurs,…

NIGHT AND THE CITY – Jules Dassin (1950)

 « La nuit et la ville. La nuit est ce soir, demain soir ou n’importe quel soir. La ville est Londres. » Ces mots – les premiers du film – suffisent à dresser le cadre. Le spectateur les entend alors même qu’il voit Harry Fabian en train de tenter d’échapper à un poursuivant qui le…

THEY LIVE BY NIGHT – Nicholas Ray (1948)

« L’amour fou isole les amants, leur fait dédaigner les conventions sociales, rompt les liens familiaux habituels et finit par les mener à leur perte. Cet amour effraie la société, il la choque profondément. Et la société fait tout ce qui est en son pouvoir pour séparer ces amants, comme elle le ferait avec deux…

He ran all the way : le dernier film noir (Par Eddie Muller)

He Ran all the Way (Menaces dans la nuit) est – symboliquement, spirituellement – le dernier film noir. Ses créateurs s’attachent au plus près aux échecs douloureux d’un homme désespéré. Le film fait preuve de compassion sans chercher à faire la leçon ou verser dans le sentimentalisme. Il possède une qualité encore plus constitutive de…

THE ASPHALT JUNGLE – John Huston (1950)

« Rendons hommage à ces messieurs, et en particulier à John Huston, pour leur magnifique travail ! Dès le tout premier plan, dans lequel la caméra suit un voyou en maraude qui se faufile entre les immeubles pour semer une voiture de police dans la grisaille humide de l’aube, ce film laisse entrevoir, sous des…

THE WOMAN IN THE WINDOW – Fritz Lang (1944)

Les films du « cycle noir» jouent souvent sur l’instabilité qui règne dans l’esprit des personnages comme à l’intérieur des lieux où ils se déplacent. L’onirisme s’y empare de la réalité, la transgresse ou la distord, dans une esthétique favorisant le jeu des hallucinations. Les fantômes du cinéma muet allemand, du romantisme gothique et des…

Film Noir : Beautés Fatales

Il est surprenant de lire, ici et là, que le film Noir est un genre exclusivement masculin, alors que la motivation du comportement de ses personnages est souvent le désir sexuel et que les drames y sont provoqués à cause d’une femme à la sensualité dévorante ou bénéficiant d’une beauté exceptionnelle. Devenue l’icône désincarnée de…

UNDERCURRENT – Vincente Minnelli (1946)

L’histoire : Ann Hamilton (Katharine Hepburn) mène une vie douillette avec son père qui est professeur (Edmund Gwenn ) jusqu’au jour où elle rencontre Alan Garroway (Robert Taylor), beau et plein de charme, à la tête d’une usine d’aviation. Ils tombent amoureux l’un de l’autre et se marient, mais Alan est en fait un homme…

Le film Noir de série B

De la série réalisée par Anthony Mann et John Alton pour Eagle-Lion entre 1947 et 1949 – Raw Deal (Marché de brutes, 1948), T-Men (La Brigade du suicide,1948), He Walked by Night (Il marche dans la nuit, 1948) et Reign of Terror (Le Livre noir, 1949) – au Gun Crazy (Démon des armes, 1950) de Joseph…

GUEULE D’AMOUR – Jean Grémillon (1937)

Lucien Bourrache (Jean Gabin), un sous-officier de spahis caserné à Orange soulève tous les cœurs féminins ; mais, lassé des succès qui lui ont valu le surnom de« Gueule d’amour», il préfère la compagnie de son ami René (René Lefèbvre), le médecin major du régiment. De passage à Cannes pour toucher un petit héritage, il…

CRISS CROSS – Robert Siodmak (1949)

Comme Les Tueurs, mis en scène deux ans plus tôt par Robert Siodmak et produit par le même Mark Hellinger, Criss Cross (Pour toi,j’ai tué) décrit des personnages littéralement damnés et incapables d’échapper à leur destin. Ni Anna (Yvonne de Carlo), qui a tenté en trahissant les uns et les autres de se sauver elle-même,…