Le film noir

gun_crazy_02
GUN CRAZY (Le Démon des armes) – Joseph H. Lewis (1950) – Peggy Cummins, John Dall
Dernières publications

LA MÔME VERT-DE-GRIS – Bernard Borderie (1953)

THE BIG SLEEP (Le Grand sommeil) – Howard Hawks (1946) avec Humphrey Bogart, Lauren Bacall, John Ridgely, Martha Vickers

THE MALTESE FALCON (Le Faucon maltais) – John Huston (1941) avec Humphrey Bogart, Mary Astor, Peter Lorre, Sydney Greenstreet, Elisha Cook Jr., Lee Patrick

GUN CRAZY (Le Démon des armes) – Joseph H. Lewis (1950) avec Peggy Cummins et John Dall

THE WOMAN IN THE WINDOW de Fritz Lang (1944) avec Edward G. Robinson, Joan Bennett, Dan Duryea

CALL NORTHSIDE 777 (Appeler Nord 777) – Henry Hathaway (1948) avec James Stewart, Richard Conte, Lee J. Cobb

Les thématiques

LE FILM NOIR : UNE INVENTION FRANÇAISE
C’est au cours de l’été 1946 que le public français eut la révélation d’un nouveau type de film américain. En quelques semaines, de la mi-juillet à la fin du mois d’août, cinq films se succédèrent sur les écrans parisiens, qui avaient en commun une atmosphère insolite et cruelle, teintée d’un érotisme assez particulier : The Maltese Falcon, Laura, Murder My Sweet, Double indemnity. (Lire la suite)

L’AVENTURE CRIMINELLE par Nino Frank
Il est d’usage de signaler la première apparition du terme : film noir dans un article du numéro 61, d’août 1946, de L’Ecran français. Sous le titre : « Un nouveau genre policier : l’aventure criminelle », Nino Frank définissait ainsi quelques films américains, venant de sortir en France, qui lui semblaient montrer autrement la violence physique et les actes criminels. (Lire la suite)

LES FEMMES DANS LE FILM NOIR
S’il y a beaucoup de femmes dans le film noir, la plupart n’existent qu’en tandem avec un partenaire masculin. De Double Indemnity à Gun Crazy, aussi dominatrice l’héroïne soit-elle, sans un homme d’une stature équivalente l’histoire ne tient pas. Pour qu’il y ait une femme fatale il faut un homme à détruire… (lire la suite)

LE POIDS DU PASSÉ DANS LE FILM NOIR
Les héros du film noir sont souvent des êtres hantés par leur passé. De fait, ce poids du passé est sans doute l’un des thèmes majeurs du genre. Dans le classique de Robert Siodmak,  The Killers, basé sur la nouvelle d’Ernest Hemingway, le personnage principal, Swede (Burt Lancaster), attend avec résignation d’être tué par deux voyous, sachant que son passé a fini par le rattraper. (Lire la suite)

LE FILM NOIR DE SÉRIE B
De la série réalisée par Anthony Mann et John Alton pour Eagle-Lion entre 1947 et 1949 – Raw Deal, T-Men, He Walked by Night et Reign of Terror – au Gun Crazy de Joseph H. Lewis et au Killer’s Kiss de Kubrick, de nombreux exemples « classiques » de films noirs sont réalisés par des producteurs et des metteurs en scène indépendants disposant de budgets limités. (Lire la suite)

BEAUTÉS FATALES
Il est surprenant de lire, ici et là, que le film Noir est un genre exclusivement masculin, alors que la motivation du comportement de ses personnages est souvent le désir sexuel et que les drames y sont provoqués à cause d’une femme à la sensualité dévorante ou bénéficiant d’une beauté exceptionnelle. (Lire la suite)

LE CAUCHEMAR FATALISTE
Le monde du Noir est fondamentalement un monde de cauchemar. Il est rempli d’étranges synchronismes, d’événements inexpliqués et de rencontres de hasard, créant un enchaînement qui entraîne ses malheureux protagonistes vers une fin annoncée. (Lire la suite)

Le Néo-Noir, un genre conscient de ses racines (par Douglas Keesey)
«Je ne suis pas une gentille », confesse Laure (Rebecca Romijn) dans Femme Fatale (2002), « vraiment pas ; je suis pourrie jusqu’à l’os. » Laure sait qu’elle est une « femme fatale ». Elle vient de regarder Double Indemnity  (Assurance sur la mort,1944) à la télé et calque son comportement sur celui de la ravissante mais funeste Phyllis Dietrichson interprétée par Barbara Stanwyck), l’héroïne du film.  (Lire la suite)

DE SHERLOCK HOLMES AU FILM NOIR
Dans les années 40 on vit apparaître sur les écrans le détective privé, solitaire, dur et très souvent en marge de la loi, chevalier sans peur dans un monde désormais dominé par la corruption. Ce personnage nouveau trouvera un terrain d’élection dans ce qu’on a baptisé « film noir ». (Lire la suite)

facteur_deux_fois_01

Les films

Section en (re) construction

1941

THE MALTESE FALCON (Le Faucon maltais) – John Huston avec Humphrey Bogart, Mary Astor, Peter Lorre, Sydney Greenstreet, Elisha Cook Jr., Lee Patrick

1942

JOHNNY EAGER (Johnny, roi des gangsters) – Mervyn Le Roy (1942) avec Lana Turner et Robert Taylor, Van Heflin

1943

SHADOW OF A DOUBT (L’Ombre d’un doute) – Alfred Hitchcock (1943), Joseph Cotten,Teresa Wright, Macdonald Carey, Hume Crony

1944

THE WOMAN IN THE WINDOW de Fritz Lang (1944) avec Edward G. Robinson, Joan Bennett, Dan Duryea
LAURA – Otto Preminger (1944) avec Gene Tierney, Dana Andrews
PHANTOM LADY (Les Mains qui tuent) – Robert Siodmak (1944) avec Franchot Tone, Ella Raines, Alan Curtis, Aurora Miranda, Elisha Cook, Jr.

1945

DETOUR – Edgar George Ulmer (1945) avec Tom Neal, Ann Savage
LEAVE HER TO HEAVEN (Péché Mortel) de John M. Stahl (1945) avec Gene Tierney, Cornel Wilde

1946

NOTORIOUS (Les Enchaînés) – Alfred Hitchcock (1946) avec Ingrid Bergman, Claude Rains, Leopoldine Konstantin
GILDA – Charles Vidor (1946) avec Rita Hayworth, Glenn Ford, George Macready
THE KILLERS (Les Tueurs) de Robert Siodmak (1946) avec Burt Lancaster, Ava Gardner, Edmond O’Brien
SOMEWHERE IN THE NIGHT – Joseph L. Mankiewicz (1946) – John Hodiak, Nancy Guild, Lloyd Nolan, Richard Conte
THE BIG SLEEP (Le Grand sommeil) – Howard Hawks (1946) avec Humphrey Bogart, Lauren Bacall, John Ridgely, Martha Vickers

1948

CRY OF THE CITY  (La Proie) – Robert Siodmak (1948) – Richard Conte, Debra Paget et Victor Mature
THEY LIVE BY NIGHT (Les Amants de la nuit) – Nicholas Ray (1948) avec Farley Granger et Cathy O’Donnell
THE BIG CLOCK (La Grande horloge) – John Farrow (1948) avec Ray Milland, Charles Laughton, Maureen O’Sullivan, George Macready, Rita Johnson, Elsa Lanchester

1949

THE RECKLESS MOMENT (Les Désemparés) – Max Ophüls (1949) – Joan Bennett, James Mason, Geraldine Brooks
CRISS CROSS (Pour toi, j’ai tué) – Robert Siodmak (1949) avec Burt Lancaster, Yvonne De Carlo

1950

THE ASPHALT JUNGLE (Quand la ville dort) – John Huston (1950) avec Sterling Hayden, Louis Calhern, Marilyn Monroe, Sam Jaffe
NIGHT AND THE CITY (Les Forbans de la nuit) – Jules Dassin (1950) avec Richard Widmark, Gene Tierney, Googie Withers, Hugh Marlowe

1951

THE PROWLER (Le Rôdeur) – Joseph Losey (1951) avec Van Heflin, Evelyn Keyes (Susan Gilvroy)
HE RAN ALL THE WAY (Menace dans la nuit) – John Berry (1951) avec John Garfield. Shelley Winters, Walace Ford
STRANGERS ON A TRAIN (L’Inconnu du Nord-Express) – Alfred Hitchcock (1951) avec Farley Granger, Ruth Roman, Robert Walker, Marion Lorne

1952

DON’T BOTHER TO KNOCK (Troublez-moi ce soir) – Roy Baker (1952) – Marilyn Monroe, Richard Widmark

1953

LA MÔME VERT-DE-GRIS – Bernard Borderie (1953)
THE BIG HEAT (Règlement de compte) – Fritz Lang (1953) avec Glenn Ford, Gloria Grahame, Jocelyn Brando, Alexander Scourby, Lee Marvin, Jeanette Nolan
NIAGARA – Henry Hathaway (1953) avec Marilyn Monroe, Joseph Cotten, Jean Peters, Casey Adams, Denis O’Dea et Richard Allan

1954

Pushover (Du plomb pour l’inspecteur) – Richard Quine (1954) avec Kim Novak, Fred MacMurray

1955

KISS ME DEADLY (En quatrième vitesse) – Robert Aldrich (1955) avec Ralph Meeker, Maxine Cooper, Nick Dennis, Wesley Addy, Paul Stewart

1956

THE KILLING (L’Ultime razzia) – Stanley Kubrick (1956) avec Sterling Hayden, Coleen Gray, Elisha Cook Jr., Marie Windsor, Vince Edwards

1958

PARTY GIRL – Nicholas Ray (1958) avec Robert Taylor, Cyd Charisse

1959

ODDS AGAINST TOMORROW (Le Coup de l’escalier) – Robert Wise (1959) avec Harry Belafonte, Robert Ryan, Ed Begley, Shelley Winters, Gloria Grahame

leave_her_to_heaven_03