ARLETTY : LE CHARME ET LA GOUAILLE

Dans le rôle de Garance, Arletty livre en effet une prestation éblouissante qui contribue, avec la mise en scène de Carné, le scénario de Prévert et l’interprétation de ses partenaires Jean-Louis Barrault et Pierre Brasseur, à faire des Enfants du paradis le film le plus mythique du cinéma français.

MARILYN MONROE : L’ENFANCE VOLÉE

En septembre 1935, Norma Jean entre donc au Los Angeles Orphans Home Society. Dans cette grande maison coloniale, la vie va s’écouler sans heurts, mais la fillette n’en souffre pas moins d’avoir été une nouvelle fois abandonnée, même si Grace tâche de l’emmener au cinéma le samedi. Quant à sa mère, Norma Jean n’a presque plus de contact avec elle : elle se console en montant le soir sur le toit de l’orphelinat, d’où l’on voit les studios de la RKO où avait travaillé Gladys.

AUTOUR DU GRISBI : Gabin, un acteur mythique

De La Bandera au Clan des Siciliens, en passant par Le Jour se lève et Un singe en hiver, Jean Gabin a mené durant près de cinquante ans un parcours en tous points exemplaire. Retour sur l’étonnante carrière d’un artiste de légende. 

AUTOUR DU « GRISBI » : Jeanne Moreau, l’anti femme fatale

Héroïne inoubliable de Jules et Jim, Jeanne Moreau occupe une place à part dans le cinéma français. Indépendante et spirituelle, l’actrice a su faire preuve d’une exigence peu commune, ouvrant ainsi la voie à toute une nouvelle génération de comédiennes.

RITA HAYWORTH

Rita Hayworth fut une actrice magnifique, une vamp éblouissante, une pin-up d’anthologie, et pourtant la postérité ne lui rend pas justice. Elle l’associe avant tout à la séquence de Gilda (1946) où, vêtue d’une robe fourreau noire, elle joue avec les nerfs des hommes qui l’entourent et exécute une allégorie de striptease aussi torride que minimaliste, en ôtant simplement un gant. Mais ce personnage de sex-symbol castrateur, façonné par Harry Cohn, le patron de la Columbia, était à cent lieues de la véritable Rita Hayworth, comme le déclara Orson Welles : « Sa qualité essentielle était la douceur. On devinait en elle une richesse, une épaisseur qui la rendaient très intéressante, et que l’on trouve rarement chez une star de cinéma. »

Maurice Ronet

Figure aristocratique et désenchantée, Maurice Ronet a été non seulement un comédien singulier et profond, mais aussi un metteur en scène dont le dernier film était un chef-d’œuvre. Pessimiste, ironique, distant et habité par le sentiment de la profonde vanité des croyances idéologiques et religieuses, Maurice Ronet est toujours resté un marginal dans le cinéma…

RAY MILLAND devant et derrière la caméra

Tous les films interprétés par Ray Milland ne méritent pas de passer à la postérité. Cet acteur d’origine britannique n’en a pas moins marqué Hollywood, qui sut lui faire confiance et lui permettre de réaliser son ambition : passer à la mise en scène. L’obtention d’un Oscar ne marque pas nécessairement un tournant dans la…

Jerry Lewis et Dean Martin

Environ tous les dix ans, l’Amérique se toquait d’un nouveau tandem comique. A Abbott et Costello, les vedettes d’Universal, succédèrent, de 1946 à 1956, Jerry Lewis et Dean Martin, qui rapportèrent des sommes fabuleuses à la Paramount. A la radio, à la télévision, dans les boîtes de nuit et au cinéma, leur dynamisme et leurs…

Jean Gabin : films en costumes

Sur les quatre-vingt-quinze films tournés par Gabin au cours de sa carrière, six seulement appartiennent au genre historique, pourtant fort à la mode durant toutes ces années : s’estimant trop « typé », l’acteur ne se sentait à l’aise que dans l’univers du XX’ siècle. Dès ses débuts au music-hall et dans ses premiers films, Gabin s’est…

Françoise Arnoul

Rivale de Martine Carol, la jeune actrice du Fruit défendu défraie la chronique des années 50 en tournant une série de films où elle apparaît court vêtue. Mais ses rencontres avec des cinéastes tels que Renoir ou Carné donneront d’elle une tout autre image. Celle qui fut l’une des plus grandes vedettes féminines des années 50 naît…

Noël Roquevert

S’il fut, dans nombre de ses films, à cheval sur le règlement – en gendarme, garde-champêtre, grognard ou vieille baderne – il n’en a pas moins fait sans doute, une fausse déclaration à son biographe, Yvon Floc Hlay, qui l’interrogeait sur ses débuts au cinéma (1). Noël Roquevert affirme en effet – et nombre d’historiens…

MARILYN : GLAMOUR GIRL

Reine de beauté et sex-symbol, Marilyn a aussi incarné pour toute une génération la quintessence du chic « made in Hollywood ». Entre luxe, mode et falbalas, petite revue de détail de la panoplie d’une superstar… Plus que tout autre produit de luxe, Marilyn adorait les produits de beauté. Dès ses débuts, la starlette dilapide ses premiers…

Donald O’Connor

Eternel amuseur des comédies musicales hollywoodiennes, l’acteur a tenu son rôle le plus mémorable aux côtés de Gene Kelly dans Singin’ in the Rain. Mais sa carrière ne se résume pas aux personnages de fidèle comparse… Donald O’Connor est ce que l’on appelle un enfant de la balle. Né à Chicago, il est élevé dans…

Visages familiers du cinéma français des années 30

Avec ses héros romantiques, ses femmes abandonnées, ses petits commerçants, le cinéma français des années 30 a favorisé la popularité d’un grand nombre d’acteurs qui ont prêté, avec talent, leur visage à une série de personnages inoubliables. Françoise Rosay, grâce à son indéniable présence à l’écran, a marqué certains des films français les plus importants…

Marilyn Monroe dans « The Asphalt Jungle » de John Huston (1950)

Sans Johnny Hyde Hyde (agent puissant d’Hollywood), elle aurait pu périr en tant qu’actrice et rester dans le circuit des cocktails et des soirées. Il l’aida à obtenir les deux petits rôles qui allaient faire démarrer brusquement sa carrière: celui d’Angela, dans  The Asphalt Jungle (Quand la ville dort), de John Huston en 1950, et…