FUNNY FACE (Drôle de frimousse) – Stanley Donen (1957)

Attention, explosion de couleurs ! Avant tout, Funny Face est la rencontre, orchestrée par Stanley Donen, des teintes les plus pimpantes — le rose en majesté pop — et des noirs et bruns les plus profonds. C’est d’ailleurs dans la pénombre d’une librairie que Fred Astaire, photographe à la mode (inspiré de Richard Avedon) vient convaincre Audrey Hepburn, petit machin maigre et intello qui réinvente les canons de la beauté, de devenir modèle pour le magazine Quality (traduisez Vogue). S’ensuit un mariage parfait entre marivaudage et numéros chantés et dansés, et l’histoire d’une libraire mal fagotée, allergique au chic et au superflu, qui découvrira, grâce à un pygmalion de deux fois son âge, qu’une déesse de beauté sommeille en elle. [Guillemette Odicino – Télérama (janvier 2017]

ROYAL WEDDING (Mariage royal) – Stanley Donen (1951)

Tourné pendant l’été 1950, le second film de Stanley Donen est avant tout un écrin pour le talent extraordinaire de Fred Astaire, parfaitement secondé ici par la charmante Jane Powell.
Amoureux sur scène, Tom et Ellen Bowen sont frère et soeur à la ville. Leur nouveau spectacle de Broadway remporte un tel succès qu’on leur propose bientôt de le présenter à Londres. Tous deux sont évidemment emballés à cette idée, même si cela implique pour Ellen de laisser à New York ses chevaliers servants. Les artistes s’embarquent donc pour l’Angleterre, où se prépare fébrilement le mariage de la jeune princesse Elizabeth…

DADDY LONG LEGS (Papa longues jambes) – Jean Negulesco (1955)  

Dans Daddy long legs (Papa longues jambes), les raffinements du ballet parisien se mêlent à l’énergie du music-hall américain. Servi par la musique de Johnny Mercer, le film de Jean Negulesco marque l’unique rencontre à l’écran de deux légendes de la comédie musicale : le géant Fred Astaire et l’étoile Leslie Caron.  

Le Mythe Ginger et Fred

Dans les années 30, la RKO révolutionne la comédie musicale grâce à deux artistes qui, de Carioca (Flying Down to Rio) à La Grande Farandole (The Story of Vernon and Irene Castle), vont s’imposer comme les maîtres du genre. Lorsqu’il arrive à Hollywood en 1933, Fred Astaire est heureux de pouvoir mener enfin sa carrière…

THE BARKLEYS OF BROADWAY – Charles Walters (1949)

Bouquet final En 1949, le producteur Arthur Freed signe un coup de maître : les retrouvailles du duo le plus légendaire du cinéma américain, Fred Astaire et Ginger Rogers. Le public, venu en masse assister à l’événement, ne sera pas déçu. L’affiche de The Barkleys of Broadway (Entrons dans la danse), qui sera le dernier…

HOLIDAY INN – Mark Sandrich (1942)

L’histoire : Deux danseurs, Jim Hardy (Bing Crosby) et Ted Hanover (Fred Astaire), sont tous les deux amoureux de leur partenaire, Lila Dixon (Virginia Dale). La jeune fille manifestant une préférence pour Ted, Jim se retire du music-hall et fonde un hôtel ouvert uniquement les jours fériés, qu’il appelle le « Holiday Inn ». Il tombe rapidement amoureux de sa…

THE BAND WAGON – Vincente Minnelli (1953)

Tout comme les scénaristes Comden et Green, le réalisateur Vincente Minnelli ne craint pas de porter un regard critique sur le monde du spectacle (il a dépeint celui d’Hollywood dans The Bad and the beautiful (Les Ensorcelés) et Two Weeks in Another Town (Quinze jours ailleurs). À travers son histoire de pièce en gestation, The Band wagon pose en fait la question du renouvellement de la comédie musicale. À cours d’inspiration, le genre doit-il s’ouvrir au théâtre classique (mais que viendrait faire Faust dans cette galère…), à la vie quotidienne (avec ici les machines à sous et la rue new-yorkaise, même si tout a été filmé en studios à la MGM), ou encore au Film Noir (le splendide ballet final avec son « privé ») ?

LA BELLE DE NEW YORK – Charles Walters (1952)

Une redécouverte : Au cinéma comme dans tous les arts, les œuvres peuvent se voir réévaluées au bout de quelques décennies. C’est le cas de La Belle de New York, qui n’a pas connu à sa sortie le succès espéré par ses artisans. Fred Astaire s’est notamment beaucoup investi dans ce film, qui comporte davantage…

CAREFREE – Mark Sandrich (1938)

Sortie aux États-Unis le 2 septembre 1938, la huitième comédie musicale de Fred Astaire et Ginger Rogers leur permet de danser une fois encore sur les belles mélodies d’Irving Berlin. On ne sait si Irving Berlin songeait aux rêves d’indépendance de Fred Astaire et Ginger Rogers en écrivant la chanson Change Partners, mais elle semble…

Arthur Freed : le magicien de la MGM

Après avoir travaillé longtemps à la MGM comme compositeur, Arthur Freed commença en 1939 une extraordinaire carrière de producteur qui en fit le maître incontesté de la comédie musicale. Les succès remportés par Arthur Freed, qui fut le « promoteur » des plus prestigieuses comédies musicales des années 40 et 50, font de lui le…

EASTER PARADE (Parade de printemps) – Charles Walters (1948)

Le film de Charles Walters mérite bien son titre de Easter Parade (Parade de Printemps). Même s’il se situe dans le monde du spectacle, la vision qu’il en donne est bien différente de celle révélée par un autre film de Judy Garland, A Star is born (Une Etoile est née).