Michel Simon

michel_simon_03
Michel Simon

Michel Simon naît à Genève, en Suisse, le 9 avril 1895 et décède le 30 mai 1975 à Bry-sur-Marne. Il est considéré comme l’un des plus prestigieux comédiens du XXe siècle.
La personnalité de Michel Simon se dessine dès l’enfance : un esprit d’une vivacité peu commune, épris de liberté individuelle, un amour éperdu de toute forme de vie et un sens de l’observation extrêmement aigu. A l’épreuve de la vie en société, tout cela composera un humaniste misanthrope dans la grande tradition, d’une sensibilité inquiète et d’une tendresse ombrageuse, mais aussi d’une timidité qui le condamnera à une certaine solitude : c’est essentiellement par son métier de comédien qu’il participera à la vie en communauté et ce métier s’en trouvera enrichi d’autant.

michel_simon_04
Michel Simon et Sacha Guitry, lors du tournage du film « La Poison » en 1951

En 1911, à l’âge de 16 ans, après des études dont la fantaisie répondait à la logique de son tempérament, Michel Simon quitte Genève pour Paris. Il y vit en plein cœur populaire, exerçant divers petits métiers pour subsister (donnant des leçons de boxe ou vendant des briquets de contrebande à la sauvette), dévorant tous les livres qui lui tombent sous la main (avec une prédilection pour les écrits de Courteline), et «approfondissant par l’expérience sa connaissance du genre humain», comme dit son excellent biographe Freddy Buache. Il gîte à l’hôtel Renaissance, rue Saint-Martin, puis à Montmartre, et débute modestement dans le monde du spectacle en faisant le clown et l’acrobate pour «faire-valoir» un numéro de danseurs (les «Ribert’s and Simon’s»), puis un prestidigitateur. Rappelé en Suisse au moment de la guerre de 1914, il est le plus indiscipliné des soldats et passe le plus clair de son temps aux arrêts ou à l’ombre des cachots, si bien que sa santé s’en ressent, et il doit être hospitalisé.

michel_simon_06
Michel Simon (Clo-Clo) dans « Jean de la Lune » de Jean Choux réalisé en 1930 et sorti en 1931. Il s’agit d’une adaptation de la pièce de théâtre de Marcel Achard avec René Lefèvre et Madeleine Renaud

C’est en 1915, au cours d’une permission, que sa vocation se déclare : il voit Georges Pitoëff faire ses débuts d’acteur en langue française, dans l’Hedda GabIer, d’Ibsen, au théâtre de la Comédie de Genève. Ce n’est que cinq ans plus tard, pourtant, en octobre 1920, qu’il fera son apparition dans la troupe des Pitoëff en disant trois répliques de Mesure pour mesure, de Shakespeare (le rôle d’un greffier). Entre-temps, il s’est voué au métier de photographe, d’ailleurs avec talent… et il a tiré le portrait de la plupart des membres de la troupe, cette troupe dont Michel Simon suit le destin lorsqu’elle vient s’établir à Paris, à la Comédie des Champs-Élysées, au début de 1922. Il la quitte pourtant l’année suivante, devient un acteur du Boulevard pendant quelque temps, jouant des vaudevilles de Tristan Bernard, d’Yves Mirande et de Marcel Achard. Ce dernier le présente à Dullin, dans la compagnie duquel Simon joue une pièce d’Achard (Je ne vous aime pas, avec Valentine Tessier). Puis il est engagé par Louis Jouvet qui a remplacé Pitoëff à la Comédie des Champs-Elysées. C’est avec Jouvet, dans une pièce d’Achard, Jean de la lune, que Michel Simon s’impose d’une façon éclatante, le 18 avril 1929. Son talent inimitable fait du rôle – au départ secondaire – de CIo-CIo, la principale attraction de la pièce : «Simon pétarada comme jamais, faisant de Cloclo un type inoubliable comme Arlequin, Sganarelle ou Pantalon, dont le ton chantant (en fausset) des innombrables répliques demeurées fameuses ne peut être dissocié des répliques elles-mêmes» (Buache).

michel_simon_08
Michel Simon et Sévérine Lerczinska dans Boudu sauvé des eaux, réalisé par Jean Renoir (1932)

La carrière théâtrale de Michel Simon va se poursuivre, de succès en succès (il joue Shakespeare et Bernard Shaw, Pirandello et Oscar Wilde, Gorki, Bourdet et Bernstein), mais c’est le cinéma qui va lui apporter une immense popularité. Il a débuté à l’écran en 1925, d’abord en jouant au côté de Ivan Mosjoukine dans Feu Mathias Pascal, de Marcel L’Herbier, d’après Pirandello, et presque en même temps en participant à un film réalisé en équipe, en Suisse, avec Jean Choux : La Vocation d’André Carel (selon des méthodes de productions artisanales tout à fait identiques à celles dont la «Nouvelle Vague» française de 1958 revendiquera l’originalité).

michel_simon_09
Michel Simon dans « Les Disparus de Saint-Agil » de Christian Jaque (1938)

Au cinéma muet, il apporte surtout un étonnant physique et un visage peu banal, d’une exceptionnelle mobilité (une mobilité qu’il prend grand soin de ne pas transformer en tics comme il arrive trop souvent par facilité, à ce genre d’acteurs : voir par exemple combien rapidement, à la même époque, le jeu de Fernandel va se scléroser !). Michel Simon joue de ses données naturelles avec une virtuosité infinie : de la laideur intelligente ou sympathique, de la bonté ou de la naïveté, à la laideur grotesque ou inquiétante, cocasse ou stupide, malicieuse ou cruelle. Il tourne : L’Inconnue des six jours, de René Sti et Jean Painlevé (avec J. Painlevé et Tania Fédor), en 1926 ; Casanova, d’A. Wolkoff, avec Ivan Mosjoukine, en 1927 ; le rôle d’un juge dans La Passion de Jeanne d’Arc, de Theodor Dreyer, en 1927-1928 ; Tire-au-flanc, de Jean Renoir, en 1928.

michel_simon_10
Michel Simon dans « Un Ami viendra ce soir » – Raymond Bernard (1946) (photo de presse)

Sa vraie carrière cinématographique ne commence qu’avec le «parlant» : on s’aperçoit que l’élocution et même le timbre de voix de l’acteur sont aussi originaux que son physique et son jeu. Et le comédien est «inclassables : comique, dramatique, tragique, vaudeville, il peut tout jouer avec un égal talent, avec une intelligence des rôles à peu près unique, dans autant de diversité. De plus, l’aventure cinématographique de Jean de la Lune (1930) révèle un auteur. Mais La Chienne, de Jean Renoir (1931), et Boudu sauvé des eaux, du même (1932), sont inconcevables sans Michel Simon. L’acteur y montre du génie, un génie que l’on retrouvera chaque fois que l’œuvre en vaudra la peine, à commencer par L’Atalante, de Jean Vigo (1934).

michel_simon_11
Michel Simon dans « Monsieur Taxi » d’André Hunebelle (1952)

Ouvert aux beautés de la nature, à l’innocence des bêtes, aux cris du désespoir et de l’injustice, il ne regardait pas sans étonnement ni dégoût les petitesses insultantes ou les vanités sanglantes des mœurs contemporaines. D’où ses attitudes boudeuses, ses éclats de colère ou son comportement de misanthrope. Mais, en même temps, il avait un formidable sens de l’humour et une conscience claire de la relativité des codes moraux. Par conséquent, il ne pouvait professer qu’un anarchisme souriant lié directement à un sentiment grave du bonheur fraternel. Dès la salle de classe du collège Calvin à Genève, il manifesta des signes de liberté qui le rendirent toujours proche des marginaux, des défavorisés qui luttent avec leurs propres moyens pour opposer aux ordres de la société l’inaliénable autonomie du rêve et du merveilleux. C’est pour cette raison que ses personnages les plus touchants s’inscrivent dans la lignée du père Jules de L’Atalante ou de Boudu sauvé des eaux.

michel_simon_12
Michel Simon et Magdeleine Bérubet dans « La Chienne » de Jean Renoir (1931) adapté du roman éponyme de Georges de la Fouchardière. En 1946, Fritz Lang réalisera un remake de « La Chienne » : « Scarlet Street »(La Rue rouge), avec Edward G. Robinson.

Son génie, il en témoignait chaque instant dans l’existence quotidienne et, par grâce naturelle, cette présence aux choses et aux êtres devenait plus rayonnante encore sous le feu des projecteurs : jouer, pour lui, ne relevait donc pas d’une technique apprise mais d’une manière de joindre, en I’assumant, l’intelligence du cœur à la mobilité d’esprit. Sa culture narguait malicieusement les valeurs académiques ; il préférait le discours d’un clochard à celui des littérateurs distingués, mais il possédait un incroyable don pour détecter le livre, le tableau, le disque parfaitement adaptés à ses aspirations passagères, ou, au contraire, à d’intérieures exigences. Les classiques, avec lui, redevenaient ainsi gentiment familiers : Tchekhov donnait alors la main à Colette ou Courteline et les nus de Clovis Trouille répondaient, sur un autre ton, à ceux de Renoir : il ne voyait aucune limite aux registres de la sensualité. D’où l’énergie rayonnante de sa personne, et son unité confondante.

michel_simon_15
Michel Simon dans « Panique » réalisé par Julien Duvivier (1946)

Citons seulement, sur la centaine de films de sa carrière, ceux qui ont fait la gloire de Michel Simon. Lac aux dames (M. Allégret, 1934) ; Adémaï au Moyen Âge (Jean de Marguenat, 1935) ;  Le Mort en fuite (A. Berthomieu, 1936, avec Jules Berry) ; Drôle de drame (Marcel Carné, 1937) ; Les disparus de Saint-Agil (Christian-Jaque, 1938) ; Quai des brumes (M. Carné, 1938) ; La Fin du jour (J. Duvivier, 1939) ; Le Dernier tournant (1939) ; Circonstances atténuantes (J. Boyer, 1939) ; Fric-Frac (M. Lehmann et Claude Autant-Lara, 1939) ; La Comédie du bonheur (M. L’Herbier, 1940) ; La Tosca (commencé par J. Renoir. terminé par Carl Koch, en Italie) ; Vautrin (Pierre Billon, 1944) ; Boule de suif (Christian-Jaque, 1945) ; Un Ami viendra ce soir (R. Bernard, 1946) ; Panique (J. Duvivier, 1946) ; Fabiola (A. Blasetti, 1948) ; La Beauté du diable (R. Clair, 1950) ; La Poison (S. Guitry, 1951) ; le commentaire d’Hôtel des Invalides, le court-métrage de G. Franju (1951) ; Monsieur Taxi (A. Hunebelle, 1952) ; Le Rideau rouge (A. Barsacq, 1952); Candide (N. Carbonnaux, 1959) ; Le Vieil homme et l’enfant (C. Berri, 1966) ; Blanche (W. Borowczyk, 1970).

michel_simon_13
Michel Simon et Alain Cohen dans « Le Vieil Homme et l’Enfant » de Claude Berri (1967).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s