Le Film Noir

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939)

On croit souvent que le roman noir américain est une découverte de l’après-guerre, et qu’il a fait son apparition en France à partir de 1945. Il n’en est rien. Un classique du genre, comme Le Facteur sonne toujours deux fois de James Cain était publié chez Gallimard, dans une traduction de Sabine Berritz, dès 1936 ; il est très significatif que ce roman célèbre qui fut porté à l’écran quatre fois, ait connu sa première adaptation cinématographique en France, et cela dès 1939. Elle précédait celles de Visconti (1942), de Tay Garnett (1946) et enfin celle de Bob Rafelson (1981). Il s’agit du Dernier tournant de Pierre Chenal.

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939) – Fernand Gravey, Michel Simon, Corinne Luchaire, Robert Le Vigan

« J’avais lu le roman The postman always rings twice peu de temps après sa parution aux U.S.A. (1934). J’en pariai a Solmsen, mon producteur de La Maison du Maltais, et lui passai le bouquin. L’histoire lui plut, mais pas question d’acheter les droits : la maison d’édition ne les vendrait qu’à une Big Company américaine ! Cependant rien ne se produisit pendant deux ans. Je n’en fus pas surpris : n’étaient-ce pas les Français qui avaient découvert Faulkner, Steinbeck, Caldwell, Hemingway, etc. Les Américains s’intéressent surtout aux best-sellers. Le livre, excellemment traduit par Sabine Berritz en 1936, parut dans la célèbre collection sous couverture blanche de la N.R.F. Je téléphonai chez Gallimard où un ami me fit savoir que le roman avait déjà été proposé à Renoir, qui ne s’y intéressa pas, mais qu’un collègue détenait une option. Toujours la possibilité de filmer ce récit qui me tenait à cœur. » Pierre Chenal

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939) – Fernand Gravey, Michel Simon, Corinne Luchaire, Robert Le Vigan

Film malchanceux d’un cinéaste malchanceux, il fut présenté au public au début de 1940, en pleine drôle de guerre. Les critiques étaient, pour beaucoup, sous les drapeaux, les journaux s’occupaient peu de cinéma, et il n’y eut guère d’articles. Après l’armistice, Chenal étant juif fut frappé d’interdit, et ses films avec lui. Pourtant Le Dernier tournant ressortit sous l’occupation, sans nom de metteur en scène, tout comme L’Empreinte de Dieu de Leonid Moguy ou Les Misérables de Raymond Bernard.

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939) – Fernand Gravey, Michel Simon, Corinne Luchaire, Robert Le Vigan

A la Libération, de nouveaux interdits s’abattaient sur le film. Cette fois, ils frappaient deux acteurs, la vedette féminine Corinne Luchaire, fille du célèbre journaliste « collaborationniste » Jean Luchaire (il fut fusillé en 1946), et Robert Le Vigan, ami de l’écrivain Céline, qu’il avait accompagné en exil en Allemagne, au cours de l’été 1944. Fait prisonnier, Le Vigan fut par la suite assez lourdement condamné. Son nom et celui de Corinne Luchaire disparaissaient à leur tour du générique du Dernier Tournant, tandis que celui de Pierre Chenal y était rétabli… Tout cela nuisit à la carrière du film.

« La grande difficulté fut le casting du film. Le mari me semblait le personnage-clé. Si j’avais choisi un acteur tel que le décrit Cain, le public ne se serait pas, je le craignais, apitoyé autrement sur la mort du vieil époux adipeux, sale et borné. En le proposant à Michel Simon, je fis le bon choix, tout le monde en est d’accord. » Pierre Chenal

Pourtant celui-ci méritait de connaître un meilleur sort. Des quatre versions du roman de James Cain, celle-ci est loin d’être la moins bonne ni la moins fidèle, malgré les difficultés de la transposition.

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939) – Fernand Gravey, Michel Simon, Corinne Luchaire, Robert Le Vigan

Pour le rôle de Cora, Viviane Romance ou Ginette Leclerc étaient toutes désignées. J’eus peut-être tort d’aller contre mon penchant naturel consistant à choisir des acteurs aussi proches que possible de leurs personnages. Mais à ce moment, il me semblait qu’elles étaient précisément trop attendues dans cette interprétation, et conféreraient un climat trop conventionnel à l’histoire, en somme qu’elles banaliseraient le récit. Me rappelant la forte impression que j’avais éprouvée devant la jeune comédienne de Prison sans barreaux, je fis appel à Corinne Luchaire. Bien sûr, elle jouerait à contre-emploi, mais la chose ne m’avait-elle pas réussi avec Dalio dans La Maison du Maltais ? Evidemment, je me privais du côté érotique de l’intrigue. Les avis sont partagés. (Pierre Chenal)

« Visage intelligent, rarement apaisé, débit haché, hargneux, soudain adouci. Elle se situe aux antipodes des ingénues d’alors, fussent-elles dramatiques. Cette personnalité agressive surprend et parfois indispose les spectateurs. » Raymond Chirat

L’histoire, en elle-même, est assez simple. Il n’est pas sûr, d’ailleurs, qu’elle fournisse un aussi bon scénario qu’on l’a cru. La fausse bonne trouvaille du dénouement est sans doute ce que contient de moins convaincant cette histoire célèbre. Par contre, les personnages, puissamment dessinés, et le décor, évoqué avec un fort pouvoir de suggestion, sont de premier ordre.

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939) – Fernand Gravey, Michel Simon, Corinne Luchaire, Robert Le Vigan

Le film de Pierre Chenal est, sur ces deux plans essentiels, tout à fait réussi, ou peu s’en faut. Pourtant, la transposition en France de cette histoire très américaine n’était pas facile à réussir. Elle fut néanmoins opérée de façon satisfaisante, l’action étant située dans le midi de la France, dans un paysage isolé et sauvage, avec lequel le caractère marginal des protagonistes s’harmonisait assez bien. Par ailleurs l’irruption de roman noir américain au sein du cinéma Français d’alors donne des résultats intéressants et marque une rupture sensible avec les schémas habituellement en vigueur. On est très loin, soudain, du réalisme poétique à la Carné-Prévert, de sa rhétorique un peu mièvre et de son univers entièrement recomposé en studio. Les extérieurs nombreux, où s’intègrent bien certains décors naturels, situent Le Dernier tournant très loin du Quai des brumes et du Jour se lève, et lui donne l’avantage sur le plan de l’authenticité.

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939) – Fernand Gravey, Michel Simon, Corinne Luchaire, Robert Le Vigan

Certes, avec sa propre adaptation, Visconti ira plus loin, trois ans plus tard, dans cette direction, et Ossessione peut, à bon droit, passer pour une des premières œuvres du néoréalisme italien. Il reste à Chenal le mérite d’avoir indiqué la voie. Il eut aussi celui de vouloir rester fidèle à l’esprit de l’œuvre originale. Les dialogues sont signés de Charles Spaak, un des scénaristes typiques du cinéma français de cette époque. En réalité, Chenal, mécontent du travail de Spaak, eut l’heureuse initiative de demander à la traductrice du roman de refaire le dialogue en reprenant le plus possible celui du roman de Cain. Ce qui fut fait, même si le générique ne l’indique pas, avec l’aide d’un scénariste expérimenté, également non crédité.

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939) – Fernand Gravey, Michel Simon, Corinne Luchaire, Robert Le Vigan

C’est naturellement le choix de Fernand Gravey dans le rôle de Frank qui a le plus prêté le flanc à la critique. Ce très bon acteur s’était jusqu’alors spécialisé dans les comédies et même les opérettes. Or, une fois qu’un acteur/actrice a, chez nous, trouvé son emploi, il lui est quasiment impossible d’en sortir ! Et cependant, rappelez-vous l’extraordinaire performance de Bourvil, « classé » acteur comique, dans sa dramatique Traversée de Paris ! Pour en terminer avec Gravey, je dirai simplement que lors d’une projection récente en Italie de l’unique copie encore existante du Dernier tournant (restaurée grâce aux Archives du Film), Aldo Tassone, un des plus grands critiques italiens – parlant le français comme vous et moi -voyant le film pour la première fois, se montra étonné du jugement sévère porté sur l’interprète du rôle de Frank : sans idées préconçues, il le trouvait excellent. Ceci dit, depuis cette expérience, je n’ai plus utilisé d’acteur à contre-emploi. Un risque pas forcément payant. Pierre Chenal

Michel Simon, Fernand Gravey

L’autre point fort du film, c’est son interprétation. Certes, Fernand Gravey n’est pas totalement satisfaisant dans le rôle de Frank, l’amant vagabond, devenu criminel ; il a un peu trop l’air échappé de n’importe quel film français du moment, plus proche du populisme ambiant que de la future « Série noire ». Mais il est le seul à mériter ce reproche. Michel Simon fait, comme d’habitude, une composition remarquable dans le rôle du mari assassiné. Le Vigan est encore plus extraordinaire dans un personnage de martre-chanteur, cauteleux et redoutable. Mais la grande vedette du film, le personnage centrai de l’histoire, c’est bien Corinne Luchaire, dans le rôle de Cora, la femme fatale qui va faire de son amant un criminel sans remords.

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939) – Fernand Gravey, Michel Simon, Corinne Luchaire, Robert Le Vigan

Sa composition est d’autant plus saisissante que la jeune vedette avait alors à peine dix-neuf ans. Sa brève carrière et sa destinée pathétique méritent quelques lignes à cette place, car c’est dans Le Dernier tournant qu’elle eut son meilleur rôle et montra qu’elle avait tout pour devenir une grande vedette. Après un bout de rôle, à la limite de la figuration dans Les Beaux jours de Marc Allégret, en 1935, ses débuts véritables se situent dans Prison sans barreaux (1937) de Leonid Moguy. Le film était médiocre, mais connut un grand succès public, grâce en partie à un prix à la Mostra vénitienne de 1938. Il connut même une version anglaise (de Brian Desmond Hurst) avec une interprétation britannique, entourant Corinne Luchaire, seule actrice à figurer dans les deux versions. Promue vedette du jour au lendemain, celle-ci allait tourner six films en trois ans, avant de disparaître dans les remous de la guerre et de l’épuration (on lui reprochait, outre son nom encombrant, quelques liaisons un peu voyantes avec des officiers de la Wehrmacht) et de mourir à moins de trente ans, emportée par la tuberculose. Elle a raconté sa vie dans un livre fort intéressant, « Ma drôle de vie ».

LE DERNIER TOURNANT – Pierre Chenal (1939) – Fernand Gravey, Michel Simon, Corinne Luchaire, Robert Le Vigan
L’histoire

Frank (Fernand Gravey), un vagabond sans but dans l’existence, est engagé par Nick Marino (Michel Simon), patron d’une auberge à l’écart de tout. La vue de Cora (Corinne Luchaire), la jeune femme de Nick, l’a poussé à accepter l’emploi. Pour fêter l’événement, Nick saisit son accordéon et, dans une intention mal définie, oblige Frank et Cora à danser ensemble . Au bout de quelque temps, l’inévitable se produit et Frank devient l’amant de Cora qui ne supporte plus cette existence isolée auprès de son vieux mari. Une tentative de fuite ayant tourné court, les deux amants décident de tuer Nick. Après une première tentative, Nick se retrouve à l’hôpital, persuadé qu’il a été victime d’un accident. La seconde tentative est la bonne. L’enquête les ayant innocentés, Frank et Cora sont désormais libres. Les ennuis commencent avec le chantage d’un cousin (Robert Le Vigan) de Nick. Mais Frank parvient à se débarrasser de l’encombrant personnage. Mais le châtiment survient : un banal accident d’auto, véritable celui-là, tue Cora. Frank en réchappe, mais la police qui l’avait toujours soupçonné, cette fois ne le ratera pas. Le destin fait comme le facteur : il sonne toujours deux fois.

Affiche
Les extraits

THE POSTMAN ALWAYS RINGS TWICE – Tay Garnett (1946)
Le cinéaste hollywoodien évoque, lui, la dérive intime de son pays. Dès les premiers plans, désaxés, inquiétants, l’ambiguïté suggestive s’affiche. Un écriteau à double sens « Man wanted » annonce le désarroi social et affectif de l’Amérique du bout du monde, où le chômage rime avec la misère sexuelle.

THE POSTMAN ALWAYS RINGS TWICE – Bob Rafelson (1981)
C’est le désir et la passion qui est au centre de l’adaptation de Bob Rafelson. Comme Visconti, il arrêtera son film après le deuxième accident qui coûte la vie à Cora, laissant Frank désespéré devant le corps inerte. Le rêve de Frank est devenu cauchemar avec cette fin qui précipite la cruauté du destin décrite par Cain.

JAMES M. CAIN ET LE CINÉMA (par François Guérif)
Les relations de James Cain, prince de la série noire, et du 7ème Art ne se limitent pas aux différentes adaptations du Facteur sonne toujours deux fois, tant s’en faut. Le romancier a en effet signé nombre de romans qui ont su séduire Hollywood. mais il a également (et plus modestement) signé ou cosigné quelques scénarios. Inventaire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.