LOUIS JOUVET, une personnalité, trente-deux personnages

Il peut sembler paradoxal d’entreprendre une publication sur Louis Jouvet au cinéma. Il fut avant tout homme de théâtre, et cet engagement total de son intelligence, de son savoir, de toute sa personne parait exclure de sa part toute approche, même furtive, de cet art cinématographique qui, de son temps, était déjà « une écriture ». Pourtant, il a tourné trente-deux films… Mais lorsqu’il apparut pour la première fois au cinéma, il avait 46 ans (Topaze, première version, en 1933), c’est-à-dire à une époque où sa gloire de comédien et d’animateur dramatique était acquise et éclatante.  C’est donc un homme d’une maturité artistique accomplie, d’une notoriété et mondialement reconnue qui va débuter au cinéma, et dans un rôle consacré déjà par le succès, mais qu’il n’a jamais joué. Pourquoi un tel retard ? On est évidemment tenté de répondre qu’avant 1933 le cinéma présentait peu d’attrait pour un comédien aussi profondément enraciné que lui dans le théâtre. Le cinéma muet avait ses stars, étrangères pour la plupart à l’art dramatique, et dans les deux ou trois premières années de son existence le film parlant fit une large place à la comédie musicale, à l’opérette, à ces « movies show » style Broadway melody ou Our dancing daughters (Les Nouvelles vierges) qui déclenchèrent en Europe les Congrès s’amuse et les Chemin du paradis… Que serait donc allé faire dans ces délectables « friandises cinématographiques » le créateur de Siegfried, le continuateur, à la Comédie des Champs-Elysées, du Vieux-Colombier de Copeau ? Pourtant ce n’est peut-être pas par manque d’intérêt pour lui que Louis Jouvet se tint éloigné du cinéma jusqu’à 46 ans : c’est tout simplement parce que jusque-là il n’eut pas le temps de s’y intéresser… [Anthologie du cinéma – Louis Jouvet – Roger Régent (L’Avant-Scène du cinéma, avril 1969)]

louis_jouvet_3

Louis Jouvet entra pour la première fois dans un studio de prise de vue en 1933 pour incarner ce petit professeur de la pension Muche dans Topaze qu’André Lefaur avait créé au théâtre dans la pièce de Marcel Pagnol. Lefaur n’avait pas la personnalité de Jouvet, mais c’était un acteur solide, éprouvé, et il avait fortement marqué Topaze. Ce n’est pourtant pas la raison, semble-t-il, qui fit échouer Jouvet. Il abordait pour la première fois ces étranges machines que sont les caméras, devait penser au rayon du projecteur, au bon profil, au placement des micros ; en outre, son metteur en scène, Louis Gasnier, n’avait plus l’autorité qu’il eût fallu et en 1933 on ne séparait pas encore, dans la plupart des cas, le cinéma du théâtre.

1932_topaze_04
TOPAZE – Louis Gasnier (1933) – Louis Jouvet, Marcel Vallée, Simone Héliard

Quoiqu’il en soit, Jouvet ne vit dans ce début au cinéma que le prolongement de son travail au théâtre et l’occasion de jouer un rôle qu’il aurait peut-être aime créer et que sa notoriété lui interdisait alors de reprendre sur une scène après un autre. L’état d’ignorance, ou d’indifférence, qui était le sien en 1933 à l’égard du cinéma peut même faire penser qu’il ne songe pas à cette époque à l’immense popularité dont jouissent les vedettes de cinéma. C’est surtout après Knock qu’il s’en avisa.

1933_knock_01
KNOCK – Roger Goupillières et Louis Jouvet (1933) – Louis Jouvet, Madeleine Ozeray, Pierre Palau, Robert Le Vigan

Ses idées sur la pièce de Jules Romains et sur le personnage qu’il avait incarné d’innombrables fois déjà depuis dix ans étaient si précises et intransigeantes qu’il n’aurait pu accepter la moindre déviation à ses théories dans un film dont on lui attribuerait immanquablement, à tort ou à raison, la paternité. Knock fut donc signé, pour la mise en scène, par Louis Jouvet et Roger Goupillères. Là encore, le créateur du rôle ne voyant dans le cinéma qu’une forme démultipliée du théâtre et le moyen de toucher un public (de Paris ou d’ailleurs) qui n’avait jamais mis les pieds à la Comédie des Champs-Elysées, théâtre réputé d’avant-garde. Il ne se trompait pas, et dès ce jour, où qu’il passât, il était reconnu et entouré. Aucun acteur, même ceux de sa qualité intellectuelle et de son rang n’est insensible à cet hommage de la rue.

1934_kermesse_heroique_02
LA KERMESSE HEROÎQUE – Jacques Feyder (1935) – Françoise Rosay, André Alerme, Micheline Cheirel, Louis Jouvet

Cette célébrité auprès d’un public qui n’avait certes jamais entendu parler de Giraudoux, de Jules Romains ou de Roger Martin du Gard fut encore accrue, paradoxalement, par un film où il ne tenait qu’un rôle modeste, La Kermesse héroïque. La silhouette qu’il traça de ce chapelain papelard et paillard, buveur et trafiquant d’indulgences plénières reste inoubliable. François Vinneuil dans L’Action Française l’avait justement défini : « Un Tartuffe maigre et gai ». Ce qui demeura capital pour lui, et décida peut-être de toute sa future carrière cinématographique, ce fut la rencontre qu’il fit, ce matin d’août 1935, jour du premier tour de manivelle de La Kermesse héroïque. Il rencontra « le cinéma ». c’est-à-dire Jacques Feyder. Cette fois, il comprit que le studio d’Epinay n’était plus le prolongement du Théâtre de l’Athénée, mais un lieu indépendant, nouveau et où il allait avoir à faire un autre métier. Il ne l’avouait pas encore, bien sûr et il affectait même un certain détachement à l’égard de cet art où pénétrait.

1936_mister_flow_01
MISTER FLOW – Robert Siodmak (1936) – Louis Jouvet, Edwige Feuillère, Mila Parély, Marguerite de Morlaye, Fernand Gravey

Des deux films qu’il interpréta en 1936, Mister Flow et Les Bas-fonds, celui-ci est de loin le plus important. Mais Mister Flow, qui était tiré d’un roman de Gaston Leroux rajeuni par Henri Jeanson, n’était pas négligeable. L’adaptateur et le metteur en scène, Robert Siodmak, s’étaient efforcés de faire de la « comédie américaine » ; le genre étant. comme l’on sait, d’essence théâtrale, Jouvet s’y trouvait parfaitement à l’aise. Avec Les Bas-fonds, son goût pour le cinéma allait encore s’accroître, car son entente amicale avec Jean Renoir était complète. Sa chance était grande de rencontrer Renoir après Feyder, deux des plus éminents metteurs en scène du cinéma français de l’époque. Dans cette œuvre tirée du roman de Maxime Gorki, Jouvet incarnait un baron de fière allure qui perdait sa fortune au jeu et finissait par échouer chez les clochards. Il apportait à ce milieu d’épaves une dignité, une hauteur devenues dérisoires, mais qui faisaient grand effet sur ces pauvres gens misérables vivant dans une cour sordide parmi la ferraille et les hardes. Il fallait le voir là traînant sa haute silhouette, avec cette « démarche de pingouin » (comme a dit si justement de lui Pierre Brisson) et découvrant un monde. Le rôle était strictement ajusté à son physique, à son parlé, à sa longue silhouette dégingandée et aristocratique ; Il errait dans cet univers nouveau pour lui comme un cosmonaute empêtré dans son scaphandre : cette création reste pour lui l’une des plus marquantes qu’il ait faites à l’écran.

1936_bas_fonds_02
LES BAS-FONDS – Jean Renoir (1936) – Jean Gabin, Louis Jouvet, Suzy Prim, Jany Holt, Robert Le Vigan

L’année suivante, c’est un autre grand seigneur du cinéma qui le dirige dans Salonique, nid d’espions ou Mademoiselle Docteur : G.W. Pabst. Le film racontait l’histoire (copieusement romancée) de cette espionne allemande, Anne-Marie Lesser, qui, au cours de la guerre 14-18 et alors qu’elle était chef du bureau d’espionnage de Spa, avait dit-on dérobé à Paris les plans des premiers tanks. Le film (l’un des moins bons de Pabst) relatait la lutte des services secrets alliés et allemands à Salonique, pendant l’offensive vers les Balkans, et Jouvet tenait le rôle d’un officier des services d’espionnage allemands qui, déguisé en marchand de fruits levantin, recueillait des informations sur les mouvements de troupes alliées. Paradoxalement, Pabst (et le dialoguiste Jacques Natanson) lui avaient distribué un rôle presque muet. Ainsi privé de sa voix et de sa manière de parler inimitables, Jouvet perdait beaucoup de son pouvoir sur le public.

1936_mademoiselle_docteur_02
SALONIQUE, NID D’ESPIONS, ou MADEMOISELLE DOCTEUR – Wilhelm Pabst (1937) – Louis Jouvet, Dita Parlo

Dans Carnet de bal, qui suivit, composition encore : celle d’un avocat véreux traqué par la police. C’était l’un des meilleurs sketches du film de Julien Duvivier. Ce rôle, bien qu’il fût court (le film rassemblait les plus grandes vedettes françaises des années 30), fut sans doute l’un des plus typés de Jouvet à I’écran : il y était émouvant, humain, ce que certains lui reprochent parfois de ne pas être. Il est vrai qu’il lui arriva dans certains rôles d’être une mécanique humaine plutôt que vraiment un homme sensible, qu’il lui arriva d’être dépassé par son propre métier. Que l’on ne s’y trompe pas ! C’est parce qu’on lui demandait de jouer les Jouvet.

1937_carnet_de_bal_02
CARNET DE BAL – Julien Duvivier (1937)

Jacques Prévert et Marcel Carné lui offrirent Drôle de drame, cet évêque anglican qui terrorise le pauvre Michel Simon occupé à nourrir ses mimosas est l’un des personnages les plus mordants de toute l’histoire du cinéma français. Jouvet lui donne une dimension, une puissance irrésistible une virulence qui enchante encore après plus de trente ans les générations de Godard et de Truffaut. Le chapelain de La Kermesse héroïque était monté en grade : il nous revenait évêque. On frémit, d’ailleurs, rétrospectivement, à la pensée de ce qu’eût été Drôle de drame si, autour de Jouvet, l’interprétation avait été, non pas faible, mais simplement un ton au-dessous. Toute l’histoire basculait et l’œuvre était déséquilibrée. Mais Michel Simon, Françoise Rosay, Jean-Louis Barrault soutenaient l’allure. Jouvet ne mettait personne dans sa poche, comme on dit dans le jargon du métier : il avait à qui parier. Ce décalage que l’on observe entre lui et ses partenaires, parfois, a d’ailleurs gâté quelques-uns de ses films. Il domine, il écrase : de là vient que l’on a souvent qualifié son interprétation d’exorbitante – ou de théâtrale, ce qui n’est pourtant pas la même chose.

1937_drole_de_drame_198
DRÔLE DE DRAME – Marcel Carné (1937) – Michel Simon, Louis Jouvet, Françoise Rosay, Jean-Louis Barrault, Jean-Pierre Aumont

De ses films suivants, peu de choses à retenir. Sauf pour La Maison du maltais et L’Alibi, où Pierre Chenal l’avait fort bien employé dans un rôle de commissaire divisionnaire de la P.J. Commissaire absolument différent du reste de celui qu’il incarnera dix ans plus tard dans Quai des orfèvres. Dans L’Alibi, il ressemblait plutôt à Porphyre qui joue avec Raskolnikoff – en l’occurrence Eric von Stroheim. Dans La Marseillaise, où il retrouvait Jean Renoir pour la dernière fois, il incarnait Roederer et ne jouait qu’une brève séquence avec Lise Delamare (Marie-Antoinette) et Pierre Renoir (Louis XVI).

1938_alibi_06
L’ALIBI – Pierre Chenal (1937) – Louis Jouvet, Jany Holt, Erich von Stroheim

Au milieu de l’année 1938, nous trouvons Entrée des artistes qui est important dans son activité cinématographique parce que Marc Allégret d’une part, Henri Jeanson d’autre part surent le faire jouer et le faire parler à son meilleur diapason. Ce reportage romancé sur la classe de comédie de la rue du Conservatoire mettait Louis Jouvet dans son vrai personnage de professeur, fonction qu’il assumait au Conservatoire National d’Art Dramatique depuis trois ans. L’œuvre, aujourd’hui encore, a gardé sa fraîcheur et le personnage de Jouvet toute son acuité. Jouvet montrait là une grande finesse, une infaillible connaissance de l’âme humaine. Entrée des artistes, reste l’exemple le plus éclatant sans doute de la collaboration Jeanson-Jouvet qui fut étroite, longue et apporta à chacun d’eux ses meilleurs succès. Il trouva d’ailleurs un autre brillant dialoguiste en la personne de Carlo Rim qui le dirigea dans Education de prince, adaptation d’un roman et d’une pièce de boulevard de Maurice Donnay. Il jouait le rôle d’un clubman à monocle, racé, élégant, désœuvré et vivant d’expédients : avec Elvire Popesco, le numéro d’acteurs était parfaitement au point.

1938_entree_des_artistes_01
ENTREE DES ARTISTES – Marc Allégret (1938) – Louis Jouvet, Claude Dauphin, Odette Joyeux, Janine Darcey, Bernard Blier

Toujours en cette année 1938, il retrouva G.W. Pabst, mais un Pabst qui n’était plus que l’ombre de lui-même, et ce Drame de Shanghai, tiré d’un roman d’O.P. Gilbert, ne fut guère plus heureux que Salonique, nid d’espions. Le sujet posait le problème de l’unité chinoise que voulait réaliser un jeune étudiant s’efforçant de galvaniser ses frères dans une Chine livrée aux Japonais, aux Occidentaux et aux trafiquants. Dans cette histoire assez confuse, Louis Jouvet était, curieusement, un Russe mystérieux, chef de secte et qui obligeait une chanteuse de cabaret à accomplir des missions dégradantes. Le personnage était faux, artificiel, prêtait à tous les excès de maquillage et de composition mélodramatique. mais son interprète, précisément, sut rester sobre. Quoi qu’il en soit, cette aventure chinoise ne laissa pas un très bon souvenir à Jouvet.

1938_drame_de_shanghai_01
LE DRAME DE SHANGHAÏ – Georg Wilhelm Pabst (1938) – Raymond Rouleau, Louis Jouvet, Christl Mardayn

Il en alla tout autrement avec Hôtel du Nord. Ce n’était plus le Marcel Carné de Drôle de drame qu’il retrouvait, mais plutôt celui de Jenny et de Quai des brumes, celui qui annonçait Le Jour se lève et Les Portes de la nuit, c’est-à-dire le peintre d’un certain populisme parisien. Jouvet était M. Edmond, individu assez sordide, pleutre, lâche, vivant aux crochets d’une prostituée incarnée par l’admirable Arletty. A la fin, M. Edmond, qui n’éprouvait pour lui-même que mépris et dégoût, se faisait tuer volontairement par l’homme qu’il avait dénoncé. Dans ce rôle, Louis Jouvet, dont René Bizet vantait « la magnifique et mélancolique autorité », fit en effet l’une de ses créations très marquées ; peut-être pour Louis Jouvet ce film resta-t-il aussi son dernier grand souvenir cinématographique d’avant-guerre.

1938_hotel_du_nord_15
HÔTEL DU NORD – Marcel Carné – Annabella et Louis Jouvet

Trois films en 1939, trois films d’une certaine envergure pourtant, mais trois échecs. La Fin du jour, d’abord, de Julien Duvivier, chronique sur les vieux comédiens de Pont-aux-Dames. On retrouvait là tous ces pauvres vieux acteurs ayant la nostalgie de leur passé et qui rejouaient, avec cinquante ans de retard les Célimène, les Don Juan, les Alceste, les Hippolyte, les Hermione de leur jeunesse. C’était assez atroce, et Jouvet qui se prêtait au jeu du vieux cabot semblait plein de mélancolie.

1939_fin_du_jour_201
LA FIN DU JOUR – Julien Duvivier (1939) – Michel Simon, Louis Jouvet, Victor Francen, Madeleine Ozeray, Gabrielle Dorziat

La Charrette fantôme, du même Julien Duvivier qui reprend dans l’histoire de Selma Lagerlöf ce rôle du cocher de la mort où, vingt ans plus tôt, Victor Sjöstrôm s’était illustré. En dépit d’un excellent dialogue d’Alexandre Arnoux, le film ne parvint jamais à s’élever, à s’arracher au réalisme et Jouvet n’y parvint pas davantage. En réalité, Julien Duvivier n’était pas l’homme idéal pour traduire en images la poésie du surnaturel qui marque toute l’œuvre de la grande romancière suédoise.

1939_charrette_fantome_16
LA CHARRETTE FANTOME – Julien Duvivier (1939) – Pierre Fresnay, Louis Jouvet, Micheline Francey, Marie Bell

Avec le Volpone de Maurice Tourneur, Jouvet fut plus heureux ; mais là encore il y avait, non pas erreur de distribution, mais de direction : Tourneur était aussi éloigné de l’esprit de Ben Jonson que Duvivier de Selma Lagerlöf. Néanmoins, la saveur du sujet, la solide maîtrise du réalisateur et la qualité de l’interprétation (Jouvet, Harry Baur, Charles Dullin, Fernand Ledoux, etc.) assurèrent au film une qualité, théâtrale certes, mais très estimable. Jouvet menait le jeu autour de ce riche marchand vénitien qui se fait passer pour moribond ; il était tour à tour ironique, méprisant, satanique : ses regards et ses clins d’yeux transperçaient ses partenaires.

1939_volpone_04
VOLPONE – Maurice Tourneur (1941) – Louis Jouvet, Jacqueline Delubac, Harry Baur, Charles Dullin

Peu de choses à retenir des deux films qu’il tourna en 1940. Sérénade, mis en scène par Jean Boyer, racontait un épisode (certainement imaginé de toute pièce) de la vie de Schubert alors que jeune musicien encore inconnu il s’éprend d’une danseuse qui affole – et scandalise – tous les Viennois. Pour finir, la demoiselle abandonnera Franz, Vienne et la danse afin de ne pas entraver la carrière du compositeur… Untel père et fils avait plus d’ambition. Julien Duvivier et son scénariste Charles Spaak avaient voulu, en ce début de Seconde Guerre mondiale, évoquer la vie d’une famille française à travers trois générations, c’est-à-dire trois guerres. Famille décimée en 1870, en 1914 et qui, toujours renaissante, abordait en 1940 d’autres batailles.

1940_un_tel_pere_et_fils_01
UNTEL PERE ET FILS – Julien Duvivier (1940) – Raimu Michèle Morgan, Louis Jouvet , Suzy Prim

Pour les deux films qu’il tourna en 1946, Un Revenant et Copie conforme, il retrouva son dialoguiste préféré Henri Jeanson. Si Un Revenant était une peinture féroce et impitoyable d’une certaine grande bourgeoisie d’affaires lyonnaise, Copie conforme donnait l’occasion à Jouvet de jouer plusieurs rôles, ce qui risque toujours de dégénérer en « festival d’acteur ». Il était tour à tour déménageur, duc, cambrioleur, brave homme, ce qui lui permettait d’être, selon les personnages qu’il incarnait, timide, ironique, tendre ou sarcastique. Jean Dréville, le metteur en scène, et Jeanson avaient joué sur toutes les faces de son talent ; ce sont toujours là des rôles qui séduisent les comédiens et où ils excellent.

1946_copie_conforme_01
COPIE CONFORME – Jean Dréville (1937) – Louis Jouvet, Suzy Delair, Annette Poivre

Louis Jouvet ne manqua pas une aussi belle occasion mais, si l’on admirait la performance, les qualités humaines des personnages ainsi campés étaient forcément sommaires. Il se montrait beaucoup plus incisif dans Un Revenant où il apparaissait comme le vengeur de lui-même, venant régler des comptes avec une famille sordide qui avait failli l’assassiner et avait ruiné son amour de jeunesse. Ce regard et cette voix cynique dont il savait si bien jouer, Christian-Jaque avait su les exploiter avec un brio qui, lorsque l’on revoit aujourd’hui le film, n’a rien perdu de son efficacité.

1947_revenant_un_02
UN REVENANT – Christian-Jaque (1946) – Louis Jouvet, Gaby Morlay, Ludmila Tcherina, Jean Brochard, François Périer, Louis Seigner

On peut faire la même remarque pour l’un des deux films qu’il interpréta en 1947 : Quai des orfèvres, de Henri-Georges Clouzot. Une activité théâtrale chargée explique sa faible activité cinématographique cette année-là. Quantitativement faible, mais éclatante, car le rôle de cet inspecteur Antoine qu’il joua dans ce drame policier reste comme l’une de ses plus grandes créations à l’écran. A travers lui, et c’était le propos même de Clouzot, le film devenait une peinture vive en couleurs de certains fonctionnaires de police, bourrus, bons bougres, un peu désenchantés, un peu aigris, petits besogneux de la Tour Pointue. A cet anti-Maigret, Jouvet donnait un relief extraordinaire. Dans sa chambre assez misérable, il traînait la savate, sur le terrain des opérations c’était un lion. Certaines scènes d’interrogatoire sont des chefs-d’œuvre de stratégie policière.

1947_quai_orfevres_20
QUAI DES ORFEVRES – Henri-Georges Clouzot (1947) – Simone Renant, Bernard Blier, Suzy Delair, Pierre Larquey

Si, dans Copie conforme notamment, il était parvenu à se renouveler grâce à ses personnages multiples – allant même, dans le rôle du petit représentant, jusqu’à « éteindre » sa voix dont le timbre est si caractéristique – c’est au contraire un super Louis Jouvet que nous retrouvions dans Les Amoureux sont seuls au monde et Entre onze heures et minuit, réalisés, dans cette même année 1948, par Henri Decoin.

1948_copie_conforme_01
COPIE CONFORME – Jean Dréville (1947) – Louis Jouvet, Suzy Delair, Jane Marken

Dans Les Amoureux sont seuls au monde, il est un musicien célèbre ; il n’y a pas si loin entre un grand musicien et un grand comédien, et Jouvet, comme il l’avait fait dans Entrée des artistes, projeta sa propre personnalité sur celle de son personnage. Le film avait cette particularité de comporter deux fins : l’une optimiste, par réconciliation ; l’autre pessimiste, par suicide de l’une des héroïnes. A la sortie en public, il y eut d’ailleurs procès entre les producteurs et les auteurs, ces derniers ayant consenti à écrire la version rose à la condition qu’elle ne serait jamais projetée en France. Ce fut naturellement la fin heureuse qui fut projetée le plus souvent ! Comment Henri Jeanson et Henri Decoin eurent-ils la naïveté de croire que cette version rose étant écrite et tournée, les producteurs ne s’en serviraient pas !…

1948_amoureux_sont_seuls_au_monde_02
LES AMOUREUX SONT SEULS AU MONDE – Henri Decoin (1948) – Louis Jouvet, Renée Devillers, Dany Robin

Avec Entre onze heures et minuit, Jouvet retrouvait un rôle d’inspecteur de police. Il commençait à sérieusement connaître le métier, ce qui permit à quelques critiques d’écrire cette formule solide, originale et bien frappée : Jouvet est égal à lui-même…

1949_entre_onze_heures_minuit_09
ENTRE ONZE HEURES ET MINUIT – Henri Decoin (1949) – Louis Jouvet, Madeleine Robinson

Le sketch qu’il jouait dans Retour à la vie était de Clouzot. Il n’avait pas donné là le meilleur de lui-même, mais quelques expressions de Jouvet sont toujours devant nos yeux. La confrontation de ce rapatrié, après la Libération, avec un ancien tortionnaire de la Gestapo évadé de prison, avait quelque chose d’atroce : Louis Jouvet parvenait à donner une couleur humaine à son personnage de Français en face non seulement d’un ennemi de son pays mais d’un ennemi de tous les hommes.

1949_retour_vie_jean_02
RETOUR A LA VIE (Le retour de Jean) – Henri-Georges Clouzot (1949) – Louis Jouvet

C’est encore en acteur qu’il joue le rôle d’un acteur dans Miquette et sa mère. Si l’on ne comprend pas très bien ce qu’Henri-Georges Clouzot allait faire du côté de Flers et Caillavet, on voit en revanche ce qui pouvait amuser Jouvet dans ce rôle de Monchablon, cheval de bataille du théâtre de boulevard d’avant la guerre de 14. Mais la caricature qu’il fit du cabot professionnel était appuyée, lourde, en un mot pas tout à fait digne de lui. Ce n’était pas du bon Clouzot ; ce n’était pas du bon Jouvet.

1950_miquette_et_sa_mere_04
Louis Jouvet et Henri-Georges Clouzot pendant le tournage de Miquette et sa mère (1950)

Le film qui suivit Miquette et sa mère., en cette fin d’année 1949 permit au comédien de retrouver son auteur, Henri Jeanson. Et de le retrouver à cent pour cent puisque Jeanson avait écrit le scénario, le dialogue et assurait la mise en scène de Lady Paname. Jouvet tenait le rôle d’un photographe, anarchiste et bohème, philosophant à l’occasion et qui promenait sa longue silhouette et son teint glabre à travers le quartier Saint-Martin des années 20. Jeanson éprouve une grande tendresse pour ce coin de Paris qui fut le creuset du music-hall et de la chanson ; son film avait avant tout l’ambition de ressusciter ce décor désuet, ces cours intérieures où imprésarios, éditeurs de musique, régisseurs et directeurs de scènes périphériques tenaient leurs assises ; l’ambition surtout de faire revivre ce monde du spectacle d’autrefois où l’on côtoyait quelques futures vedettes et beaucoup de futurs ratés. Jouvet (il s’appelait Bagnolet dans l’histoire) faisait partie de cette faune pittoresque et sa composition était savoureuse. C’était une bonne caricature, plus légère que celle de Monchablon dans Miquette et sa mère..

Louis Jouvet
LADY PANAME – Henri Jeanson (1950) – Louis Jouvet , Suzy Delair, Jane Marken

On aborde enfin ce mois de novembre 1950. Le 21, il commence au studio de Billancourt à tourner Knock. Il n’a plus que huit mois à vivre. Ce rôle qu’il a joué à la scène des centaines et des centaines de fois, qu’il a déjà interprété à l’écran dix-sept ans plus tôt, il le retrouve tout à la fin de sa vie, comme en suprême rendez-vous. Il l’avait repris souvent à la Comédie des Champs-Elysées et à l’Athénée. Quand les affaires battaient de l’aile, il affichait la pièce de Jules Romains. Il a écrit lui-même, dans ses « Témoignages sur le Théâtre » : «J’ai pour Knock une reconnaissance inaltérable. Il réaimante les comédiens, réjouit le public, exorcise les huissiers et met en fuite le spectre de la faillite qui hante particulièrement les édifices dramatiques. Pièce clef, pièce phénix, pièce saint-bernard, pièce providence… Pendant la seule année 1925, Knock par quatre fois est monté à l’assaut et m’a permis de surmonter l’adversité et les défaites d’une saison particulièrement désastreuse … » Et voilà que sa dernière interprétation du docteur Knock, c’est au cinéma qu’il la donne, comme s’il voulait la fixer à tout jamais. Après le film de Guy Lefranc, il n’a plus jamais rejoué la pièce qui le suivit tout au long de sa carrière ; et l’on pense à ce qu’écrivait Marcel Pagnol dans son « Adieu à Raimu », au lendemain de la mort de César : « Je mesure aujourd’hui toute la reconnaissance que nous devons à la lampe magique qui rallume les génies éteints… »

1951_knock_01
KNOCK – Guy Lefranc (1951) – Louis Jouvet, Jean Brochard, Pierre Renoir

Dans Une Histoire d’amour, qu’il termine seize jours avant de mourir, il est de nouveau inspecteur de police chargé d’enquêter, non sur un crime, mais sur un double suicide. Scénario, adaptation, dialogue sont de Michel Audiard ; la machine tourne rond et Jouvet est enchanté de son jeune metteur en scène, Guy Lefranc, avec qui s’amorcent de nouveaux projets de collaboration. On a dit et écrit, à la sortie d’Une Histoire d’amour, que Louis Jouvet semblait fatigué, que le masque de la mort était déjà posé sur son visage. Il est facile de dire ces choses quand la mort a passé… Pour nous, il nous apparaît dans ce dernier rôle comme le Jouvet de toujours. Comme le Jouvet de tous les jours. Familier. Féroce. Tendre. Du côté de l’amour et contre l’égoïsme. Il eût aimé cette sortie, simple et naturelle. Partir sur une grande scène tragique n’eût pas été son affaire ; ce qu’il laissera dans le cinéma, qui ne fut pas tout à fait son monde, c’est l’empreinte d’une personnalité exceptionnelle de comédien. Il disait : «Un acteur s’interprète toujours lui-même.» Alors, il fut le parfait interprète de Louis Jouvet. [Anthologie du cinéma – Louis Jouvet – Roger Régent (L’Avant-Scène du cinéma, avril 1969)]

1951_histoire_d_amour_une_01
UNE HISTOIRE D’AMOUR – Guy Lefranc (1951) – Louis Jouvet, Dany Robin, Yolande Laffon, Daniel Gélin

 

Les extraits

Mise en ligne progressive…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.