RED DUST – Victor Fleming (1932)

Red Dust (La Belle de Saïgon) est le deuxième d’une série de six films que Jean Harlow et Clark Gable ont tournés ensemble. Leur couple est le noyau fascinant d’une œuvre où la jungle est entièrement reconstituée en studio, la mise en scène utilisant deux éléments récurrents, associés à la saison des moussons – les pluies diluviennes et les accès de fièvre que redoutent les colons – pour construire la dramaturgie érotique qui est le vrai sujet du film.  [Hélène Frappat – Les Trésors Warner, Forbidden Hollywood (2013) ]

red_dust_12
RED DUST (La Belle de Saïgon) – Victor Fleming (1932) avec Clark Gable, Jean Harlow, Gene Raymond, Mary Astor

Red Dust est un chef-d’œuvre… de licence dans la prude Amérique. Tourné dans les décors de Tarzan, il scelle les retrouvailles de Jean Harlow et Clark Gable, qu’elle avait furtivement côtoyé devant la caméra de George Hill dans The Secret Six.
Incarné par Greta Garbo et Norma Shearer, le romantisme flamboyant qui caractérise l’univers de Thalberg a le mérite de distraire les Américains, plongés dans la crise économique. Mais il situe la MGM sur un altier nuage de satin, laissant à la Warner le leadership lorsqu’il s’agit de mettre en scène des acteurs ressemblant à des gens ordinaires. En associant Harlow, originaire du Missouri, et Gable, né dans l’Ohio, le producteur en charge de Red Dust, Hunt Stromberg, forme un couple à la gouaille typiquement américaine, qui rapproche le studio de son public. Victor Fleming, appelé comme réalisateur pour remplacer le distingué Franco-Belge Jacques Feyder, donnera à l’action toute la rugosité nécessaire pour mettre en valeur la personnalité du jeune couple. Dans sa biographie de Fleming, Michael Sragow écrit que Harlow et Gable « projetaient une sexualité et un bon sens démocratiques et terre à terre, qui en faisaient les personnages de fiction idéaux pour le public de la Grande Dépression ».   [Hollywood, la cité des femmes (Histoire des actrices de l’âge d’or d’Hollywood, 1930-1955) – Antoine Sire – Institut Lumière / Actes Sud (2016)]

red_dust_01
RED DUST (La Belle de Saïgon) – Victor Fleming (1932) avec Clark Gable, Jean Harlow, Gene Raymond, Mary Astor

Dennis Carson (Clark Gable) dirige une plantation de caoutchouc dans la jungle indochinoise. Arrive une prostituée qui fuit la police Vantine Jefferson (Jean Harlow) et dont il tombe amoureux. Mais elle doit reprendre le bateau, tandis qu’arrivent un ingénieur Gary Willis (Gene Raymond) et sa femme Barbara Willis (Mary Astor). L’ingénieur, inadapté à l’aventure indochinoise, tombe malade. Carson le soigne, et son épouse lui voue une reconnaissance qui débouche bientôt sur une liaison. Mais le bateau qui devait emmener Vantine est tombé en panne : elle revient, plus décidée que jamais à soustraire le cœur de Carson à la bourgeoise dont il s’est entiché !  [Hollywood, la cité des femmes (Histoire des actrices de l’âge d’or d’Hollywood, 1930-1955) – Antoine Sire – Institut Lumière / Actes Sud (2016)]

red_dust_05
RED DUST (La Belle de Saïgon) – Victor Fleming (1932) avec Clark Gable, Jean Harlow, Gene Raymond, Mary Astor

La star, pleine de malice, triomphe dans le rôle de cette femme à la sexualité insolente qui ne craint pas de prendre un bain dans un tonneau au vu de tous. Aux remarques de Gable sur cet exploit, elle répond : « Tu as peur de choquer la duchesse ? Tu crois qu’elle n’a jamais vu une carte postale française ? » Lorsque le moustachu lui reproche de gâcher une eau destinée à être bue, elle lui lance, hilare : « Vous la boirez pas, celle-là, à moins que t’y tiennes vraiment ». Entre les prises de vues, Jean Harlow sortait de son abri, offrant à l’équipe de tournage le spectacle de sa nudité complète. Toutes ses répliques prennent, dans sa bouche, une saveur sulfureuse, y compris lorsqu’elle explique à Gable la fabrication du roquefort : « Y a un patelin où on ne fait que ça, en France. (…) C’est fait au lait de mouton. Ils les torturent, leurs moutons. Au fait, on dit les brebis, non ? Avant la traite, on bat les pis pour rendre le lait plus épais…»   [Hollywood, la cité des femmes (Histoire des actrices de l’âge d’or d’Hollywood, 1930-1955) – Antoine Sire – Institut Lumière / Actes Sud (2016)]

red_dust_16
RED DUST (La Belle de Saïgon) – Victor Fleming (1932) avec Clark Gable, Jean Harlow, Gene Raymond, Mary Astor

Il s’agit d’opposer deux, femmes, donc deux figures du désir : la créature « sale et pourrie », comme Jean Harlow se définit elle-même (en y associant Clark Gable), et la femme d’un autre monde, ou tout simplement la femme du monde, être sophistiqué  et raffiné, mais surtout figure maternelle, vouée à soigner son « faible » mari (probablement impuissant), ou à subir le mélange d’idéalisation et de haine que lui renvoie le « vrai homme » qui la séduit dans la jungle.  [Hélène Frappat – Les Trésors Warner, Forbidden Hollywood (2013)]

red_dust_17
RED DUST (La Belle de Saïgon) – Victor Fleming (1932) avec Clark Gable, Jean Harlow, Gene Raymond, Mary Astor

Toutes ces oppositions archétypales prennent vie grâce aux acteurs, et particulièrement Jean Harlow, centre incandescent du film. Elle y déploie un sex-appeal enfantin totalement irrésistible dont, des années plus tard, les stars Marilyn Monroe et Brigitte Bardot s’inspireront. Indissociablement femme libre de ses désirs, vivant sa sexualité avec le naturel d’un animal, et enfant dont la vraie passion est le jeu – mais jamais femme-enfant (telle est l’essence du sex-appeal de Jean Harlow) -, elle renifle son amant comme un chien le ferait, s’assoit sur lui avec grâce, le drague sans jamais être vulgaire, le transforme en compagnon d’un jeu libre, sexuel, fantaisiste (c’est la scène d’anthologie du bain).  [Hélène Frappat – Les Trésors Warner, Forbidden Hollywood (2013)]

red_dust_08
RED DUST (La Belle de Saïgon) – Victor Fleming (1932) avec Clark Gable, Jean Harlow, Gene Raymond, Mary Astor

À elle seule, Jean Harlow domine tous les archétypes où le scénario tenterait de l’enfermer, et surtout elle s’impose par un jeu bien plus inventif et moderne que celui de ses partenaires Clark Gable et Mary Astor, encore trop dépendants d’une expressivité héritée du cinéma muet.  [Hélène Frappat – Les Trésors Warner, Forbidden Hollywood (2013)]

red_dust_09
RED DUST (La Belle de Saïgon) – Victor Fleming (1932) avec Clark Gable, Jean Harlow, Gene Raymond, Mary Astor

Vingt ans plus tard, en 1953, John Ford a réalisé le remake de Red Dust  : Mogambo, Ava Gardner reprenant le rôle de Jean Harlow, et Grace Kellv celui de Mary Astor (le scénariste des deux films étant John Lee Mahin, mais l’intrigue du remake se situant en Afrique).  [Hélène Frappat – Les Trésors Warner, Forbidden Hollywood (2013)]

red_dust_02
RED DUST (La Belle de Saïgon) – Victor Fleming (1932) avec Clark Gable, Jean Harlow, Gene Raymond, Mary Astor
Les extraits
Fiche technique du film
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.