THREE ON A MATCH – Mervyn LeRoy (1932)

A travers le portrait de trois amies inséparables, le cinéaste Mervyn LeRoy analyse l’étrangeté et les surprises de la destinée de femmes liées par des souvenirs d’enfance, et que le hasard d’une rencontre va faire basculer hors d’un chemin tout tracé.

THREE ON A MATCH (Une Allumette pour trois) – Mervyn LeRoy (1932) – Joan Blondell, Ann Dvorak, Bette Davis
THREE ON A MATCH (Une Allumette pour trois) – Mervyn LeRoy (1932) – Joan Blondell, Ann Dvorak, Bette Davis

L’histoire : Trois amies d’enfance, Mary (Joan Blondell), Ruth (Bette Davis), et Vivian (Ann Dvorak), aux tempéraments très différents (Mary est en révolte contre l’autorité ; Ruth est sage et studieuse ; Vivian est la camarade « parfaite », se retrouvent à l’âge adulte et comparent ce que leurs vies et leurs attentes, sont devenues. Après avoir été placée dans une maison de redressement, Mary réussit dans le monde du spectacle ; issue d’un milieu populaire, Ruth travaille durement comme sténodactylo pour gagner sa vie ; enfin Viviane est l’épouse insatisfaite du riche avocat Robert Kirkwood (Warren William), et ni ses privilèges, ni son jeune fils, ne la distraient de son ennui. Les trois amies allument leur cigarette avec la même allumette, en évoquant la superstition d’après laquelle la dernière à le faire (Vivian), mourra la première.

THREE ON A MATCH (Une Allumette pour trois) – Mervyn LeRoy (1932) – Joan Blondell, Ann Dvorak, Bette Davis

Three on a match est l’une des œuvres les plus saisissantes de la période du Pré-Code, autant par son intrigue, qui met en scène une mère bourgeoise plongeant dans les abysses de la pègre et de la drogue, et y sacrifiant son mariage et son fils, que par l’inventivité avec laquelle Mervyn LeRoy exprime le thème profond de son film : le passage du temps. Pour cela, tel les peintres contemporain se livrant à des collages, il mobilise les accessoires de la modernité, comme des manchettes de journaux, des illustrations, des publicités, afin de scander les années durant lesquelles les trois héroïnes, chacune de leur côté, mûrissent, en relation avec l’époque. Autrement dit, le destin des personnages de Mervyn LeRoy n’est en rien séparable du moment historique en lequel il se manifeste : tout le film doit être vu à l’aune de cette conception intense et profonde de l’existence humaine.  [Hélène Frappat – Les Trésors Warner, Forbidden Hollywood (2013)]

A travers le portrait de ces trois amis inséparables (tellement inséparables qu’elles finiront par échanger un mari et vivre ensemble…), le cinéaste analyse l’étrangeté et les surprises de la destinée de femmes liées par des souvenirs d’enfance, et que le hasard d’une rencontre va faire basculer hors du chemin tout tracé. La petite fille modèle devient une femme perdue ; la révoltée devient une épouse bourgeoise ; seule la prolétaire (incarnée par Bette Davis), dans un registre de douceur effacée qu’elle retrouvera rarement durant sa carrière) demeure, du début à la fin, au second plan.

THREE ON A MATCH (Une Allumette pour trois) – Mervyn LeRoy (1932) – Joan Blondell, Ann Dvorak, Bette Davis

Mervyn LeRoy, radicalise l’une des thématiques du Pré-Code – l’insatisfaction de la femme au sein de l’institution bourgeoise du mariage, qui la réduit au rôle de mère, consommatrice et gentille potiche – en faisant de sa « divorcée », à laquelle Ann Dvorak prête son visage tragique, une femme secrètement dépressive, voire mentalement instable et suicidaire, qui croit trouver dans la drogue un échappatoire à son mal être. Ainsi la riche épouse d’un célèbre avocat new-yorkais se retrouve-t-elle rapidement à mendier pour se payer ses doses, en compagnie du gangster toxicomane Michael Loftus (Lyle Talbot) qui l’a séduite. De ces séquences très noires se détache l’apparition d’un jeune gangster cynique interprété par Humphrey Bogart, qui se livre à une pantomime cruellement explicite pour se moquer de l’addiction de la jeune femme à la cocaïne. Et le « sacrifice » final, qui conduit l’épouse en fuite à se suicider pour sauver son fils, paraît presque un tour de passe-passe au regard des séquences longues et moralement insoutenables, durant lesquels un petit garçon est maltraité par une bande d’adultes cupides, sous le regard impuissant, voire complice de sa mère.  [Hélène Frappat – Les Trésors Warner, Forbidden Hollywood (2013)]

THREE ON A MATCH (Une Allumette pour trois) – Mervyn LeRoy (1932) – Joan Blondell, Ann Dvorak, Bette Davis

Il ressort de ce film en rien moralisateur le sentiment d’une ambiguïté, qui concerne moins les personnages du film (l’enjeu de la rivalité féminine entre les trois amies est, par exemple, juste esquissé) que la manière dont la machine impitoyablement arbitraire et impersonnelle, que l’être humain nomme « le temps », fait et défait les destinées.  [Hélène Frappat – Les Trésors Warner, Forbidden Hollywood (2013)]

Les extraits

 

 

 

Fiche technique du film

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.