HOME FROM THE HILL (Celui par qui le scandale arrive) – Vincente Minnelli (1960)

Adapté d’un roman de William Humphrey, auquel a été rajouté le personnage essentiel du fils illégitime, Home from the hill (Celui par qui le scandale arrive) fait penser au résumé que donnait  William Faulkner d’un de ses livres préférés, « Absalon, Absalon » : « C’est l’histoire d’un homme qui voulait des fils. Il en eut un de trop et il fut détruit. »  [Vincente Minnelli – François Guérif – Filmo – Ed. Edilig (1984)]

celui_qui_scandale_arrive_20
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Dans le Sud au passé légendaire, Minnelli traite d’un présent qui lui permet d’évoquer ses thèmes les plus familiers. Le passé étant représenté par les parents, Wade et Hannah, le présent par les deux frères, Theron et Rafe.
Le passé, c’est bien avant tout, le « colonel » Wade Hunnicutt, interprété par Robert Mitchum, (dans le Sud en souvenir de la guerre de Sécession, on accole souvent le grade militaire aux noms), patron d’un territoire immense et trônant dans un bureau à son image : confort du gentleman-farmer, trophées de chasse, cheminée avec feu dans l’âtre, chiens couchés aux pieds du « maître ». Et bien sûr, les murs sont tapissés du rouge des passions Minnelliennes. Wade est un homme attaché aux traditions des « seigneurs ». Pour lui, un homme digne de ce nom est celui qui peut se promener sans papiers, sans clé, sans argent et sans montre. [Vincente Minnelli – François Guérif – Filmo – Ed. Edilig (1984)]

celui_qui_scandale_arrive_21
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Il n’a pas de papiers, parce que tout le monde le connaît à cent lieues à la ronde ; pas de clé, parce que s’il est envié, tout le monde respecte ce qu’il possède ; pas d’argent, car tout le monde serait ravi de lui prêter ce dont il a besoin ; et pas de montre, car le temps lui obéit. Wade a en effet arrêté le temps dans son domaine et vit comme au siècle passé. Sa femme n’a pas de décor précis. Elle refuse celui de son mari et se contente de celui, artificiel, qu’elle a créé pour son fils. Un décor destiné à le préserver de la réalité du monde. Et quand ce fils voudra enfin participer au monde réel, il lui faudra abandonner le « rêve » de sa mère pour entrer dans celui du père. Sans se rendre compte qu’il se coupe alors de la seule réalité qu’il était arrivé à se construire sans l’aide de personne : son amour avec Libby. [Vincente Minnelli – François Guérif – Filmo – Ed. Edilig (1984)]

celui_qui_scandale_arrive_14
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Avec leur nœud de vipères, leurs traditions dépassées, leur goût du décorum, ces trois personnages sont représentatifs de toute une littérature sudiste. Mais, nous l’avons déjà dit, Minnelli a toujours besoin, à un moment ou à un autre, d’introduire le réel dans l’univers le plus fermé. Le réel, c’est ici Rafe, le fils naturel. Chassé par son père du décor majestueux de la famille légitime, il a fait de la campagne entière son décor à lui. Une cabane où il dort représente l’essentiel de ses besoins matériels. Pour le reste, Rafe est complice de l’environnement. Il a observé et il sait. Au contraire de Theron qui a tout à apprendre de lui. [Vincente Minnelli – François Guérif – Filmo – Ed. Edilig (1984)]

celui_qui_scandale_arrive_18
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Mais, surtout, Rafe est amour alors que la famille Hunnicutt n’est que haine. Rafe a été témoin de la déchéance de sa mère, et s’est vu refuser toute considération sociale. Sa souffrance le rend sensible au malheur des autres auxquels il porte secours. Alors que la souffrance de Wade et d’Hannah les porte à se renfermer sur eux-mêmes et à se haïr encore plus. Theron, fils de cette union, est déchiré entre deux tendances : il court chercher refuge auprès de son frère, veut qu’on le reconnaisse, mais se laisse enfermer dans le décor familial et laisse parler ses impulsions de haine lorsqu’il tue le père de Libby. [Vincente Minnelli – François Guérif – Filmo – Ed. Edilig (1984)]

celui_qui_scandale_arrive_25
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Pour se trouver lui-même, il lui faudra emprunter le chemin de Rafe, se libérer du passé légendaire pour affronter le présent. Par un juste retour des choses, Rafe hérite de tout : la reconnaissance par son père post mortem, la femme et l’enfant de Theron. Le film se termine sur une interrogation : s’il admet la vraie nature de son héritage, le vieux Sud peut sans doute envisager l’avenir.
«Que le film ait été mis en scène à la façon d’un opéra – avec des scènes dont la tension dramatique est orchestrée en crescendo – ne semble pas avoir frappé beaucoup », écrit Minnelli. « Et pourtant, lorsque certains de mes films sont projetés actuellement, la séquence de la chasse au sanglier est considérée comme un des meilleurs exemples de la montée de scènes dramatiques.»  [Vincente Minnelli – François Guérif – Filmo – Ed. Edilig (1984)]

celui_qui_scandale_arrive_35
ON SET – HOME FROM THE HILL (1960) – Vincente et Robert Mitchum

L’histoire : Le capitaine Wade Hunnicutt (Robert Mitchum), riche propriétaire texan, est blessé au cours d’une partie de chasse par un homme qui l’accuse d’avoir « sali sa femme ». Wade est sauvé du coup mortel par Rafe Copley (George Peppard), un de ses hommes de confiance qui se trouve être aussi son fils naturel.
Wade est marié à la belle Hannah (Eleanor Parker), qui lui refuse son lit depuis qu’elle a découvert, au retour de leur voyage de noces, l’existence de Rafe. Tous deux ont un fils légitime âgé de dix-sept ans, Theron (George Hamilton).
Theron, élevé par sa mère, est la risée des hommes de la ville qui le ridiculisent un soir en l’emmenant chasser la bécassine en pleine nuit. Humilié, Theron reproche à son père de ne pas lui avoir appris à se conduire en homme. Wade décide alors de briser la promesse faite à Hannah de ne pas s’occuper de l’éducation de son fils. Désormais celle-ci se fera non plus à l’école, mais dans la forêt, à la chasse. Et Rafe sera un guide pour l’adolescent.
Des métayers viennent un jour se plaindre à Wade des dégâts causés par un énorme sanglier. Celui-ci charge Theron d’éliminer la bête. Le jeune homme sort victorieux de l’épreuve et Wade organise une réception en son honneur. Theron invite une jeune fille, Libby Halstead (Luana Patten), à l’accompagner, mais le père de celle-ci le chasse. Libby vient le jour suivant s’excuser auprès de Theron. Les jeunes gens ont une liaison. Étonné de la réaction de Monsieur Halstead (Everett Sloane), Theron interroge sa mère qui finit par lui révéler son lien de parenté avec Rafe. Theron exige de son père qu’il reconnaisse Rafe légalement. Wade refuse, Theron quitte la maison paternelle, s’engage à l’usine d’engrenages, et, désespéré par la haine que se vouent ses parents, rompt avec Libby sans savoir qu’elle est enceinte de lui.
Une dépression nerveuse d’Hannah ramène Theron chez lui. Libby épouse Rafe, amoureux d’elle depuis longtemps et prêt à accepter l’enfant à naître. Au baptême du bébé, quelques hommes plaisantent et insinuent que Wade pourrait bien en être le père. Halstead se rend chez les Hunnicutt et abat Wade alors que celui-ci venait de se réconcilier avec Hannah dans le but d’aider Theron. Ce dernier part à la poursuite de l’assassin de son père et le tue, puis il dit adieu à Rafe et quitte la ville. Sur la pierre tombale de Wade, Hannah fait inscrire : « Père bien-aimé de Rafe et Theron. »

celui_qui_scandale_arrive_12
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Souvent de très longs plans-séquences, précédant parfois le générique, amorcent les films de Minnelli : le problème est posé, l’atmosphère suggérée et l’action peut commencer. Ainsi, dans The Cobweb, Steven Holte (John Kerr) s’enfuit à travers champs et tombe sur Karen Mclver (Gloria Grahame), la femme du docteur; dans Tea and Sympathy, à la fête de l’école, dix ans après, on chuchote tout autour de Tom Lee (John Kerr) : souvenirs d’un temps perdu qui fera revivre le film ; Jack Andrus (Kirk Douglas), pensif, nous fait pénétrer en silence dans la maison de repos de Two Weeks in Another Town ; et le long travelling avant sur la « party » de Goodbye Charlie nous entraîne dans l’ambiance californienne et à l’intérieur du bateau où le « drame » éclatera. [Minnelli, de Broadway à Hollywood – Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Thierry de Navacelle – 5 continents – Ed. Hatier (1985)]

celui_qui_scandale_arrive_07
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

C’est un silence inquiétant et une superbe scène de chasse, avec des hommes à l’affût et leurs fusils, qui nous introduisent à l’espace texan, au mystère et à la violence fatale de Home from The Hill. Dès le début, Rafe Copley, le fils bâtard et maltraité de son père, le sauve d’un fusil vengeur.

celui_qui_scandale_arrive_15
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Commence alors une première partie du film, secrète, ambiguë et violente où l’on découvre la sécheresse des relations entre Wade Hunnicutt et sa femme Hannah et la lutte d’influence qu’ils exercent sur leur fils, Theron, grand adolescent timide et renfermé. La séquence de la chasse au sanglier, réglée comme un ballet par Minnelli, est à rapprocher dans sa perfection de celle de la chasse à l’homme dans Brigadoon. L’inévitable scène de séduction de Libby Halstead avec Theron dans le grenier, George Hamilton rendant à merveille cette timidité et cette naïveté si importante chez Minnelli, est toutefois moins parfaite que celle de « Charlie » (Debbie Reynolds) avec Pat Boone (Bruce Minton) traitée d’une manière totalement humoristique dans Goodbye Charlie[Minnelli, de Broadway à Hollywood – Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Thierry de Navacelle – 5 continents – Ed. Hatier (1985)]

celui_qui_scandale_arrive_22
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Au début de Home from The Hill, l’atmosphère est lourde, tendue, on ne sait pas très bien comment le film va évoluer. Le scandale qui rôde tout alentour n’a pas encore été dévoilé au public et on observe, intrigués, tous ces personnages qui se côtoient d’une manière ambiguë. On a même l’impression un instant, que, sous sa réserve, Rafe semble ne plus pouvoir se maîtriser, poussé à bout par la dureté avec laquelle le traite Wade Hunnicutt.
C’est alors que survient une scène très importante et symbolique : la rencontre d’Hannah et de Rafe au cimetière où ce dernier prend soin de la tombe de sa mère reléguée à l’écart. Un dialogue à demi-mot s’engage entre eux deux, alors qu’on ne sait rien encore du scandale. Hannah décide alors de tout dire à son fils Theron, par esprit de vengeance (elle n’arrive pas à accepter l’influence que son mari commence à avoir sur Theron), mais aussi surtout émue par cette vision de fidélité à la mère que lui offre Rafe. On découvre alors, avec Theron, l’histoire de Rafe. [Minnelli, de Broadway à Hollywood – Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Thierry de Navacelle – 5 continents – Ed. Hatier (1985)]

celui_qui_scandale_arrive_30
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Bouleversé, Theron se précipite chez Rafe qui vit seul et de façon très rustique dans une cabane isolée. Minnelli réussit là une scène très délicate, sans jamais tomber dans un attendrissement mièvre, et avec une sensibilité et une pudeur incroyables. La confession de Rafe (« Ne pleure pas, serre les poings », lui disait le serviteur noir) est magnifiquement rendue grâce à la sobriété de jeu de George Peppar. L’émotion et la chaleur qui règnent dans la cabane sont très fortement ressenties. Enfin, Theron lui ayant demandé de rester, Rafe se met à lui expliquer une recette de cuisine jusqu’à ce que son frère, épuisé, s’endorme. La force de Minnelli est de savoir aussi dédramatiser une scène en donnant une importance excessive aux choses les plus anodines (la recette de cuisine), tout en conservant une intensité inouïe grâce aux silences et aux subtilités du jeu des acteurs. [Minnelli, de Broadway à Hollywood – Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Thierry de Navacelle – 5 continents – Ed. Hatier (1985)]

celui_qui_scandale_arrive_13
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

A partir de là, le film repose sur Rafe, personnage qui n’existait d’ailleurs pas dans le livre. Vincente Minnelli va s’en donner à cœur joie. Il y a d’abord cette demande en mariage à Libby (enceinte de Theron) dans la froideur du supermarché. On n’arrive pas à croire à une telle générosité de sentiments. On soupçonne même un moment que cela cache quelque chose : George Peppard est jusqu’au bout parfaitement ambigu. Puis il y a cette nuit où Libby se réveille après un cauchemar : Rafe va à son chevet pour la rassurer (« Rien ne se passera entre nous à moins que tu ne le veuilles bien ») ; et, enfin, sa longue patience récompensée. [Minnelli, de Broadway à Hollywood – Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Thierry de Navacelle – 5 continents – Ed. Hatier (1985)]

celui_qui_scandale_arrive_16
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

A la mort de Wade Hunnicutt, Rafe arrive trop tard et sort pour la première fois de sa réserve. Scène très intense, avec Joseph, le serviteur noir, qui sanglote silencieusement. Le film se termine enfin sur une très belle séquence au cimetière où à nouveau Hannah et Rafe se rencontrent. Son mari mort, son fils parti, Hannah se retrouve seule et Rafe vient la chercher pour la ramener chez lui, où est sa place puisque l’enfant de Libby et de Theron est son petit-fils. C’est alors que Rafe découvre son nom inscrit, grâce à Hannah, sur la pierre tombale de son père : instant d’émotion intense, de réconciliation devant la mort (scène de la mort d’Emma Bovary). [Minnelli, de Broadway à Hollywood – Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Thierry de Navacelle – 5 continents – Ed. Hatier (1985)]

celui_qui_scandale_arrive_24
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Toutes ces belles scènes et ces beaux sentiments ainsi énumérés pourront paraître sans grande originalité. C’est la sobriété et l’intensité de la mise en scène qui permettent de leur donner toute leur dimension. On a reproché à Minnelli d’être soit sophistiqué et trop subtil, soit naïf et trop simpliste. Beaucoup sont alors complètement passés à côté de films comme The CobwebTea and Sympathy ou Home from The Hill, l’intrigue et la façon de la traiter leur paraissant trop banales. Le côté spectaculaire de films comme The Bad and The Beautiful ou Lust for Life, ou le côté brillant des comédies musicales, une fois disparus, on s’est souvent attaché à en démontrer la banalité, se cachant ainsi toutes les nuances qui en faisaient la valeur.
Une anecdote banale, une mise en scène classique, un soin dans les détails, une rigueur, une émotion et une humanité qui atteignent directement le public n’ont pas toujours fait de mauvais films. Je pense au maître du genre, John Ford, et à beaucoup de ces cinéastes américains que les Européens ont souvent trouvés naïfs. [Minnelli, de Broadway à Hollywood – Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Thierry de Navacelle – 5 continents – Ed. Hatier (1985)]

celui_qui_scandale_arrive_37
HOME FROM THE HILL – Vincente Minnelli (1960) – Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Luana Patten, Everett Sloane

Signalons pour finir l’erreur du titre français (Celui par qui le scandale arrive) qui, en portant un jugement moral sur le personnage de Wade, souligne l’aspect chronique scandaleuse de l’histoire, alors que le titre américain attire l’attention du spectateur sur l’apaisement de la conclusion. Home from the hill renvoie en effet à un poème de Robert Louis Stevenson (poète déjà cité dans Undercurrent) : Here he lies where he longed to be Home is the sailor, home from the sea And the hunter home from the hill. (Ici il repose, où il voulait être. Le marin est chez lui de retour de la mer et le chasseur, chez lui, de retour de la colline.) [Vincente Minnelli – François Guérif – Filmo – Ed. Edilig (1984)]

celui_qui_scandale_arrive_01

Les extraits
Fiche technique du film

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.