La Comédie musicale

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)

Réalisée avec son panache habituel par Busby Berkeley, cette œuvre en Technicolor réunit la fine fleur de la comédie musicale « made in Fox ». Genèse d’une œuvre culte.

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)

On a souvent écrit que l’audace du numéro dans lequel Carmen Miranda chante « The Lady in the Tutti Frutti Hat » a valu à The Gang’s all here (Banana split) d’être interdit en Amérique latine : les bananes géantes tenues à mi-corps par les chorus girls auraient été jugées bien trop suggestives… En réalité il n’en fut rien, mais le numéro n’en reste pas moins l’un des plus fameux créés par l’étonnant Busby Berkeley. En 1943, le cinéaste-chorégraphe a depuis longtemps marqué les esprits par ses bataillons de danseuses formant des kaléidoscopes humains, et par ses mouvements de caméra vertigineux. Mais l’exotisme bon enfant que lui apporte cette fois Carmen Miranda, conjugué à la puissance expressive du Technicolor qu’il utilise pour la première fois, semblent avoir totalement débridé Busby Berkeley, qui atteint dans The Gang’s all here des sommets d’inventivité. On est ici en plein dans ce que les Américains nomment « Extravaganza », ce mélange de grand spectacle et de kitsch absolu. La séquence finale du film, d’une grande originalité pour l’époque, préfigure même certaines expérimentations des années 1960… Doté en outre d’un casting réjouissant, et d’une excellente bande originale signée Warren et Robin, Banana Split fait partie des monuments méconnus du genre musical. [Eric Quéméré – Comédies musicales]

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)

C’est en avril 1943 que William LeBaron, producteur à la Twentieth Century Fox, lance le tournage de The Gang’s all here, nouvelle comédie musicale de prestige interprétée par deux des grandes stars du studio, Alice Faye et Carmen Miranda. La réalisation et les chorégraphies en sont confiées à Busby Berkeley, qui vient de se faire remercier par la Metro-Goldwyn-Mayer en plein tournage de Girl Crazy pour cause de mésentente avec Judy Garland. Le cinéaste, qui reste lié par contrat à la MGM, est ravi de se voir ainsi prêté à la concurrence, car The Gang’s all here lui donne l’occasion de travailler pour la première fois en Technicolor. En outre, les moyens généreux mis à la disposition du film vont lui permettre de mettre au point les numéros spectaculaires dont il a le secret. Au trio déjà attractif formé par Busby Berkeley, Alice Faye et Carmen Miranda, LeBaron décide d’adjoindre le célèbre jazzman Benny Goodman, ainsi que le non moins célèbre Phil Baker, artiste de music-hall doublé d’un animateur de radio très populaire (au point que son émission, Take It or Leave It, donne lieu en 1944 à un film dont il est la vedette).

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)

Le reste du casting s’appuie également sur des figures bien connues du public de l’époque, qu’il s’agisse du jeune premier James Ellison, choisi comme partenaire romantique d’Alice Faye, ou du trio chargé d’assurer avec Carmen Miranda la partie comique du film : Edward E. Horton, Charlotte Greenwood et Eugene Pallettet- tous grands spécialistes du second rôle loufoque. La prometteuse Linda Darnell (rendue célèbre par sa prestation face à Tyrone Power dans les films The Mark of Zorro (Le Signe de Zorro) et Blood and Sand (Arènes sanglantes) se voit confier quant à elle le personnage de Vivian, qui forme avec ceux d’Alice Faye et de James Ellison le triangle amoureux du film. Mais la jeune actrice se foule la cheville lors d’une répétition et, une fois remise, préfère prendre un congé pour partir en voyages de noces avec le chef-opérateur J. Peverell Marley. Au grand dam de LeBaron, qui se voit contraint de la remplacer par la nouvelle venue Sheila Ryan… Celle-ci doit se mettre rapidement à niveau pour pouvoir exécuter un difficile pas de deux avec Tony De Marco, ballroom dancer très réputé qui, comme Benny Goodman et Phil Baker, tient son propre rôle dans le film.

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)

Livrées par le musicien Harry Warren et le parolier Leo Robin, les chansons de The Gang’s all here empruntent à différents styles. Les morceaux destinés à Carmen Miranda jouent évidemment la carte de l’exotisme, en particulier « The Lady in the Tutti Frutti Hat », qui donne lieu au numéro le plus haut en couleur du film. La chanteuse reprend également pour l’occasion le trépidant Brazil, qui fait partie des rares titres de The Gang’s all here qui ne soient pas signés par Warren et Robin. De son côté, Alice Faye se voit offrir des titres nettement moins rythmés (en partie parce qu’elle est enceinte au moment du tournage), mais qui se révèlent néanmoins des morceaux de choix – en particulier les ballades « A Journey to a Star » et « No Love, No Nothing ». Ces chansons seront les dernières immortalisées à l’écran par l’actrice, The Gang’s all here étant l’ultime comédie musicale tournée en vedette par Alice Faye.

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)

L’histoire se contente de jouer sur les stéréotypes du genre et le film est surtout célèbre pour ses ahurissants numéros musicaux qui ont beaucoup plus inspiré Busby Berkeley que le reste de l’intrigue. L’un des ballets permet à Berkeley de se livrer à des effets kaléidoscopiques. « Brazil » commence par la vue d’un homme qui chante. On aperçoit le navire dont on descend les marchandises, la foule sur le quai puis un groupe de fruits qui forme finalement le chapeau invraisemblable de Carmen Miranda. On doit également à cette dernière l’extravagant et allusif « The Lady in the Tutti-Frutti Hat » dans lequel des jeunes filles évoluent avec des bananes. Des rosaces se forment avec des bananes en guise de fleurs. La vue de ces girls exotiques et de ces bananes géantes, filmées au nez et à la barbe des censeurs du Code Hays, est l’un des moments les plus réjouissants du film, un numéro d’un délirant mauvais goût, kitsch à souhait. [La comédie musicale – Patrick Brion – Edition de La Martinière (1993)]

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)

On peut lui préférer, dans un registre plus sentimental et moins camp, le très beau « No Love no Nothing » qu’interprète Alice Faye. Elle repasse sa combinaison, met ses bas à sécher sur un journal sur le radiateur, éteint la lumière, regarde la photo de l’homme qu’elle aime et laisse la porte ouverte, espérant toujours l’arrivée, même au milieu de la nuit, de l’être adoré… Le film permet par ailleurs de découvrir à leurs débuts June Haver et Jeanne Crain qui apparaît à la fête de Mrs. Potter, en maillot de bain. [La comédie musicale – Patrick Brion – Edition de La Martinière (1993)]

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)

The Gang’s all here représente également l’adieu d’Alice Faye au monde de la comédie musicale. L’interprète de Tin Pan Alley et de That Night in Rio (Une Nuit à Rio), de Weekend in Havana (Week-end à la Havane) et de Hello, Frisco, Hello, choisira de se retirer du monde du cinéma, Darryl F. Zanuck ne lui ayant pas permis de trouver les rôles dramatiques qu’elle souhaitait jouer. Fallen Angel (Crime passionnel,1945) d’Otto Preminger marquera le départ d’Alice Faye qui ne réapparaîtra qu’en 1962 dans State Fair (La Foire aux illusions) de Jose Ferrer. [La comédie musicale – Patrick Brion – Edition de La Martinière (1993)]

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)
L’histoire

Le sergent Andrew Mason Jr. (Eugene Pallette) s’éprend d’Eadie Allen (Alice Faye) qui est chorus girl et qu’il revoit à Broadway Canteen. Mais Vivian Potter (Sheila Ryan) est la fiancée officielle d’Andrew. Eadie dit au revoir à Andrew qui part dans le Pacifique. Les mois passent. Le père d’Andrew décide de donner une grande fête pour le retour de son fils, mais Dorita (Carmen Miranda) découvre qu’Andrew est lié à deux femmes en même temps, Eadie et Vivian. Andrew veut épouser Eadie. Vivian devient la partenaire de Tony De Marco et Andrew et Eadie se marieront.

THE GANG’S ALL HERE (Banana split) – Busby Berkeley (1943)
Un duc à Hollywood

Comme la plupart des stars du jazz, Benny Goodman s’est vu souvent sollicité par le cinéma. Quand il fait sa toute première apparition à l’écran dans un court métrage de 1929, il n’est encore que le clarinettiste anonyme de l’orchestre de Ben Pollack. Mais c’est ensuite un band leader à la mode qui tient son propre rôle dans la comédie musicale The Big Broadcast of 1937, ainsi que dans Hollywood Hotel, de Busby Berkeley – la star Dick Powell y joue d’ailleurs un membre du Benny Goodman Orchestra ! Une grève paralysant en 1943 l’industrie du disque permet au musicien de se consacrer activement au cinéma : il tourne coup sur coup The Powers girls (L’Irrésistible Miss Kay), Stage Door Canteen (Le Cabaret des étoiles) où il accompagne le temps d’un numéro la prometteuse Peggy Lee et The Gang’s all here (Banana split). Goodman tient l’année suivante son unique rôle principal dans Sweet and Low-Dawn, et participe ensuite à Make Mine Music (La Boîte à musique), un dessin animé musical des studios Disney. Sa carrière d’acteur s’achèvera en 1948 avec A Song Is Born (Si bémol et fa dièse), où il livre face à Danny Kaye une prestation comique. Car ce n’est pas lui qui tiendra en 1956 le rôle principal du biopic The Benny Goodman Story, mais l’acteur Steve Allen – doublé tout de même à la clarinette par le « roi du swing »…

Programme musical (sélection)
Fiche technique du film

CARMEN MIRANDA
Sambas endiablées, humour et fruits exotiques, Carmen Miranda, la « bombe brésilienne », incarne toute la séduction de l’Amérique latine. Il n’en faudra pas plus pour électriser le public américain des années 1940.

THAT NIGHT IN RIO (Une Nuit à Rio) – Irving Cummings (1941)
Portée par deux valeurs sures de la Fox, Alice Faye et Don Ameche, cette comédie musicale de 1941 confirme la percée de l’étonnante Carmen Miranda, tornade venue du Brésil.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.