CRIME ET CHÂTIMENT – Georges Lampin (1956)

CRIME ET CHÂTIMENT – Georges Lampin (1956) avec Jean Gabin, Marina Vlady, Ulla Jacobsson, Bernard Blier, Robert Hossein, Gaby Morlay, Gérard Blain, Albert Rémy, Julien Carette, Lino Ventura, Marie-José Nat
Vous parlez français ?

Une fois n’est pas coutume, Gabin fait en 1956 une infidélité à son auteur de chevet, Georges Simenon, pour se plonger dans l’univers d’un des plus grands noms de la littérature russe, Fedor Dostoïevski. L’acteur avait déjà eu l’occasion de découvrir les tourments de  « l’âme slave » en jouant vingt ans plus tôt dans Les Bas-fonds, film tiré par Jean Renoir d’une œuvre de Maxime Gorki. Comme le réalisateur Georges Lampin, Renoir avait pris le parti de transposer l’action en France, et non pas en Russie. Un changement rendu en partie nécessaire par l’image très typée de Gabin : difficile en effet de l’imaginer dans la peau d’un commissaire russe exerçant dans la capitale de l’empire à la fin du XIXe siècle … Comme il l’affirmera souvent lui-même, l’acteur ne se sent crédible que dans la peau de personnages français. Son visage, sa diction si particulière, et certainement aussi son goût personnel, le portent vers des rôles qui pourraient constituer l’archétype du « Français au cinéma ». Certes, Gabin incarnera parfois des personnages natifs d’autres pays, mais jamais sans réticence. Tout comme il ne se sent pas crédible dans des costumes d’époque, il lui semble que le public ne pourra jamais voir réellement en lui un héros étranger… Ce qui ne l’empêche pas de s’approprier, comme dans Crime et châtiment, la psychologie d’un personnage que l’on pourrait croire aux antipodes de son tempérament. Comme ce commissaire Gallet, dont il propose ici une vision aussi « francisée » que convaincante. [Eric Quéméré]

CRIME ET CHÂTIMENT – Georges Lampin (1956) avec Jean Gabin, Marina Vlady, Ulla Jacobsson, Bernard Blier, Robert Hossein, Gaby Morlay, Gérard Blain, Albert Rémy, Julien Carette, Lino Ventura, Marie-José Nat
L’histoire :

Un étudiant pauvre et tourmenté, René Brunel (Robert Hossein), tue une vieille usurière, Madame Orvet (Gabrielle Fontan). Il ne touche pas à l’argent volé mais subit une torture morale de plus en plus insoutenable. Le commissaire Gallet (Jean Gabin ) le soupçonne mais n’a pas de preuves, d’autant plus qu’un jeune peintre à l’esprit faible, André Lesur (Roland Lesaffre) , vient d’être arrêté et a avoué. Lili (Marina Vlady), une jeune prostituée à la foi peu commune influencera René qui ira libérer sa conscience chez le commissaire.

CRIME ET CHÂTIMENT – Georges Lampin (1956) avec Jean Gabin, Marina Vlady, Ulla Jacobsson, Bernard Blier, Robert Hossein, Gaby Morlay, Gérard Blain, Albert Rémy, Julien Carette, Lino Ventura, Marie-José Nat

Il faut une certaine audace pour choisir de porter à l’écran l’un des romans les plus lus au monde. Ce défi, Georges Lampin décide de le tenter en 1956, épaulé par un casting où se mêlent les noms de Jean Gabin, Bernard Blier et Robert Hossein.
Si le nom de Georges Lampin est aujourd’hui quelque peu méconnu, le réalisateur n’en a pas moins tenu une place importante au sein du cinéma français. D’origine russe, cet acteur du Théâtre de Moscou est venu jouer en France au début des années vingt, et n’en a plus bougé. Acteur pour Jacques Feyder et Abel Gance, il devient ensuite l’assistant de metteurs en scène comme René Clair ou Marcel L’Herbier, avant de tâter lui-même de la réalisation au lendemain de la Seconde Guerre. Il dirige ainsi Annabella dans L’Eternel conflit (1948), François Périer et Serge Reggiani dans Les Anciens de Saint-Loup (1950), ou encore Ginette Leclerc dans La Maison dans la dune (1952), autant de films qui rencontrent auprès du public un honnête succès.

CRIME ET CHÂTIMENT – Georges Lampin (1956) avec Jean Gabin, Marina Vlady, Ulla Jacobsson, Bernard Blier, Robert Hossein, Gaby Morlay, Gérard Blain, Albert Rémy, Julien Carette, Lino Ventura, Marie-José Nat
LE GOÛT DU RISQUE

Au début de l’année 1956, Georges Lampin décide de se lancer dans un projet qui va lui permettre de renouer avec ses origines : l’adaptation de « Crime et châtiment », l’une des œuvres les plus réputées de la littérature russe. Bien sûr, il sait que plusieurs versions cinématographiques en ont déjà été livrées, et qu’il va en conséquence se mesurer à des cinéastes prestigieux tels que Robert Wiene, Josef von Sternberg ou Pierre Chenal. Sans doute est-ce l’une des raisons pour lesquelles le réalisateur choisit de transposer en France, et à l’époque contemporaine, l’intrigue du roman de Dostoïevski, située à Saint-Pétersbourg à la fin du XIXe siècle. Pour ce faire, il confie l’écriture du scénario à Charles Spaak, déjà auteur à l’époque de nombreux classiques du cinéma français, de La Kermesse héroïque à Thérèse Raquin, en passant par L’Assassinat du Père Noël et Panique.

CRIME ET CHÂTIMENT – Georges Lampin (1956) avec Jean Gabin, Marina Vlady, Ulla Jacobsson, Bernard Blier, Robert Hossein, Gaby Morlay, Gérard Blain, Albert Rémy, Julien Carette, Lino Ventura, Marie-José Nat
TERRAIN CONNU

Le choix de Charles Spaak comme scénariste ne peut qu’agréer Gabin. Les deux hommes ont déjà collaboré pour de nombreux films, dont La BanderaLa grande illusion ou Remorques. Avec Spaak, l’acteur sait que son personnage est entre de bonnes mains … De même, Gabin est heureux de retrouver sur le plateau de Crime et châtiment plusieurs comédiens appréciés dans de précédents films : Gaby Morlay, sa partenaire dans Le messager, en 1937 ; Bernard Blier, connu lors du même tournage et recroisé dans Le Jour se lève ; et bien sûr Lino Ventura, à qui il va donner la réplique pour la troisième fois. Plus surprenante est la présence, dans le rôle de l’ouvrier injustement accusé, de Roland Lesaffre, acteur avec qui les relations n’ont pas toujours été au beau fixe lors du tournage de L’air de Paris, deux ans plus tôt… Mais la distribution de Crime et châtiment comporte tout de même quelques noms qui n’avaient jusqu’alors jamais été associés à celui de Gabin. L’acteur fait ainsi la connaissance d’un jeune couple appelé à une brillante carrière, Robert Hossein et Marina Vlady. Ainsi que de la vedette suédoise Ulla Jacobsson, dont on parle beaucoup en ce printemps 1956 : la jeune femme est en effet à l’affiche de Sourires d’une nuit d’été, film qui vient de révéler au jury cannois le talent d’un certain Ingmar Bergman.

CRIME ET CHÂTIMENT – Georges Lampin (1956) avec Jean Gabin, Marina Vlady, Ulla Jacobsson, Bernard Blier, Robert Hossein, Gaby Morlay, Gérard Blain, Albert Rémy, Julien Carette, Lino Ventura, Marie-José Nat
MADE IN France

Le tournage de Crime et châtiment débute le 22 mai 1956, pour s’achever le 2 août. Mais le public devra attendre le mois de décembre pour découvrir en salles le résultat de ce drame slave revu et corrigé à la mode française. Le moins que l’on puisse dire est que les comédiens s’y avèrent des plus convaincants. Dans la peau de Raskolnikov, rebaptisé René Brunel , Robert Hossein compose un jeune meurtrier aussi fiévreux que le laisse imaginer le roman de Dostoïevski, le tempérament de l’acteur servant le personnage de manière idéale. D’autant que Gabin lui oppose, dans le rôle du commissaire Gallet, un calme et une rigueur qui fait de leurs confrontations de grands moments de tension dramatique : la manière dont ce policier aguerri joue au chat et à la souris avec l’étudiant éperdu compte pour beaucoup dans la réussite du film. Quant à Marina Vlady, qui a jusqu’alors surtout travaillé en Italie, elle confirme avec le rôle de la prostituée Lili qu’il va désormais falloir compter avec elle. Autant de raisons pour lesquelles Georges Lampin peut estimer avoir tenu son pari haut la main…

CRIME ET CHÂTIMENT – Georges Lampin (1956) avec Jean Gabin, Marina Vlady, Ulla Jacobsson, Bernard Blier, Robert Hossein, Gaby Morlay, Gérard Blain, Albert Rémy, Julien Carette, Lino Ventura, Marie-José Nat
La relève

À sa sortie, Crime et châtiment ressemble à une pépinière de futures vedettes. On y découvre en  effet plusieurs jeunes acteurs, à des stades divers de leur carrière. Ainsi, malgré le succès de Touchez pas au grisbi, Lino Ventura peine encore à se faire un nom, tandis que Robert Hossein  vient au contraire d’être remarqué dans Du rififi chez les hommes. De son côté, Marina Vlady a vu sa carrière démarrer en France il y a seulement deux ans, grâce à Avant le déluge, d’André Cayatte. Quant à Gérard Blain, qui deviendra non seulement l’un des acteurs fétiches de la Nouvelle Vague mais aussi un cinéaste estimé, il vient tout juste d’ « exploser » dans Voici le temps des assassins, sorti quelques mois plus tôt. Mais ces comédiens encore débutants font ici figure de professionnels aguerris face à la jeune Marie-José Nat, qui fait sa toute première apparition dans la scène du bal…

CRIME ET CHÂTIMENT – Georges Lampin (1956) avec Jean Gabin, Marina Vlady, Ulla Jacobsson, Bernard Blier, Robert Hossein, Gaby Morlay, Gérard Blain, Albert Rémy, Julien Carette, Lino Ventura, Marie-José Nat
 Les extraits






Fiche technique du film

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s