BREAKFAST AT TIFFANY’S – Blake Edwards (1961)

BREAKFAST AT TIFFANY’S (Diamants sur canapé) – Blake Edwards (1961) – Audrey Hepburn, George Peppard. Adapté de la nouvelle de Truman Capote

diamants_canape_04

L’histoire :
Paul Varjak, un écrivain, emménage à New York et fait la connaissance de sa voisine, Holly Golightly. Celle-ci s’est séparée de son mari, Doc, et vit d’expédients, c’est-à-dire qu’elle se fait entretenir… Paul est d’ailleurs dans la même situation puisqu’il bénéficie des largesses de 2 E, une femme plus âgée que lui et dont il est l’amant. Paul s’éprend de Holly dont le charme le fascine, mais la jeune femme ne s’intéresse qu’aux hommes riches.
Yunioshi, le voisin japonais de Holly, est exaspéré par les réceptions bruyantes que donne la jeune femme. Celle-ci revoit Doc, venu à New York, mais elle refuse de l’accompagner au Texas. Paul rompt avec 2 E et Holly se prépare à épouser le richissime Brésilien José da Silva Perriera. Holly apprend la mort de son frère, pour lequel elle avait une grande admiration. La police l’arrête, l’accusant d’avoir servi de boîte aux lettres au gangster Sally Tomato qui réussissait depuis Sing Sing à continuer à contrôler le trafic de la drogue en utilisant des messages codés. Paul parvient à faire sortir Holly qui apprend que José a préféré rompre avec elle afin de ne pas choquer sa famille. Paul et Holly décident alors de vivre ensemble et la première chose qu’ils font est de rechercher – et heureusement de retrouver – le chat de Holly que cette dernière avait jeté dehors sous la pluie.  (La comédie américiane – Patrick Brion – Edition de la La Martinière – 1998)

diamants_canape_09

Audrey Hepburn ayant été engagée pour Breakfast at Tiffany’s et ayant un droit de veto sur le choix du metteur en scène, elle décida aussitôt de récuser John Frankenheimer qui devait réaliser le film et avait commencé à travailler sur le scénario avec George Axelrod. Elle accepta en revanche Blake Edwards, qui devait reconnaître par la suite : « Aujourd’hui, je serais plus fidèle au roman de Capote, mais cela serait aussi plus facile. A l’époque, le sujet effrayait beaucoup de gens. On touchait à des choses qu’ils avaient peur de voir exposées : les tendances homosexuelles du héros, les mœurs de Holly – elle vit avec des lesbiennes parce que ce sont de bonnes ménagères – etc., tout cela empreint d’ailleurs d’une bonne dose d’ironie et d’humour. Je n’étais pas en mesure de suggérer qu’Audrey jouât le personnage de Holly tel que Truman Capote l’avait imaginé.»  (La comédie américiane – Patrick Brion – Edition de la La Martinière – 1998)

diamants_canape_12

Le début des années soixante témoigne de la volonté autorisée par la permissivité de l’Hollywood d’alors de parler plus franchement des mœurs et du sexe. En trois ans, on voit ainsi apparaître : Butterfield 8 (La Vénus au vison), The Fugitive Kind (L’homme à la peau de serpent), Go Naked in the World (Volupté), Sanctuary, The Chapman Report (Les Liaisons coupables), The Children’s Hour (La Rumeur), Lolita, et Sweet Bird of Youth (Doux oiseau de jeunesse). Breakfast at Tiffany’s appartient à ce courant et sous l’apparence d’une comédie de mœurs aussi sophistiquée que peut l’être son héroïne, le film est surtout une comédie de mœurs dont le happy end tente de compenser les caractères amoraux de ses héros. Holly, qui se plaît à prendre un frugal petit déjeuner en contemplant à l’aube les vitrines de Tiffany, n’est en réalité qu’une calI girl et Paul, écrivain raté, vit aux crochets de sa riche mécène dont il est le gigolo…

Blake Edwards a avoué n’avoir pas travaillé sur le scénario avec Axelrod mais avoir en revanche été particulièrement tenté par la scène de la party, déclarant : « Ce dont je suis responsable, c’est de la scène de la party. C’est moi qui l’ai écrite. Cette scène n’était qu’indiquée dans le scénario : quelques détails et deux ou trois passages dialogués. J’ai dû l’improviser sur le plateau et cela a été très amusant. J’ai exigé d’avoir des acteurs, et non des figurants. Je tenais à avoir de véritables comédiens, car je ne savais pas à l’avance ce que j’allais faire et je voulais qu’ils puissent me suivre. Il fallait qu’ils soient capables de jouer, même quand ils seraient en arrière-plan, ce qui n’est pas le cas en général dans les scènes de ce genre. On m’a dit que j’étais fou, que cela coûterait très cher. Ce le fut, mais je crois que cela en a valu la peine. »  (La comédie américiane – Patrick Brion – Edition de la La Martinière – 1998)

diamants_canape_11

Blake Edwards revendique le personnage du voisin japonais, M. Yunioshl, campé par un Mickey Rooney vociférant. George Axelrod avait souhaité, à la fin du tournage, que les scènes avec ce personnage soient refaites mais dans un style moins exacerbé. Audrey Hepburn avait même accepté ne pas être payée pour ce travail supplémentaire mais Blake Edwards, satisfait des scènes, exigea et finit par obtenir leur maintien.  (La comédie américiane – Patrick Brion – Edition de la La Martinière – 1998)

diamants_canape_15

Moins drôle que les comédies les plus réussies de Blake Edwards, Breakfast at Tiffany’s souffre sans doute d’une certaine édulcoration par rapport à l’œuvre originale de Truman Capote. Celle-ci ne se terminait d’ailleurs pas par le bonheur commun de Holly et de Paul mais par le départ de Holly pour le Brésil où la jeune femme s’était ainsi presque « vendue» à un richissime mari. Dire que le film bénéficie de l’élégance de la composition d’Audrey Hepburn est une évidence mais il convient aussi de ne pas oublier le chat familier de Holly joué par Putney – c’est ainsi qu’il est crédité au générique – plus connu sous le nom de Rhubarb.  (La comédie américiane – Patrick Brion – Edition de la La Martinière – 1998)

diamants_canape_17

 


Moon River : Blake Edwards et les producteurs Martin Jurow et Richard Shepherd désirent que ce soit Henry Mancini qui compose la musique et la chanson comme le rapporte Sam Wasson dans son récit de la genèse du film. Mais Martin Rackin, directeur de la production chez Paramount, décrète que Henry Mancini ne composera que la musique, car il n’est pas intéressé par l’idée de chanson nostalgique que Mancini suggère ; il préfère confier ce travail à quelqu’un mieux à même de retranscrire l’« élégance de Broadway » avec un air cosmopolite. Henry Mancini n’en reste pas là et insiste auprès de Blake Edwards pour composer la chanson. Edwards arrive à convaincre les producteurs qui déclarent maintenant que « la chanson ne devait pas du tout parler de New York. Elle évoquait une fille originaire de « Tulip » au Texas et devait correspondre à cette image-là ». Henry Mancini doit alors spécialement composer pour Audrey Hepburn dont la tessiture de la voix est limitée (à peine plus d’une octave). L’inspiration vient à Mancini avec trois notes « do, sol, fa » qui débouchent sur une mélodie qu’il fait écouter à Blake Edwards. Celui-ci est conquis ainsi que les producteurs Jurow et Shepherd. Ces derniers demandent à Mancini avec quel parolier il désire travailler et, sans hésitation, Mancini répond « avec Johnny Mercer ».
Johnny Mercer, un homme doux et rêveur, originaire de Géorgie, a toujours la nostalgie de son Sud natal et, inspiré par l’histoire de Holly qui, elle, a la nostalgie de son Texas, il propose rapidement trois textes à Mancini. Le premier commence par « I’am Holly… », le second est rejeté, et c’est le troisième qui est retenu. Provisoirement baptisé « Blue River », le texte est remanié par Johnny Mercer qui remplace « blue » par « moon » et se met à chanter à Mancini la ballade que l’on connaît…
Les producteurs sont à leur tour séduits, mais reste à vaincre les résistances d’Audrey Hepburn. La perspective de devoir chanter avec sa voix qu’elle trouvait plus fluette qu’à l’époque de Drôle de frimousse l’effrayait, mais les faiblesses invoquées deviennent un argument pour le réalisateur Blake Edwards, renforçant son idée qu’au travers d’une interprétation authentique « les spectateurs percevraient dans la faiblesse de ses capacités vocales l’image d’une Holly simple et nature ». Convaincue, Audrey Hepburn commence immédiatement à prendre des cours de guitare et de chant.


La Bande-annonce


la scène de « la party »


Chez Tiffany & Co


La scène finale


Bonus : Strip-tease

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s