MARILYN MONROE : LA STAR ET L’ÉCRIVAIN

Plus encore que son mariage avec Joe Di Maggio, l’histoire d’amour entre Marilyn et Arthur Miller passionna les foules du monde entier. L’union de la star du glamour hollywoodien et de l’austère dramaturge new-yorkais avait tout d’un conte de fées moderne…

Monroe & Miller In Convertible
Arthur Miller et Marilyn Monroe (Photo by Paul Schutzer/The LIFE Picture Collection/Getty Images)

En 1951, alors qu’Arthur Miller est à Hollywood pour tenter de vendre un scénario écrit avec Elia Kazan, ce dernier l’entraîne dans une visite des studios de la Fox. Sur le plateau où l’on tourne As Young as You Feel (Rendez-moi ma femme), les deux hommes découvrent une jeune starlette aussi ravissante qu’éplorée : son agent et protecteur, est mort quelques jours plus tôt. Le trio se revoit dans les semaines qui suivent, Miller parvenant peu à peu à dérider Marilyn. Troublé par cette jeune femme de dix ans sa cadette, qui semble être sensible à son charme, l’écrivain préfère regagner très vite New-York, où l’attend son épouse Mary, avec qui il n’est guère heureux en ménage, et leurs deux enfants. Comme il l’écrira bien plus tard, ce départ était une fuite devant l’imminence d’une passion : « Une retraite vers la sécurité de la morale, à coup sûr, mais pas forcément vers la vérité. »

monroe_miller_07
Arthur Miller et Marilyn Monroe
Retrouvailles à Manhattan

Comme dans une romance hollywoodienne, le destin va pourtant réunir à nouveau Marilyn et Miller quatre ans plus tard. Réfugiée à New York suite à ses démêlées avec la Fox, la vedette de The Seven Year Itch (Sept ans de réflexion) a la surprise de retrouver Arthur chez des amis communs. Et cette fois, l’écrivain ne prend pas la fuite… En cette année 1955, Marilyn entretient encore des rapports avec son mari Joe Di Maggio, malgré la procédure de divorce qui aboutira en octobre. Entre-temps, Arthur aura supplanté le champion de Baseball dans la vie de la star, passant de plus en plus de temps au 26e étage de l’hôtel Waldorf, la nouvelle résidence de Marilyn. L’actrice apporte un grand réconfort à Miller, inquiété par le tristement célèbre Bureau des activités anti-américaines, qui traque tout ce qui ressemble à un sympathisant communiste. En septembre, l’écrivain est si amoureux de Marilyn qu’il la présente à ses parents, précisant qu’elle sera sa future femme.

monroe_miller_03
Arthur Miller et Marilyn Monroe

Mais il lui faut auparavant se séparer de Mary : au printemps 1956, Miller se rend à Reno, capitale du divorce. La loi oblige à s’y installer pour deux longs mois, au cours desquels il rendra le week-end des visites clandestines à Marilyn, qui tourne Bus stop (Arrêt d’autobus) à Los Angeles. Une période difficile pour le couple : si les juges du Nevada découvraient ces escapades, le divorce serait sérieusement compromis…

monroe_miller_02
Arthur Miller et Marilyn Monroe (1956)
« The beauty and the brain »

Lorsque Marilyn regagne New York en juin, Arthur est fraîchement divorcé. Fuyant la meute de journalistes qui campe sous les fenêtres du Waldorf, le couple se réfugie dans le paisible Connecticut, mais les reporters les y rejoignent. Dans l’espoir de mettre fin à cette hystérie, ceux qu’on surnomme désormais « la Beauté et le Cerveau » promettent une conférence de presse pour le 29 juin. L’événement tournera au drame : poursuivant le couple en voiture, la responsable du bureau new-yorkais de Paris Match aura ce jour-là un accident mortel. Secoués, Marilyn et Arthur se marient civilement le soir même, dans le plus grand secret. Le mariage religieux a lieu le 1er juillet, en toute intimité, et c’est un couple manifestement heureux qui part ensuite pour Londres, où Marilyn entame le tournage du film The Prince and the Showgirl (Le Prince et la danseuse). Mais, pendant quatre mois, Arthur va passer le plus clair de son temps à soutenir psychologiquement Marilyn, en conflit ouvert avec le réalisateur Laurence Olivier. L’écrivain ne parvenant pas à travailler à ses propres projets, la tension finit par gagner aussi le couple, surtout après la découverte par Marilyn du journal intime de son mari (voir le paragraphe en fin de page). De plus, une autre déception l’attend, bien plus terrible : se découvrant enceinte, la comédienne fait une fausse couche quelques jours plus tard…

monroe_miller_montand_05
Yves Montand, Arthur Miller et Marilyn Monroe
Nouvelle chance

De retour aux États-Unis, le couple semble pourtant décidé à recoller les morceaux : Marilyn joue à la parfaite maîtresse de maison, tandis qu’Arthur se remet enfin au travail. Et, au cours de l’été 1957, la jeune femme éprouve une joie immense lorsqu’elle apprend qu’elle attend un enfant. Malheureusement, il s’agit d’une grossesse extra-utérine… Marilyn entre alors dans une période de dépression, n’apparaissant plus en public pendant six mois. Afin de la réconforter, Arthur lui propose d’adapter une nouvelle qu’il vient d’écrire, The Misfits (Les désaxés), pour en faire un film dont elle serait la vedette. En 1959, Marilyn finit par retrouver le chemin des studios pour Some like it hot (Certains l’aiment chaud), mais ce sommet artistique sera aussi l’un de ses tournages les plus éprouvants. En partie parce que l’actrice est à nouveau enceinte : mais cette fois, c’est une fausse couche qui lui fait perdre son bébé. Un événement d’autant plus traumatisant que Marilyn pense l’avoir causé en mélangeant tranquillisants et alcool.

desaxes_les_130
John Huston, Arthur Miller et Marilyn Monroe sur le tournage des Misfits (1961)
The end

Au cours de l’année 1960, le mariage des Miller sombre peu à peu. Marilyn en veut notamment à Arthur de continuer à ne voir en elle qu’une femme-enfant, doublée d’un objet sexuel. Sa passade avec Yves Montand, si elle ne crée pas de drame, n’arrange évidemment rien. Le couple compte sur le tournage des Misfits pour se rapprocher, mais c’est l’inverse qui se produit, Marilyn trouvant dans le personnage de Roslyn, écrit pour elle par Arthur, une nouvelle  preuve du manque de considération de son mari. La chaleur torride du désert du Nevada et l’abus de médicaments et d’alcool feront le reste, entraînant pour la star une hospitalisation d’une semaine, qui vient encore compliquer un tournage déjà sous tension. Mari et femme quitteront finalement le Nevada séparément. Annoncé à la presse en novembre 1960 par une Marilyn livide, leur divorce est prononcé en janvier 1961. Le troisième mariage de la femme la plus désirée au monde est un douloureux échec… [Légendes d’Hollywood / Marilyn Monroe – Eric Quéméré (2004)]

monroe_miller_06
Arthur Miller et Marilyn Monroe
Le carnet maudit

Deux semaines après la célébration de leur mariage, Marilyn et Arthur Miller s’envolent pour Londres, non pas en lune de miel, mais pour des motifs professionnels. Marilyn doit y tourner le second film lancé par la Marilyn Monroe Productions, qui sera réalisé et interprété par Laurence Olivier, le plus prestigieux des acteurs britanniques. De son côté, Arthur vient assister à la première londonienne de sa pièce « Vu du pont » ; il espère également mettre à profit les journées où Marilyn sera sur le plateau pour écrire. Mais dès leur arrivée, les rapports de la star avec son metteur en scène se dégradent, ainsi que ceux qu’elle entretient avec son associé Milton Greene. Devenant partie prenante dans ces discordes, Arthur n’a finalement le temps d’écrire que son journal intime, auquel il confie son agacement, mais aussi une certaine déception vis-à-vis de sa nouvelle épouse, qu’il juge puérile et trop vulnérable. Surtout, il craint que son œuvre d’écrivain ne soit sérieusement parasitée par l’énergie qu’il dépense pour réconforter sans cesse Marilyn. On peut imaginer le choc que fut, pour cette femme effectivement fragile, la découverte de ce carnet, oublié un jour grand ouvert sur la table de leur résidence londonienne… Amy Greene, l’une des meilleures amies de la star à l’époque, raconte que Marilyn avait hésité à épouser Arthur, voyant dans l’accident de la journaliste de Paris Match le présage d’une union malheureuse. La lecture des notes de son mari, trois semaines à peine après leurs noces, l’aura assurément confortée dans cette opinion…

monroe_miller_08
Arthur Miller et Marilyn Monroe – Photo : Peter Sneyder
A voir également :

MARILYN MONROE : A LA RECHERCHE DU PÈRE
Par une cruelle ironie du sort, celle qui immortalisa à l’écran les chansons « Every baby needs a Da-Da-Daddy » et « My heart belongs to Daddy » ne connut jamais son véritable père. Une douloureuse absence qui marqua profondément la vie sentimentale de la star…

MARILYN : GLAMOUR GIRL
Reine de beauté et sex-symbol, Marilyn a aussi incarné pour toute une génération la quintessence du chic « made in Hollywood ». Entre luxe, mode et falbalas, petite revue de détail de la panoplie d’une superstar…

MARILYN MONROE : L’ENFANCE VOLÉE
Tout le monde connaît les récits d’une enfance si malheureuse que la star en portera les stigmates jusqu’à sa mort. Ballottée d’un foyer à l’autre sans jamais connaître la sécurité, Marilyn a grandi tant bien que mal, mais toujours sans amour.

MARILYN MONROE : LA STAR ET L’ÉCRIVAIN
Plus encore que son mariage avec Joe Di Maggio, l’histoire d’amour entre Marilyn et Arthur Miller passionna les foules du monde entier. L’union de la star du glamour hollywoodien et de l’austère dramaturge new-yorkais avait tout d’un conte de fées moderne…

monroe_miller_olivier_06
Vivien Leigh, Laurence Olivier, Marilyn Monroe et Arthur Miller

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.