Le Film français

PENSION MIMOSAS – MERLUSSE – AVEC LE SOURIRE

Parce que la mémoire collective est vite saturée, elle ne peut retenir, d’une époque ou d’un style, que cinq ou six noms. C’est un phénomène profondément injuste, puisqu’il privilégie les signatures que le souvenir a retenu dans sa passoire, mais il répond à un penchant naturel de l’esprit. Le but de cette série de publications sur les films français des années 1930 est justement de faire échec à cette mécanique qui tend à privilégier, au delà de toute mesure, des films excellents, mais qui rejette au fond de la nuit des dizaines d’autres films dont rien ne prouve qu’ils ne soient pas d’une émotion, d’une poésie ou d’une surprise comparables.


PENSION MIMOSAS – Jacques Feyder (1934)

La collaboration, des deux belges Feyder et Spaak a produit ce film qui eut, peut-être, à sa sortie, un moindre succès public que Le Grand Jeu, prototype et chef-d’œuvre des histoires inspirées par le bled et la Légion, mais sut toucher la critique qui salua ses qualités d’émotion contenue dans un cadre bien délimité : la pension de famille qui permet toujours un savoureux échantillonnage de clients pittoresque, un grain de folie, la passion du jeu, enfin un certain parfum frondeur qui venait corser et troubler l’aventure. L’autorité magistrale de Françoise Rosay, prête à affronter les pires situations, à les vaincre, mieux, à en triompher, fit le reste. La précision des décors de Lazare Meerson qui fut, dès la période muette, le collaborateur attitré de Jacques Feyder a fait écrire à Léon Barsacq : « Il suffit de revoir Pension Mimosas pour être confondu par la maîtrise avec laquelle Feyder et Meerson situaient les différents milieux dans lesquels se déroule le film. L’atmosphère du petit bistrot parisien, entre autres, est évoquée avec une économie de moyens rarement atteinte dans un film ».

On revoit de temps en temps, et ce n’est que justice, la très belle Kermesse Héroïque qui n’a pas souffert du passage des années. Il faudrait retrouver le monde du cirque, les longues caravanes au fil des routes, l’odeur de la piste, la musique de la parade puissamment et savamment évoqués dans Les Gens du Voyage, beau poème d’images, à peine terni par un scénario mélodramatique, à peine alourdi par une interprétation inégale. Et La Piste du Nord, longue histoire, toute de pudeur et de discrétion, réalisée avec une élégance peu commune, avec cette distinction qu’on a reproché parfois à Feyder. comme si distingué voulait dire guindé, alors qu’il est facile de rappeler que le merveilleux et touchant Crainquebille d’un si vrai populisme rejoint naturellement le message d’Anatole France, exalte sans roublardise ni attendrissement suspect la vie des petites gens, leurs soucis, leurs chagrins. L’amertume, à peine corrigée par l’humour, n’est jamais loin dans l’œuvre de Feyder, qu’il faut savoir redécouvrir. [Raymond Chirat – Les Français et leur cinéma (1930-1949) – Deuxième cinécure (en collaboration avec la Cinémathèque de Toulouse) – Maison de la Culture de Créteil – Eric Losfeld (1973)]


MERLUSSE – marcel pagnol (1935)

Marcel Pagnol, fidèle à sa jeunesse – c’est son côté Alphonse Daudet – s’est souvent attendri sur l’époque ou il était pion au lycée de Marseille ; le Petit Chose ? En février 1935, il s’attaque au tournage de deux moyens métrages : Merlusse et Cigalon, où il réservait la vedette à un acteur méridional bien oublié aujourd’hui : Henri Poupon. Les deux films achevés, il dut les détruire et les recommencer, la bande son étant très mauvaise : l’interprétation de Cigalon fut modifiée; mais, dans Merlusse, Henri Poupon, barbu, redoutable et redouté, continuera à déambuler par les cours, les classes et les couloirs, le film ayant été tourné en décors réels.

Le personnage de Merlusse, que les enfants craignent et qui joue les bourrus bienfaisants, allait trouver une parenté évidente avec le professeur d’anglais dessiné par von Stroheim dans Les Disparus de Saint-Agil de Christian-Jaque, réalisé trois ans après. C’est sans doute un rôle facile et l’histoire à un côté féérique – conte de Noël – avec des enfants attendrissants, mais qui parlent juste et dont les réactions sont admissibles. Au demeurant, Marcel Pagnol, avec Merlusse, écrivait son premier scénario original après les adaptations de Jean Giono et de ses propres pièces. La critique sévère pour Cigalon, célébra Merlusse, mais il semble que l’un et l’autre de ces films n’eurent qu’une carrière assez modeste : trop courts pour des longs métrages, trop longs pour des courts métrages, ils formaient une programmation bâtarde qui faisait hésiter les directeurs de salles et les fit rapidement disparaître des écrans. En 1939, pendant la drôle de guerre, CigaIon reparut, curieusement épaulé par une série B américaine, Le Signe de Zorro ; on ne voyait déjà plus Merlusse où pourtant Pagnol avait fait parler son cœur et ses souvenirs, comme il sait le faire, éloquemment. Signalons toutefois qu’en 1963 Merlusse fit l’objet d’une dramatique à la T.V. interprétée par Georges Wilson sous la direction de Georges Folgoas. [Raymond Chirat – Les Français et leur cinéma (1930-1949) – Deuxième cinécure (en collaboration avec la Cinémathèque de Toulouse) – Maison de la Culture de Créteil – Eric Losfeld (1973)]


avec le sourire – Maurice Tourneur (1936)

Louis Verneuil, homme de théâtre de petite taille, de figure allongée et de poil blanc, apparenté par ses mariages à la fois à Sarah Bernhardt et à Georges Feydeau, rappelait Eugène Scribe pour sa dextérité confondante a bâtir des intrigues rapides, à les développer mécaniquement, de plus en plus vite, jusqu’à l’emballement du moteur, a les lier enfin par un dialogue dont les lieux communs et les à peu près font penser aujourd’hui à un Ionesco d’avant la lettre. II aimait à interpréter sa propre production et jouait la comédie moins bien que Sacha Guitry, mais mieux que Jean Sarment. La chance de sa vie fut la rencontre d’Elvire Popesco. Dix ans durant, il broda éperdument sur l’accent exotique, sur le passage instantané et prodigieux du rire aux larmes, sur l’émotion à fleur de peau, sur les éclats tempétueux de l’ardente roumaine. Pendant la guerre, exilé aux U.S.A., il fit paraître un intéressant recueil de souvenir : « Rideau à neuf heures », revint en France, n’y retrouva pas la vogue d’autrefois : il se suicida dans une chambre d’hôtel.

AVEC LE SOURIRE – Maurice Tourneur (1936)

Une de ses spécialités à la scène était son habileté à tirer parti de l’actualité, de l’air du temps, pour l’exploiter en satires aimables et mordantes. Avec le Sourire appartient à cette veine, qui est celle de La Banque Nemo. Un petit bonhomme, parti de rien, ouvreur de portières ou marchand de journaux, accède à la fortune et à la considération ; parallèlement, son antithèse, l’homme honnête et travailleur, va d’échec en échec, jusqu’à ce qu’il s’aperçoive que le charme personnel, la désinvolture, la cordialité, en somme une aimable canaillerie sont des moyens de parvenir plus efficaces que les principes moraux, A peu de chose près, c’est le sujet de « Topaze » ; c’est le système D d’avant-guerre érigé en règle de vie, c’est la loi de la jungle humanisée, c’est l’apologue du cocotier. On compte sur la popularité de la vedette pour faire avaler certaines scènes nauséabondes : Maurice Chevalier ou Victor Boucher s’y emploient avec leur accent de titi, leur gouaille, leur faconde et la facilité, pour l’un d’eux, de pousser la chansonnette. Citons en référence le sketch qui, à la fin du film, oppose le héros et le directeur des Beaux-Arts où se développe magistralement, et avec le sourire, un petit cours à l’usage des apprentis maîtres-chanteurs.

AVEC LE SOURIRE – Maurice Tourneur (1936)

Pour illustrer cette fable sans morale, Maurice Tourneur a refusé toutes complications, mais a prouvé qu’en habile technicien il savait filmer une scène ; admirons sur ce point la séquence où Maurice Chevalier apprend à Marie Glory l’art de mettre en place une chanson : magistrale pirouette dans laquelle Maurice feint de dévoiler les secrets de son métier. La partie musicale, de qualité, n’interrompt pas l’action, mais la fait au contraire progresser. Véritable comédie musicale ?

AVEC LE SOURIRE – Maurice Tourneur (1936)

On est loin, en tous cas, des recherches raffinées d’équivalence picturale qui caractérisent la période muette de Maurice Tourneur et le font classer par les Américains avec les maitres du cinéma. Mais, si on considère sa production parlante, drames provenant de l’ancien répertoire : Les Deux Orphelines, Samson, Le Voleur, évocations de la Sainte Russie : Katia, Le Patriote, I’Allemagne romanesque du temps de Pierre Benoit : Kœnigsmark, Venise au XVI- siècle peuplée de monstres sacrés : Volpone, on n’en admire que mieux la sobriété, I’efficacité, la portée enfin d’Accusée… levez-vous, habile histoire policière du début du parlant, de Justin de Marseille folklorique, verbeux et coloré, et de cette adaptation de Verneuil, reflet d’une faune qui courait à la culbute en poussant la chansonnette. [Raymond Chirat & Philippe Ariotti – Les Français et leur cinéma (1930-1949) – Deuxième cinécure (en collaboration avec la Cinémathèque de Toulouse) – Maison de la Culture de Créteil – Eric Losfeld (1973)]


MARCEL PAGNOL : DU THÉÂTRE AU CINÉMA
Si le cinéma était resté muet, on peut penser que Marcel Pagnol ne serait jamais devenu cinéaste, tant son œuvre est d’abord une œuvre parlée, où le dialogue joue un rôle prépondérant. Et pourtant, nous savons aussi qu’elle constitue bien autre chose que le « théâtre filmé » à quoi on a voulu longtemps la réduire avec dédain, et qu’elle représente de l’authentique cinéma.


A PROPOS DE NICE – SOUS LES TOITS DE PARIS – ALLÔ BERLIN, ICI PARIS – PARIS-BÉGUIN
Tourné dans la ville de Nice au début de l’année 19301, A Propos de Nice, qui est le premier travail cinématographique de Jean Vigo, a été réalisé dans le cadre des Cités symphonies, une série sur les villes dans les années 1920. Cette série veut montrer la modernisation de la ville grâce à un travail formel et mécanique. Le tournage s’effectue sur une journée. Sous les toits de Paris. Un chanteur des rues tombe amoureux d’une jeune étrangère, mais, injustement accusé de vol, il est jeté en prison.. Allô Berlin, ici Paris. Les standardistes de Paris et de Berlin sont très souvent en contact, en effectuant les connexions innombrables entre les deux capitales. Annette, de Paris, finit par s’éprendre d’Erich, de Berlin. Un jour, Erich annonce qu’il va venir à Paris mais les choses ne se passent pas comme prévu… Paris-Béguin Pour ne pas compromettre la grande vedette du music-hall avec laquelle il a passe la nuit, un homme se voit accuse d’un meurtre qu’il n’a pas commis.

CES MESSIEURS DE LA SANTÉ – LAC AUX DAMES – LE BONHEUR
Ces messieurs de la santé. Un financier astucieux emprisonné pour une prétendue escroquerie s’évade de la prison de la Santé, prend un faux nom et entre comme homme à tout faire dans un magasin de corsets. Faisant bien fructifier les affaires de sa patronne, il se retrouve rapidement à la tête d’un empire économique. Lac aux dames. Dans ce film séduisant dialogué par Colette, Éric est jeune, beau comme un dieu… mais maître nageur et pauvre. Il aime Dany fille d’un riche industriel toute aussi belle et juvénile… mais il est aimé en secret par Puck une petite sauvage éblouissante de sensualité, qui habite avec son père une île au milieu du lac… Le Bonheur. Un dessinateur considéré comme un anarchiste fanatique, blesse d’une balle une vedette du cinéma par haine de ce qu’elle représente devant ses admirateurs. Aux assises, la belle comédienne plaide en sa faveur par amour pour lui.

LE MORT EN FUITE – LA BATAILLE SILENCIEUSE – CLAUDINE  À L’ÉCOLE
Le Mort en fuite. Deux acteurs ratés, Trignol et Baluchet, élaborent une mise en scène afin d’être connus du grand public : Baluchet fait semblant de tuer son ami, qui réapparaitra comme par magie au moment du procès. Tout se complique lorsque « le mort » disparait pour de bon, laissant le faux coupable dans une bien mauvaise posture… La Bataille silencieuse. Un jeune journaliste parti en reportage avec les papiers d’un camarade se trouve mêlé à des affaires de trafic d’armes. Le hasard le met en contact avec Draguicha, une étudiante serbe qui, abusée par des hommes d’affaires, prépare un attentat contre l’Orient-Express… Claudine à l’école. La vie de collège de l’espiègle Claudine à la fin des années 1800. Son indiscipline auprès des adultes et ses premiers émois amoureux.

DOUBLE CRIME SUR LA LIGNE MAGINOT – TARAKANOVA – L’ENTRAÎNEUSE – ERNEST LE REBELLE
Double crime sur la ligne Maginot. Le commandant d’Espinac est retrouvé assassiné. S’étant disputé la veille du meurtre avec le capitaine Bruchot, celui-ci est accusé. Le capitaine va devoir mener sa propre enquête s’il veut se disculper. Ses soupçons vont se poser sur l’un des trois officiers attachés à son unité. Tarakanova. Le comte Orlov , favori de l’ impératrice Catherine , part pour Venise dans le but de séduire la jeune princesse Elisabetta Tarakanova, prétendante au trône , puis de la ramener en Russie où l’attend un procès pour haute trahison et la condamne à mort . Le comte se retrouve amoureux et tente de la libérer, mais il devra à la place partager son destin tragique. L’entraîneuse. Suzy est entraîneuse au cabaret La Dame de Coeur. Lors d’un séjour sur la Côte d’Azur, elle fait la connaissance de Pierre Noblet, qui s’avère être un ancien client de son cabaret. Ernest le rebelle. Ernest Pic, steward et accordéoniste à bord d’un navire de plaisance, multiplie les gaffes au grand désespoir de l’équipage et des passagers. Après une escale dans un port d’Amérique du Sud, le paquebot repart sans lui.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.