La Comédie musicale

NIGHT AND DAY (Nuit et jour) – Michael Curtiz (1946)

nuit_et_jour_01
NIGHT AND DAY (Nuit et jour) – Michael Curtiz (1946)

Après Till the clouds roll by (La Pluie qui chante), film consacré à Jerome Kern, et Words and Music (Ma vie est une chanson), évocation du tandem formé par Rodgers et Hart, nous continuons notre exploration d’un genre très en vogue à Hollywood dans les années 40 et 50 : la « vraie fausse » biographie de compositeur. Cette fois, c’est le brillant Cole Porter qui est à l’honneur. En choisissant de donner au film le titre d’une de ses plus célèbres chansons (Night and Day), la Warner mise – avec raison – sur la grande popularité de celui qui a déjà signé à l’époque de nombreux spectacles à succès. Si le public des théâtres new-yorkais ne représente évidemment qu’une infime proportion de la population américaine des années 40, le reste du pays n’en connaît pas moins les mélodies de Cole Porter, devenues pour beaucoup des standards à la radio. Nuit et jour fait donc la part belle à ces « tubes », qu’il s’agisse de Begin The Beguine, Just One Of Those Things ou My Heart Belongs To Daddy. Comme Irving Berlin, Porter s’avère aussi doué pour les paroles que pour la musique et ses compositions à l’humour sophistiqué et aux nombreux sous-entendus lui confèrent une place à part dans le monde de la musique. Une place que les innombrables reprises de ses chansons lui ont permis de conserver jusqu’à nos jours…

nuit_et_jour_02
NIGHT AND DAY (Nuit et jour) – Michael Curtiz (1946)

Alors qu’elle vient à peine de terminer Rhapsody in blue (Rhapsodie en bleu), un biopic sur George Gershwin, la Warner se lance en 1945 dans un projet du même type, consacré cette fois à Cole Porter. Contrairement à Gershwin, disparu en 1937, Porter est bien vivant, et il insiste pour que ce soit Cary Grant qui l’incarne à l’écran. L’acteur, qui souhaite au contraire faire une pause dans sa carrière, se fait un peu tirer l’oreille, mais il finit tout de même par accepter. Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion d’interpréter un géant de Broadway, et avec son budget de quatre millions de dollars, le projet s’annonce comme l’une des superproductions de l’année. Le réalisateur sera Michael Curtiz, qui a signé entre autres Casablanca. Pour entourer Cary Grant la Warner engage notamment Alexis Smith, déjà présente dans Rhapsody in blue et Monty Woolley, un ami de longue date de Cole Porter, qui va tenir son propre rôle dans le film. Jane Wyman est également de la partie, tout comme l’actrice comique Eve Arden Cover girl (La Reine de Broadway), et la débutante Dorothy Malone.

nuit_et_jour_03
NIGHT AND DAY (Nuit et jour) – Michael Curtiz (1946)

C’est peu de dire que l’équipe de scénaristes chargés de retracer la fabuleuse carrière de Cole Porter va prendre des libertés avec la réalité. Certes, un certain nombre de faits exposés dans Night and Day sont authentiques : le compositeur a effectivement déçu les espoirs deson richissime grand-père en embrassant une carrière musicale ; il s’est rendu en France pendant la Première Guerre ; il a rencontré à Yale son grand ami Monty Woolley, et s’est marié avec une femme du nom de Linda. Mais contrairement à la légende qu’il a lui-même entretenue, Cole Porter n’a pas été soldat sur le front, mais volontaire en arrière-ligne. Monty Woolley, qui n’a que trois ans de plus que lui, ne fut pas son professeur mais son condisciple à l’université (le fait que celui-ci tienne son propre rôle dans le film a obligé les scénaristes à justifier ainsi sa différence d’âge avec Cary Grant). Et surtout, le mariage du musicien avec Linda, une divorcée de huit ans son aînée, est en réalité une union de convenance, Porter étant homosexuel. Ce qui n’empêchera pas le couple de rester très uni jusqu’à la mort de Linda.

nuit_et_jour_06
NIGHT AND DAY (Nuit et jour) – Michael Curtiz (1946)

Ce qui est vrai, en revanche, dans Night and Day, c’est que les chansons de Porter ont conquis le monde entier. Après le désastre de son premier spectacle, See America First (dû non pas au naufrage du Lusitania, mais à un simple échec public), le compositeur a heureusement tenu bon, et le succès qu’il a fini par connaître à Broadway à partir de 1928 a rarement été égalé. Tous ses grands succès sont évidemment à l’honneur dans Night and Day. Le suggestif Let’s Do It et le mélancolique In The Still of the Night sont interprétés respectivement par Jane Wyman et Dorothy Malone, tandis que Ginny Simms, chanteuse très populaire à l’époque, entonne entre autres What Is This Thing Called Love ?, I’ve Got You Under My Skin, et You’re The Top, en duo avec Cary Grant (qui n’est pas doublé pour le film). Quant à l’incontournable My Heart Belongs to Daddy, il est interprété par Mary Martin, star de Broadway qui fut la première à le chanter sur scène en 1938… Sorti durant l’été 1946, Night and Day remporte un énorme succès, le plus grand connu à l’époque par Cary Grant.

nuit_et_jour_09
NIGHT AND DAY (Nuit et jour) – Michael Curtiz (1946)

Jane Wyman, qui interprète le rôle de Gracie Harris, est née en 1917 et disparue en 2007, l’actrice devient une tête d’affiche dès la fin des années 30. Ses films les plus importants seront The Lost Weekend (Le Poison, 1945), de Billy Wilder, Johnny Belinda (1948), qui lui vaut un Oscar, et Stage Fright (Le Grand alibi, 1950), d’Hitchcock. Douglas Sirk la dirige aussi face à Rock Hudson dans deux grands mélos, Magnificent Obsession (Le Secret magnifique, 1954) et All That Heaven Allows (Tout ce que le ciel permet, 1955). Décédée en 2007, Jane Wyman reste également connue pour avoir été l’épouse de Ronald Reagan de 1940 à 1948, et pour avoir incarné Angela dans le feuilleton Falcon Crest.

nuit_et_jour_07
NIGHT AND DAY (Nuit et jour) – Michael Curtiz (1946)

La canadienne Alexis Smith (1921-1993) entre en 1941 à la Warner, où elle a notamment pour partenaires Errol Flynn (Gentleman Jim, 1942), Humphrey Bogart Conflict (La Mort n’était pas au rendez-vous, 1945), et Clark Gable Any Number Can Play (Faites vos jeux, 1949). L’actrice entame ensuite une carrière au théâtre, où elle joue souvent aux côtés de son mari, Craig Stevens. Couronnée par un Tony en 1971 pour le musical Follies, de Stephen Sondheim, elle apparaît également à la télévision (Dallas), et tient son tout dernier rôle dans The Age of Innocence (Le Temps de l’innocence, de Scorsese en 1993.

nuit_et_jour_04
Programme musical (sélection)
Fiche technique du film Fiche technique du film 
nuit_et_jour_10

Cole Porter

Cole Porter naît en juin 1891 au sein d’une riche famille de l’Indiana. Encouragé par sa mère, il apprend très tôt à jouer du piano et du violon, et signe même sa première opérette à l’âge de dix ans. Le jeune Cole n’en doit pas moins faire des études « sérieuses », mais alors qu’il étudie le droit à Harvard, il bifurque vers la classe de musique. Car cette passion ne l’a pas quitté : il compose des centaines de chansons au cours de ses études, et en 1915, parvient même à en placer une à Broadway. Cole Porter livre alors sa première comédie musicale, mais les représentations font un flop. Blessé, le jeune homme se réfugie en France, où éclate bientôt la Première Guerre. Il dira plus tard aux journalistes l’avoir passée dans les rangs de l’armée française, mais en réalité, il mène la grande vie dans la capitale.

cole_porter_01

cole_porter_04

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.