Les Réalisateurs

ALFRED HITCHCOCK : Hollywood et la guerre (période 1940 – 1944)

A la veille de la guerre, l’industrie cinématographique américaine domine le marché mondial. De nombreux cinéastes européens ont raillé Hollywood. la domination nazie accélérera cette migration, mais ce cosmopolitisme convient au public national. Ce peuple d’émigrants aime le cinéma. les images satisfont ses fantasmes et bercent ses espoirs. Il se retrouve culturellement devant des produits conçus par des réalisateurs européens. L’arrivée d’Hitchcock à Hollywood n’a rien d’exceptionnel. les producteurs américains ont toujours racolé les réalisateurs étrangers susceptibles d’obtenir du succès.

joan fontaine & judith anderson - rebecca 1940
REBECCA – Alfred Hitchcock (1940) avec Laurence Olivier, Joan Fontaine, George Sanders et Judith Anderson

David O’Selznick avait engagé Hitchcock pour qu’il mette en scène un scénario sur le naufrage du Titanic. Le projet sera abandonné et le producteur proposera au réalisateur d’adapter « Rebecca », un best-seller de Daphné du Maurier… Hitchcock respecte Selznick et il donne son accord. Plus tard, il déclarera que Rebecca n’est pas un film d’Hitchcock, quant à son style et son sujet. Etrange attitude envers un produit qui obtiendra l’Oscar du meilleur film en 1940… Etonnante distance vis-à-vis d’une œuvre qui nous semble spécifiquement hitchcockienne. On sait que Selznick supervisait tout, mais les deux hommes collaboreront plusieurs fois par la suite. A vrai dire, Hitchcock avait déjà eu l’idée de faire Rebecca alors qu’il était en Angleterre, mais les droits étalent trop chers pour qu’Ils puissent les acquérir.

rebecca_100
ON SET – REBECCA – Alfred Hitchcock (1940) avec Laurence Olivier, Joan Fontaine, George Sanders et Judith Anderson

Rebecca est un parfait mélodrame où les thèmes anglais d’Hitchcock se retrouvent : formation d’un couple contrariée par un secret, peut-être un crime dû à la menace d’un enfant illégitime. C’est un conte de fées, un rêve cauchemardesque unissant le romantisme à la description d’un cas psychanalytique. Dès l’ouverture du film, on indique la trajectoire onirique par la voix de l’héroïne qui dit : « J’ai rêvé que je retournais à Manderley.» Le songe montrera l’histoire d’un homme obsédé par le souvenir de Rebecca, sa première épouse. Il se remarie avec une orpheline, mais son secret le ronge. Sa nouvelle femme est en proie à de nombreux blocages. Le bonheur des premiers jours est remplacé par une crise oppressante, accentuée par les lents mouvements de caméra de la mise en scène. Lorsque l’on découvre le cadavre de Rebecca, l’homme confie son secret à sa nouvelle épouse. Ils sauveront leur couple, tandis que le feu brûlera les souvenirs du passé.

rebecca_04
REBECCA – Alfred Hitchcock (1940) avec Laurence Olivier, Joan Fontaine, George Sanders et Judith Anderson

La réalisation de Rebecca tranche avec celle des précédents films d’Hitchcock, Le style devient le véhicule du sujet et de l’univers du créateur, Tout se conjugue vers une conception musicale du cinéma, la machinerie hollywoodienne sert Hitchcock plus qu’elle ne le bride, Mais sa réputation reposait sur ses films d’espionnage, l’Amérique venait d’apprendre l’éclatement de la guerre. Des films de propagande antinazis étaient en chantier. Les meilleurs scénaristes étalent appelés à politiser leur sujet. Un nouveau genre cinématographique était né, moins belliciste que les films anti-allemands de la première guerre mondiale, mais beaucoup plus sournois. Walter Wanger confia la réalisation de l’un d’eux à Hitchcock : Foreign correspondent (Correspondant 17).

correspondant_17_01
FOREIGN CORRESPONDANT (Correspondant 17) – Alfred Hitchcock (1940) avec Joel McCrea, Laraine Day, Herbert Marshall, George Sanders

Hitchcock est excité par un scénario qui va lui permettre d’utiliser toute la panoplie technique d’Hollywood, Il veut obtenir des stars, mais Gary Cooper se méfie. Hitchcock se rabat sur de bons comédiens cantonnés dans la série B. Il Impose Herbert Marshall (avec lequel il avait fait Murder dix ans plus tôt) pour tenir le rôle du nazi. Avec ce personnage, il va brouiller les cartes car il le rend sympathique. Même si l’appel à l’engagement de l’Amérique, à la fin du film, semble rétablir l’équilibre, il n’en est pas moins évident qu’Hitchcock refuse de s’engager sur un terrain politique trop codé de manichéisme.

correspondant_17_02
FOREIGN CORRESPONDANT (Correspondant 17) – Alfred Hitchcock (1940) avec Joel McCrea, Laraine Day, Herbert Marshall, George Sanders

Foreign correspondent  abonde en trouvailles de mise en scène : une forêt de parapluies, une caméra qui dissimule un revolver, les ailes d’un moulin qui tournent contre le vent, la chute spectaculaire d’un avion dans l’océan, Hitchcock maîtrise tous les moyens qui lui sont offerts et veut visualiser la moindre nuance, Même si cela tient de l’exercice de style, aucune gratuité virtuose n’apparaît. Tout s’intègre au récit feuilletonesque. C’est l’univers de John Buchan revisité par un moraliste soucieux de fabriquer une bande dessinée dynamique pour le grand écran. Hitchcock dira : « Ce film était une fantaisie et, comme chaque fois que je m’occupe d’une fantaisie, je n’ai pas permis à la vraisemblance de montrer sa vilaine tête ».

mr_et_mrs_smith_01
MR & MRS SMITH (Joies matrimoniales) – Alfred Hitchcock (1941) avec Carole Lombard, Robert Montgomery, Gene Raymond

Après ce tournage, Carole Lombard demande à Hitchcock s’il veut réaliser une comédie avec elle, Il est tenté car la comédie américaine est un genre spécifique, très lointain de son univers. La gageure le séduit et ce sera Mr et Mrs Smith (Joies matrimoniales).

mr_et_mrs_smith_02
MR & MRS SMITH (Joies matrimoniales) – Alfred Hitchcock (1941) avec Carole Lombard, Robert Montgomery, Gene Raymond

C’est l’histoire d’un couple en crise par l’annulation accidentelle de leur mariage. Le scénario est très dialogué. Les situations répondent aux conventions du genre. Hitchcock façonne une mise en scène brillante, en jouant avec les codes de la censure, mais ce n’est pas une œuvre majeure, quoi qu’il n’ y ait rien à redire sur l’écriture cinématographique. Cependant, la réussite du film fait de lui un cinéaste « américain ».

soupcons_13
SUSPICION (Soupçons) – Alfred Hitchcock (1941) avec Cary Grant et Joan Fontaine

Il reprendra quelques éléments de Mr et Mrs Smith dans Suspicions (Soupçons), qu’il tourne la même année (1941), mais il les sublimera bien au-delà des obligations du genre. Ce sera une nouvelle exploration aux frontières de la psychanalyse. L’actrice de Rebecca, Joan Fontaine, incarnera l’héroïne et d’autres éléments marqueront la parenté du film avec sa première réalisation américaine.

soupcons_10
SUSPICION (Soupçons) – Alfred Hitchcock (1941) avec Cary Grant et Joan Fontaine

Suspicions décrit l’itinéraire d’une femme qui se ferme à l’amour. Cet état d’esprit est signalé dans la séquence où elle reçoit son premier baiser. Hitchcock place un gros plan de sac qui se ferme. Cet insert situe bien le propos sexuel du film. La jeune femme fantasme les actes de son mari. Elle s’imagine qu’il veut la tuer. Elle le refuse. Lui, c’est un éternel adolescent et un joueur. Nous le voyons toujours par les yeux de l’héroïne comme si c’était elle qui l’avait inventé. Le film comporte une célèbre scène où son époux lui apporte un verre de lait qu’elle croit empoisonné. Ceci n’est autre qu’une illustration du principe de fascination / répulsion. Ce lait est la semence que son mari lui propose, et dont elle ne veut pas, trop clôturée dans son imaginaire pour accepter de se faire faire un enfant.

soupcons_120
ON SET – SUSPICION (Soupçons) – Alfred Hitchcock (1941) avec Cary Grant et Joan Fontaine

Hitchcock place le spectateur entre deux forces antagonistes : la magie du film à « suspense » et le rapport de complicité avec l’héroïne. Car cette femme « se fait du cinéma » pour refuser la réalité, comme le spectateur qui rêve devant l’écran pour ne pas regarder en lui-même. La mise en scène travaille à désordonner les conjonctures préétablies du film hollywoodien. C’est passionnant et efficace, mais le public boude ce type de tentative. Hitchcock connaît son premier échec commercial sur le sol américain. Il revient au film d’espionnage pour retrouver la confiance des financier du Septième Art.

saboteur_01
SABOTEUR (Cinquième Colonne – Alfred Hitchcock (1942) avec Robert Cummings, Priscilla Lane, Otto Kruger

Saboteur (Cinquième colonne) unit le thème favori d’Hitchcock, un innocent pourchassé à tort, avec le film de propagande. Plusieurs séquences spectaculaires permettent au metteur en scène de reconquérir le public. La plus étonnante se situe au sommet de la statue de la Liberté. C’est une merveille sur le plan du montage. On sait qu’Eisenstein avait impressionné Hitchcock, mais il avait habilement assimilé les travaux du Russe. Composé sur l’opposition du détail et de l’ensemble, cette scène possède une efficacité imparable, jouant sur l’élément freudien qui est la peur du vide. Criblé d’Images, le spectateur souffre et prend son plaisir dans cette angoisse. La perversité d’Hitchcock est sans détours. Tout jeu avec le spectateur. D’ailleurs, il ironise autour du symbole de la liberté. Il se place au-delà du politique et de l’idéologie.

saboteur_02
SABOTEUR (Cinquième Colonne – Alfred Hitchcock (1942) avec Robert Cummings, Priscilla Lane, Otto Kruger

Anarchiste autant qu’artiste, il préfère s’intéresser aux conflits intérieurs des hommes qu’à la guerre qui bouleverse l’univers. Plutôt qu’une œuvre de propagande, Saboteur est un récit initiatique.

ombre_d_un_doute_10
SHADOW OF A DOUBT (L’Ombre d’un doute) – Alfred Hitchcock (1943), Joseph Cotten,Teresa Wright, Macdonald Carey, Hume Cronyn

L’intrusion de l’ésotérisme dans son œuvre ne sera pas brutale. Elle émerge dans certaines scènes de ses films. Hitchcock n’a pas encore pris conscience de cette tendance dans sa création. Mais le film suivant, son préféré, touchera quelques éléments qui frôlent l’occultisme. Shadow of a doubt (L’Ombre d’un doute) est assez étrange : « Oncle Charly va voir sa famille, en province. Sa nièce (qui s’appelle aussi Charly) avait pressenti sa venue. Oncle Charly est soupçonné par la police. Un détective le suit et voudrait le démasquer comme étant « le tueur des veuves ». La nièce sent que son oncle est coupable. Celui-ci décide de la supprimer. Un autre suspect meurt dans un accident, alors qu’il fuyait la police. Bien qu’innocenté, Charly sait que sa nièce connaît sa culpabilité. Il essaie de la tuer, mais il tombe sous un train. La ville lui fera des funérailles solennelles. Le détective et la nièce sont les seuls à savoir la vérité. Ils garderont le secret ensemble ».

ombre_d_un_doute_17
SHADOW OF A DOUBT (L’Ombre d’un doute) – Alfred Hitchcock (1943), Joseph Cotten,Teresa Wright, Macdonald Carey, Hume Cronyn

L’oncle et la nièce ont des rapports occultes. Ils partagent le secret. Mais ils sont trop le double l’un de l’autre. Nous touchons l’espace de la psychanalyse. Un des doubles doit disparaître pour que le secret demeure, même si cette amputation équivaut au rejet du couple. D’ailleurs, après la mort de l’oncle, la nièce sera comme une infirme. Hitchcock dira : « L’idée est que la fille sera amoureuse de son oncle Charly toute sa vie ».

ombre_d_un_doute_32
ON SET – Shadow of a doubt – Alfred Hitchcock (1943)

Shadow of a doubt n’est pas sans humour, La présence d’assassins « en imagination » rehausse l’aspect diabolique du véritable coupable qui se paye le luxe de passer pour un bienfaiteur. Ce goût du dérisoire pousse Hitchcock à signer son film le plus immoral et le plus tonique.

0054668.jpg
LIFEBOAT – Alfred Hitchcock (1944) avec Tallulah Bankhead, William Bendix, Walter Slezak

La même année, il joue le pari de tourner une œuvre dont l’action ne se déroule que sur un canot de sauvetage : Lifeboat… La critique américaine reprochera à Hitchcock d’avoir montré un nazi conscient et intelligent en face d’Américains égoïstes et désunis. Hitchcock voulait montrer un microcosme de la guerre et il déclarera : « Il s’agissait de dire aux démocrates qu’il leur fallait absolument prendre la décision de s’unir et de se rassembler, d’oublier leurs différences et divergences pour se concentrer sur un seul ennemi, particulièrement puissant par son esprit d’unité et de décision ». Par la suite, il se rendra en Angleterre pour collaborer avec le ministère britannique de l’Information, Il réalisera Bon voyage et Aventure malgache, courts métrages à la gloire de la Résistance française, destinés à être montrés en France, dès le repli nazi, pour expliquer l’importance de la lutte des résistants.

lifeboat_10
LIFEBOAT – Alfred Hitchcock (1944) avec Tallulah Bankhead, William Bendix, Walter Slezak

Ce soudain engagement militant peut surprendre de la part d’un homme qui n’avait jamais joué la carte de l’anti-allemand. Dans Foreign correspondent, le nazi était un bon père, sincère et fidèle à un idéal, qui prenait conscience en se sacrifiant pour racheter la faute des siens, coupables d’avoir abattus un avion civil. Dans Saboteur, les nazis sont présentés comme de tranquilles pères de famille ou des mercenaires sans scrupules. Enfin, dans Lifeboat, le nazi représente le sens logique et pragmatique face au désordre américain. Hitchcock expliquera l’arrêt de sa neutralité et son rattachement à la cause : « Je sentais le besoin d’apporter une petite contribution à l’effort de guerre, car j’étais à la fois trop âgé et trop gros pour prendre du service dans l’armée. Si je n’avais rien fait du tout, je me le serais reproché par la suite.  Je ressentais le besoin de partir, c’était important pour moi, et je voulais pénétrer l’atmosphère de la guerre ».

Twentieth Century Fox-Inside the Photo Archive
ON SET – LIFEBOAT – Alfred Hitchcock (1944)
A lire également

ALFRED HITCHCOCK : Un anglais bien tranquille (période 1899-1929)
ALFRED HITCHCOCK : Sur la piste du crime (période 1929-1939)
ALFRED HITCHCOCK : Hollywood et la guerre (période 1940 – 1944)
ALFRED HITCHCOCK : Le temps de la perfection (période 1954 -1966)
ALFRED HITCHCOCK : Les dernières œuvres (période 1966 – 1976)

Les films d’Hitchcock sur Mon Cinéma à Moi

THE LODGER – Alfred Hitchcock (1927)
THE 39 STEPS – Alfred Hitchcock (1935)
SABOTAGE – Alfred Hitchcock (1936)
THE LADY VANISHES– Alfred Hitchcock (1938)
JAMAICA INN – Alfred Hitchcock (1939)
REBECCA – Alfred Hitchcock (1940)
SHADOW OF A DOUBT (L’ombre d’un doute) – Alfred Hitchcock (1943)
NOTORIOUS – Alfred Hitchcock (1946)
THE PARADINE CASE (Le Procès Paradine) – Alfred Hitchcock (1947)
STRANGERS ON A TRAIN– Alfred Hitchcock (1951)
DIAL M FOR MURDER (Le crime était presque parfait) – Alfred Hitchcock (1954)
REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) – Alfred Hitchcock (1954)
TO CATCH A THIEF – Alfred Hitchcock (1955)
VERTIGO – Alfred Hitchcock (1958)
NORTH BY NORTHWEST (La Mort aux trousses) – Alfred Hitchcock (1959)
TORN CURTAIN (Le Rideau déchiré) – Alfred Hitchcock (1966)

Catégories :Les Réalisateurs

Tagué:

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.