ALFRED HITCHCOCK : Un anglais bien tranquille (période 1899-1929)

Alfred Hitchcock est né en Angleterre, le 13 août 1899, au sein d’une famille de catholiques. Son père était un riche marchand de volailles. Il aimait le théâtre, mais se voulait rigoureux en matière de discipline et de religion. L’enfance heureuse d’Alfred fut marquée par un incident qu’il n’oubliera jamais. A six ans, il commit une bêtise qui fâcha fort ses parents. Ils l’envoyèrent porter une lettre au commissariat. Après avoir lu la missive, le planton enferma l’enfant dans une cellule. L’incarcération dura cinq minutes, mais Alfred Hitchcock s’en souviendra toute son existence. Il expliquera que c’était à l’origine de sa peur des policiers. Un an avant sa mort, le 7 mars 1979, il rappellera cet incident lors de son discours de remerciements à l’hommage que lui rendait l’American Film Institute. (Selon son amie Odette Ferry, Hitchcock aurait inventé cette anecdote.) [Noël Simsolo – Anthologie du cinéma n°110 – Alfred Hitchcock – L’Avant-Scène (1982)]

alfred_hitchcock_1925
ALFRED HITCHCOCK (1926)

Après avoir étudié chez les jésuites, Hitchcock suivit les cours de l’école des Beaux-Arts. Il a quinze ans. La première guerre mondiale fait rage, mais l’adolescent ne se préoccupe pas de ces événements. Il fait des progrès en dessin, fréquente les théâtres et découvre le cinéma. Au moment de l’armistice, l’Empire britannique est une importante puissance qui domine 33 millions de kilomètres carrés, peuplés de 500 millions d’habitants. Cependant, l’Angleterre connaît de graves problèmes internes. La livre est faible, un million de chômeurs crient famine et le pouvoir conservateur se heurte aux luttes des syndicats. Au sein de cette crise, le jeune Hitchcock cherche un emploi. En 1920, il entre dans une compagnie cinématographique américaine qui vient d’ouvrir des studios à lslington. On le charge de rédiger et de dessiner les intertitres des films. Le métier lui plaît.

jardin_du_plaisir_03
THE PLEASURE GARDEN (Le Jardin du plaisir) – Alfred Hitchcock (1925)

Ce ne sera qu’après avoir vu Dea mude tod (Les Trois lumières) de Fritz Lang, en 1922, qu’Hitchcock songe à devenir metteur en scène. Il tourne deux bobines d’un film qui restera inachevé : Number thirteen (Numéro 13). Son studio (Famous Players – Lasky) ferme ses bureaux britanniques au moment où Hitchcock achève la mise en scène d’un film, Always tell your wife, dont le réalisateur était tombé malade. Les locaux sont investis par une compagnie britannique indépendante que viennent de fonder Michael Balcon, Victor Saville et John Freedman. Hitchcock est engagé par cette nouvelle équipe. Son emploi s’augmente des fonctions de monteur, scénariste, décorateur et assistant-réalisateur.

downhill_04
DOWNHILL – Alfred Hitchcock (1927)

Il résumera cette période en ces termes : «J’avais 23 ans et Je n’étais jamais sorti avec une fille. Je n’avais jamais bu un seul verre.» Le cinématographe attire les spectateurs britanniques, mais les films étrangers saturent le marché. Quelques réalisateurs réussissent à s’imposer : E.A. Colleby, M. Elvey, G. Pearson, D. Crisp, H. Wilcox… Sentant l’isolement de la production britannique, Michael Balcon signe des accords avec Erich Pommer, qui vient d’être nommé directeur de la puissante U.F.A. de Berlin. Des films seront tournés là-bas pour le compte de sa société. Hitchcock est l’assistant attitré de Graham Cutts et il accompagne celui-ci en Allemagne. Il apprendra beaucoup en observant les techniciens germaniques.

laquelle_des_trois_01
THE FARMER’S WIFE (Laquelle des trois ?) – Alfred Hitchcock (1928)

En 1925, Balcon lui confie sa première mise en scène : The Pleasure garden, un mélodrame adapté du roman d’Oliver Sandys. Le tournage a lieu à Munich. A son retour, Hitchcock épouse son assistante, Alma Réville, avec laquelle il partagera toute son existence. The Pleasure garden est un film passionnant. Le jeune réalisateur y prouve ses connaissances de la technique des films muets. Plusieurs thèmes annoncent les œuvres futures : fascination de la perversité, incitation au suicide, peur du vide, rôle de l’eau, dégradation par amour, itinéraire physique et moral, monde du spectacle et du jeu… Les poncifs du scénario sont habilement contournés et la presse rend hommage au réalisateur en le surnommant « le jeune homme au cerveau de maître ».

Alfred Hitchcock
Alfred Hitchcock et son épouse Alma Reville (02/12/1926)

La « Gainsborough », que venait de créer Michael Balcon, produira quatre autres films d’Hitchcock : The Mountain eagle (1926), The Lodger (Les Cheveux d’or, 1926), qu’il considère comme son premier film d’auteur, Downhill (1927), et Easy virtue (1927), qui sont deux adaptations de pièces de théâtre.

passe_ne_meurt_jamais_06
EASY VIRTUE (Le passé ne meurt pas) – Alfred Hitchcock (1928)

The Lodger sera le seul succès commercial de la série. Construit sur d’admirables trouvailles visuelles, ce film inaugure le jeu que l’auteur imposera au public en lui montrant un homme innocent accusé de meurtre : « Ce thème procure au spectateur une jouissance grave. Il se sent en danger et plus proche du héros.» Après l’échec d’Easy virtue, Hitchcock entre à la British International Pictures que dirige John Maxwell. De 1927 à 1932, il y réalisera onze films qui affirmeront l’originalité de son style.

masque_de_cuir_03
THE RING (Le Masque de cuir) – Alfred Hitchcock (1927)

The Ring (Le Masque de cuir) inaugure cette collaboration. Le scénario original est d’Hitchcock. Il se base sur la rivalité de deux boxeurs qui aiment la même femme. Au-delà du récit plein d’humour, c’est très riche en inventions stylistiques. Hitchcock expérimente une structure d’ensemble prise en tant que partition, comme en musique. Les variations nombreuses infiltrent les objets et les caractères pour mieux valoriser l’ambition esthétique du film. La critique salua l’audace, mais le public bouda. Hitchcock fut touché de cet échec. Maxwell, lui demanda de transposer une pièce de théâtre à l’écran, The Farmer’s wife (Laquelle des trois, 1928) qui avait été jouée 1.400 fois à Londres.

cheveux_d_or_05
THE LODGER (Les Cheveux d’or) – Alfred Hitchcock en (1927)

Hitchcock travailla le découpage et le montage du film pour en ôter la dimension théâtrale et lui donner un espace d’ordre cinématographique. Pour l’époque, l’initiative était originale. La même année, il réalise Champagne (A l’américaine). C’est une comédie alimentée de nombreux gags, mais assez faible sur la structure d’ensemble. Il signe ensuite Harmony heaven (1929), dont il est probable qu’il ne fut pas le véritable réalisateur.

a_l_americaine_02
CHAMPAGNE (À l’Américaine) – Alfred Hitchcock (1928)

A ce moment de sa vie, Hitchcock est très insatisfait. Depuis l’échec de The Ring, il s’éparpille sans trouver le bon véhicule pour que son style s’épanouisse. Il adapte un roman de Sir Hall Caine : The Manxman et réussit une œuvre parfaite. Pourtant, Hitchcock accordait peu d’importance à ce mélodrame spécifiquement britannique. Peut-être était-il inconscient de la force que son film possédait. Mais les thèmes les plus graves de l’auteur y sont énoncés avec une imparable rigueur.

manxman_the_01
THE MANXMAN – Alfred Hitchcock (1929)

A nouveau (cf : The Ring), c’est l’histoire de deux hommes qui aiment la même femme : « Pete est un pêcheur. Philip est un avocat. Pete est trop pauvre pour épouser Kate. Il part faire fortune. On le croit mort. Philip devient l’amant de Kate. Il lui fait un enfant. Pete revient et épouse Kate, croyant que l’enfant est de lui. Philip est nommé juge. Kate veut se suicider, mais elle échoue. La loi anglaise s’applique. Il lui faut répondre de son acte désespéré devant un tribunal. C’est Philip qui la juge. Kate dévoile leur secret en public. Philip abandonne sa fonction et part avec Kate sous les regards méprisants des gens du village.»

mountain_eagle_02
THE MOUNTAIN EAGLE – Alfred Hitchcock (1926)

Pour la première fois Hitchcock aborde le double thème du secret et de l’enfant. Par la suite, ces deux éléments reviendront régulièrement dans son œuvre. Les couples y seront unis ou séparés par la présence ou l’absence de l’enfant, par son rapport à un secret. L’éducation catholique du  réalisateur dut influencer cette constante thématique. Chez lui, l’idée de culpabilité s’associe à la sexualité. De plus, la psychanalyse l’intéressera toujours.

mountain_eagle_100
ON SET (photo de tournage) – THE MOUNTAIN EAGLE – Alfred Hitchcock (1926)

En 1929, le cinéma muet s’efface devant la parole. L’industrie du film connaîtra sa première grande mutation. Hitchcock s’adaptera aisément à cette nouvelle donnée. Expérimentateur avant tout il cherchera à innover sur ce terrain. Mais il restera très exigeant sur la force des images. Il savait que la parole pouvait être aussi un danger pour le Septième Art : « Avec l’avènement du parlant, le cinéma s’est brusquement figé dans une forme théâtrale. La mobilité de la caméra ne change rien à cela. Même si la caméra se promène tout au long du trottoir, c’est toujours du théâtre. Le résultat, c’est la perte du style cinématographique et la perte aussi de toute fantaisie.» [Noël Simsolo – Anthologie du cinéma n°110 – Alfred Hitchcock – L’Avant-Scène (1982)]

Prochainement : Alfred Hitchcock (1929-1939) : Sur la piste du crime

alfred_hitchcock_1925
ALFRED HITCHCOCK (1926)
A lire également

ALFRED HITCHCOCK : Sur la piste du crime (période 1929-1939)

Les films d’Hitchcock sur Mon Cinéma à Moi

THE LODGER – Alfred Hitchcock (1927)
THE 39 STEPS – Alfred Hitchcock (1935)
SABOTAGE – Alfred Hitchcock (1936)
THE LADY VANISHES– Alfred Hitchcock (1938)
JAMAICA INN – Alfred Hitchcock (1939)
SHADOW OF A DOUBT (L’ombre d’un doute) – Alfred Hitchcock (1943)
NOTORIOUS – Alfred Hitchcock (1946)
THE PARADINE CASE (Le Procès Paradine) – Alfred Hitchcock (1947)
STRANGERS ON A TRAIN– Alfred Hitchcock (1951)
DIAL M FOR MURDER (Le crime était presque parfait) – Alfred Hitchcock (1954)
REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) – Alfred Hitchcock (1954)
TO CATCH A THIEF – Alfred Hitchcock (1955)
VERTIGO – Alfred Hitchcock (1958)
NORTH BY NORTHWEST (La Mort aux trousses) – Alfred Hitchcock (1959)
TORN CURTAIN (Le Rideau déchiré) – Alfred Hitchcock (1966)
SABOTAGE – Alfred Hitchcock (1936)
THE LADY VANISHES– Alfred Hitchcock (1938)
JAMAICA INN – Alfred Hitchcock (1939)
SHADOW OF A DOUBT (L’ombre d’un doute) – Alfred Hitchcock (1943)
NOTORIOUS – Alfred Hitchcock (1946)
THE PARADINE CASE (Le Procès Paradine) – Alfred Hitchcock (1947)
STRANGERS ON A TRAIN– Alfred Hitchcock (1951)
DIAL M FOR MURDER (Le crime était presque parfait) – Alfred Hitchcock (1954)
REAR WINDOW (Fenêtre sur cour) – Alfred Hitchcock (1954)
TO CATCH A THIEF – Alfred Hitchcock (1955)
VERTIGO – Alfred Hitchcock (1958)
NORTH BY NORTHWEST (La Mort aux trousses) – Alfred Hitchcock (1959)
TORN CURTAIN (Le Rideau déchiré) – Alfred Hitchcock (1966)

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Bonjour, permettez-moi de vous signaler l’erreur de date dans le titre. Merci beaucoup pour votre superbe billet sur ce grand génie… Très beau week-end

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, merci pour votre message ! En fait la date indiquée dans le titre indique la période traitée dans la publication. Mais, c’est vrai, cela peut porter une certaine confusion. Je vais le modifier. Cordialement, Laurent

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.