LE MÔME CARNÉ

En seulement quatre films, Jean Gabin et Marcel Carné ont vécu l’un des compagnonnages les plus mythiques du cinéma français. De la rencontre de Quai des brumes aux grincements de dents de L’Air de Paris, retour sur une amitié parfois orageuse.  

trauner_gabin_prevert_carne
Jean Gabin, Marcel Carné, Jacques Prévert et Alexandre Trauner

On connaît l’habitude qu’avait Gabin de doter ses réalisateurs de surnoms affectueux. Duvivier était ainsi « Dudu », Renoir « le Gros » : malgré une différence d’âge d’à peine cinq ans, Carné sera « le Môme ». Bien que tous les historiens du cinéma ne s’accordent pas sur ce point, il semble que ce soit Gabin lui-même qui, en 1937, provoque la rencontre avec le jeune réalisateur. L’acteur vient de découvrir un peu par hasard son film Drôle de drame et, contrairement aux spectateurs qui désertaient la salle en vociférant, cette comédie loufoque lui a bien plu. Raoul Ploquin, responsable des films français à la UFA, arrange donc une entrevue, au cours de laquelle il demande à Carné s’il aurait par hasard une idée de film pour le comédien. Enthousiasmé à l’idée de travailler avec le héros de La Bandera, le réalisateur lui « vend » alors le projet de Quai des brumes. Lors du tournage, Gabin et Carné vont mutuellement s’impressionner, et l’acteur, user de tout son prestige pour épauler le cinéaste face aux récriminations du producteur. Le triomphe connu par le film à sa sortie achève de sceller leur amitié…

quai_des_brumes_10
LE QUAI DES BRUMES – Marcel Carné (1938) – Jean Gabin, Michèle Morgan
Les portes claquent

Lorsque Carné et Gabin décident de retravailler ensemble quelques mois plus tard, l’acteur suggère d’adapter Martin Roumagnac, un roman dont il vient d’acheter les droits. Mais, s’inclinant devant le refus de Prévert et Carné, il se lance avec eux dans le projet du Jour se lève. Pour la seconde fois, l’accord sur le plateau entre le comédien et le cinéaste est parfait. Malheureusement, la guerre va mettre provisoirement un terme à leur collaboration, et leurs retrouvailles en 1946 donneront lieu à une regrettable incompréhension. Gabin commence en effet par proposer à nouveau le projet de Martin Roumagnac à Carné et Prévert, lesquels n’ont pas changé d’avis dans l’intervalle. Déçu, l’acteur accepte toutefois de participer aux Portes de la nuit, une évocation du Paris nouvellement libéré, demandant seulement que le film comporte un rôle pour Marlene Dietrich. Mais celle-ci, n’obtenant pas les modifications de scénario exigées, se retire du projet, bientôt suivie par Gabin qui, estimant que la préparation des Portes de la nuit, a pris trop de retard, s’en va tourner Martin Roumagnac.

jour_se_leve_06
LE JOUR SE LÈVE – Marcel Carné (1939) avec Jean Gabin, Jules Berry, Jacqueline Laurent, Arletty
Derniers rounds

Comme on l’imagine, l’incident jette un sérieux froid entre Gabin et Carné, d’autant que Martin Roumagnac  et Les Portes de la nuit s’avèrent tous deux des désastres commerciaux. qui vont longtemps peser sur la carrière des deux artistes. Au point que Carné alignera les projets avortés jusqu’à ce que, contre toute attente, Gabin lui propose en 1949 de porter à l’écran un roman de Simenon. Oubliant leurs rancœurs, les deux hommes tournent alors La Marie du port, film qui, sans obtenir un énorme succès, permet au moins au cinéaste de se remettre en selle. Le tandem décide même trois ans plus tard de se réunir à nouveau, cette fois pour L’Air de Paris : mais cette histoire d’entraîneur qui place tous ses espoirs en un jeune boxeur sera fatale à leur amitié. L’acteur estime en effet (non sans raison) que, modifiant l’histoire initialement prévue. Carné a privilégié le rôle du jeune Roland Lesaffre. Une «  trahison » qui n’empêchera pas Gabin de recevoir pour le film le Prix d’interprétations à Venise – mais les deux hommes ne tourneront plus jamais ensemble.

marie_du_port_01
LA MARIE DU PORT – Marcel Carné (1950) avec Jean Gabin, Nicole Courcel, Blanchette Brunoy, Julien Carette
air_de_paris_02
L’AIR DE PARIS – Marcel Carné (1954) avec Jean Gabin, Roland Lesaffre, Arletty, Marie Daëms, Maria Pia Casilio.
Voir également :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.