TAKE ME OUT TO THE BALL GAME – Busby Berkeley (1949)

Sortie au printemps 1949, cette comédie musicale de Busby Berkeley se livre à une étonnante incursion dans le monde du baseball américain, et marque la montée en puissance d’un certain Gene Kelly.

M8DTAME EC005
« TAKE ME OUT TO THE BALL GAME » – Busby Berkeley (1949) – Frank Sinatra, Esther Williams, Gene Kelly, Betty Garrett
Chant du cygne

Quand Busby Berkeley met en scène Take Me Out to The Ball Game (Match d’amour) au cours de l’été 1948, il ignore qu’il s’agit de sa dernière réalisation. L’homme qui a dominé la comédie musicale américaine des années 30 va en effet se voir détrôné par une nouvelle génération de cinéastes et de chorégraphes, dont Gene Kelly sera le représentant le plus fameux. Celui-ci a d’ailleurs obtenu de la MGM de signer les chorégraphies de Take Me Out to The Ball Game en tandem avec Stanley Donen, appelé lui aussi à une belle carrière. Le fait que le grand Busby Berkeley doive abandonner cet aspect du film à deux jeunes talents est déjà le signe d’une nouvelle donne. Kelly et Donen ont en outre écrit la première version du scénario, et auraient aimé en assurer eux-mêmes la mise en scène. Take Me Out to The Ball Game est donc bien davantage un film des futurs cinéastes de Singin’ in the Rain que de Berkeley, dont on peine à reconnaître ici le style : les numéros musicaux, en particulier, tournent résolument le dos au style échevelé des années 30 pour annoncer celui des années 50… Mais les générations passent, et vingt ans plus tard, Gene Kelly se retrouvera lui-même en position de passer le relais en dirigeant l’ambitieuse Barbra Streisand dans Hello Dolly !

match_d_amour_06
« TAKE ME OUT TO THE BALL GAME » – Busby Berkeley (1949) – Frank Sinatra, Esther Williams, Gene Kelly, Betty Garrett
L’histoire

Dans l’Amérique du début du XX’ siècle, Eddie O’Brien (Gene Kelly) et Dennis Ryan (Frank Sinatra) sont deux joueurs de base-bail qui se produisent également comme artistes de music-hall. Leur vie s’écoule joyeusement, jusqu’au jour où on annonce l’arrivée du nouveau directeur de l’équipe, K.C. Higgins (Esther Williams) – qui s’avère être une directrice. Les joueurs sont outrés de devoir obéir à une femme. Celle-ci va donc devoir faire ses preuves…

match_d_amour_08
« TAKE ME OUT TO THE BALL GAME » – Busby Berkeley (1949) – Frank Sinatra, Esther Williams, Gene Kelly, Betty Garrett
Tous au match

La chanson qui donne au film son titre original, « Take Me Out to The Ball Game », est une mélodie de 1908 devenue aux États-Unis l’hymne du base-ball, C’est Gene Kelly qui a l’idée de s’en inspirer pour un film évoquant le sport national. Il écrit avec son complice Stanley Donen un synopsis qu’il parvient à vendre à la MGM. Le tandem, qui n’a pas encore réalisé de film, espère pouvoir mettre en scène le projet, mais le producteur Arthur Freed préfère le confier au vétéran Busby Berkeley. En revanche, Gene Kelly est assuré de jouer dans le film, et Freed envisage de réunir autour de lui ses deux partenaires de Anchors Aweigh (Escale à Hollywood), Frank Sinatra et Kathryn Grayson. L’actrice se voit néanmoins préférer Judy Garland, mais, souffrante, celle-ci laisse la place à June Allyson – qui, enceinte, refuse le rôle. C’est ainsi qu’Esther Williams est finalement choisie pour jouer K-C. Higgins. Les dynamiques Betty Garrett et Jules Munshin sont également engagés pour les seconds rôles.

match_d_amour_02
« TAKE ME OUT TO THE BALL GAME » – Busby Berkeley (1949) – Frank Sinatra, Esther Williams, Gene Kelly, Betty Garrett
Etincelles

À en croire l’autobiographie d’Esther Williams, le tournage de Take Me Out to The Ball Game s’avère très éprouvant. Habituée à être l’unique star de ses films aquatiques, l’actrice doit partager la vedette avec « l’idole des jeunes » Sinatra, et la gloire montante Gene. Kelly. Ce sont en fait les relations avec ce dernier qui se révèlent les plus difficiles, Gene Kelly se moquant volontiers de sa partenaire (selon Esther Williams, le fait qu’elle soit plus grande que lui le menait à l’aise…). L’actrice noue en revanche une relation d’amitié avec Sinatra, qu’elle rassure quand il craint d’être chassé du plateau pour avoir fait les quatre cents coups toute la nuit… Busby Berkeley essaie donc de gérer l’humeur de chacun, ce qui n’est pas simple car ce spécialiste de la comédie musicale doit lui-même laisser Kelly et Donen décider seuls des chorégraphies du film. Le cinéaste prévoyait notamment de faire exécuter un numéro aquatique par Williams et Kelly, mais ce dernier refuse catégoriquement.

match_d_amour_04
« TAKE ME OUT TO THE BALL GAME » – Busby Berkeley (1949) – Frank Sinatra, Esther Williams, Gene Kelly, Betty Garrett
Nouvelle donne

Que ceux qui pensent trouver dans Take Me Out to The Ball Game des cascades de danseuses court vêtues passent leur chemin : ce film doit beaucoup plus à ses chorégraphes, Gene Kelly et Stanley Donen, qu’au réalisateur Busby Berkeley. Dès le premier numéro, le ton est donné. Kelly et Sinatra interprètent « Take Me Out to The Ball Game » sur une scène de music-hall, dans le plus pur style de ce que les Américains appelle le Vaudeville (Singin’ in the Rain comportera une séquence identique). L’ironie des paroles de Betty Comden et Adolph Green fait ensuite merveille dans les numéros « Yes, Indeedy », « O’Brien to Ryan to Goldberg », et surtout « It’s Fate, Baby, It’s Fate », qui voit Beny Garrett pourchasser le frêle Sinatra à travers le stade, dans un étonnant renversement des stéréotypes.
Mais la séquence qui pousse le plus loin le second degré est la réponse finale de Strictly USA, une chanson composée en solo par le directeur musical de la MGM, Roger Edens… Dans tous ces numéros, la danse ne vient pas interrompre le récit, comme c’était le cas dans la plupart des films de Berkeley, mais tente au contraire de s’y intégrer ce qui constituera l’une des grandes nouveautés des films de Kelly et Donen.

match_d_amour_03
« TAKE ME OUT TO THE BALL GAME » – Busby Berkeley (1949) – Frank Sinatra, Esther Williams, Gene Kelly, Betty Garrett
Bande originale

Les relations entre les musiciens du film seront heureusement plus harmonieuses. Arthur Freed a confié la composition des chansons à Roger Edens, son proche collaborateur au sein du département musical de la MGM. Celui-ci va écrire la partition de la plupart des chansons du film, hormis « Take Me Out to the Ball Game » et « The Hat my Dear Old Father Wore Upon St. Patrick’s Day ». Edens le musicien collabore pour cela avec les paroliers Betty Comden et Adolph Green, qui viennent de se faire connaître à Broadway et entament une belle carrière à Hollywood (outre de nombreuses chansons, on leur devra le scénario de Singin’ in the Rain et de The Band Wagon (Tous en scène)… Sorti en mars 1949, Take Me Out to The Ball Game s’avère un succès commercial, puisqu’il rapporte 4 millions de dollars, le double de son budget. Arthur Freed décide alors de confier peu après à Gene Kelly et Stanley Donen leur première réalisation. Le duo retrouvera donc quelques mois plus tard Frank Sinatra, Betty Garrett et Jules Munshin pour tourner On the Town (Un Jour à New York)

match_d_amour_01
« TAKE ME OUT TO THE BALL GAME » – Busby Berkeley (1949) – Frank Sinatra, Esther Williams, Gene Kelly, Betty Garrett

 

Programme musical
Fiche technique du film

match_d_amour_30

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s